Nous sommes actuellement le 05 Juin 2020, 17:27

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Des peuples premiers...
MessagePublié: 29 Juillet 2019, 08:40 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4085
... Ou des humains en voie de disparition.

Citer:
Au Brésil, des orpailleurs suspectés du meurtre violent d’un indigène dans une réserve protégée

La mort du cacique wayapi, tué le 23 juillet, illustre le mépris du président Jair Bolsonaro pour les indigènes.

Par Claire Gatinois Publié hier à 22h49, mis à jour à 08h01

Les indigènes ont parlé d’une cinquantaine d’orpailleurs clandestins, armés de fusils automatiques, prêts à les massacrer au nom d’une fortune aussi éphémère qu’illusoire, relatant la capture, la torture et la mort d’un des leurs. Dimanche 28 juillet, après vingt-quatre heures de tension et maints appels au secours lancés par la communauté wayapi de la région de l’Amapa, à l’extrême nord du Brésil et à la frontière avec la Guyane française, la police fédérale et le bataillon de choc du Bope, ont lancé une opération sur le territoire indigène afin de mener une enquête sur ces supposés crimes.

Les forces de l’ordre comme la Funai, la Fondation pour l’Indien, ont alors confirmé la mort du cacique Emyra Wayapi, survenue le mardi 23 juillet, ainsi que la présence de dix à quinze orpailleurs clandestins. Dimanche, personne n’était encore en mesure de décrire avec précision les faits. Il n’y a eu aucun témoin du drame, indique une note publiée dimanche par les Wayapi. Mais le corps du cacique a été retrouvé avec des marques de violences laissant imaginer un assassinat. La rumeur fait état de coups de couteaux infligés à l’homme de près de 70 ans.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Brésil, le territoire des indiens Yanomami mis en péril par l’explosion de l’orpaillage
Après le crime, des garimpeiros – les orpailleurs clandestins suspectés de cette attaque – se seraient installés le vendredi suivant dans une des maisons du village Yvytoto, chassant ses habitants. Effrayées, les familles se seraient alors enfuies en masse, réclamant l’aide des autorités. « Les garimpeiros sont armés de mitraillettes et nous sommes en danger. Il faut que l’armée et la police fédérale nous aident. S’ils ne viennent pas, nous allons agir. Nous avons peur », a imploré Jawaruwa Wayapi, chef indigène, s’adressant au sénateur Randolfe Rodrigues, membre du parti écologiste, Rede. Samedi, le chanteur de bossa-nova Caetano Veloso, ainsi que le musicien Lenine et le rappeur Criolo ont relayé ces appels au secours, exhortant les forces de l’ordre d’intervenir au plus vite.

Jair Bolsonaro indifférent
A en croire la plupart des défenseurs de la cause des Indiens, cette nouvelle intrusion de garimpeiros au cœur d’une réserve protégée n’est pas étrangère au message envoyé par le président de la République, Jair Bolsonaro. Contrarié par la démarcation de territoires indigènes qui, selon lui, entravent le développement économique du pays en maintenant les Indiens dans des conditions « préhistoriques », le chef de file de l’extrême droite brésilienne répète qu’il compte « légaliser » l’orpaillage dans ces réserves.


Peu importe que l’activité draine avec elle violence, maladie, prostitution et pollution au mercure. Le président, comme l’ensemble de son gouvernement, entend exploiter les richesses de l’Amazonie. Dénonçant la « psychose environnementale », le chef d’Etat semble ainsi encourager la déforestation stimulée par les orpailleurs, ainsi que les éleveurs et autres forestiers.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brésil : la détresse des indigènes face au mépris de Jair Bolsonaro
Samedi, alors que la mort du cacique Wayapi venait d’être confirmée, le chef d’Etat a insisté, menaçant explicitement l’intégrité de la réserve des Yanomami, à la frontière avec le Venezuela. Une « terre richissime » qu’il conviendrait d’exploiter, a-t-il dit. Et de préciser : « Je suis à la recherche de contacts au sein du premier monde pour explorer ces zones en partenariat. » Son fils, Eduardo Bolsonaro, député, qu’il entend nommer à l’ambassade des Etats-Unis, devrait l’aider dans cette démarche.

« Il y a maintenant un mouvement global d’invasion de garimpeiros dans tout le Brésil. Mais jamais, jamais, nous n’aurions imaginé que cela pourrait se produire chez les Wayapi », souffle Dominique Tilkin Gallois, ethnologue et professeure à l’université de Sao Paulo, voyant le pays replonger trente ans en arrière.

Peuple pacifique et philosophe, les indigènes vivaient en paix depuis la démarcation de leur territoire en 1996 gardant toutefois une peur panique des orpailleurs. Dans les années 1970, 1980 et 1990 les garimpeiros ont, en effet, multiplié les agressions au sein de leurs aldeias (« villages ») charriant avec eux de tragiques épidémies de rougeole tandis que progressait la construction de la « perimetrale nord », route transamazonnienne bâtie lors de la dictature militaire (1964-1985). Estimés aujourd’hui à 1 350 au Brésil et à 1 200 en Guyane française, la population de Wayapi ne dépassait pas les 150 dans les années 1970.

« Il est assez significatif qu’après plus de vingt ans sans conflit, surgisse une invasion d’une telle violence. Les garimpeiros se sentent soutenus. C’est effrayant », commente Joana Cabral de Oliveira, professeure d’ethnologie à l’université Unicamp à Campinas, spécialiste des Wayapi depuis 2004. « Voilà les résultats de la politique de Jair Bolsonaro. Voilà le fruit du démantèlement des organismes de protection de l’environnement et des terres indigènes. Voilà où nous en sommes », conclut aussi le sénateur écologiste Randolfe Rodrigues. « On sait maintenant que Bolsonaro ne fera rien pour protéger ces populations. Il nous faut l’aide de la communauté internationale », insiste-t-il. Contactées, les équipes du président n’ont pas donné suite à nos sollicitations.




Citer:
De rares images des Awa, tribu isolée et menacée en Amazonie
Cette tribu, qui ne compte que quelques dizaines de membres, est menacée par les trafiquants de bois et la politique du gouvernement brésilien. Une ONG les a filmés car « si le monde ne les voit pas, ils seront tués ».

Le Monde avec AFP Publié le 23 juillet 2019 à 08h26 - Mis à jour le 26 juillet 2019 à 12h12

Une association de vidéastes indigènes a diffusé, lundi 22 juillet, par l’intermédiaire de l’ONG Survival International, une vidéo présentée comme une séquence d’images rares des Awa, une tribu isolée de la forêt amazonienne menacée par des trafiquants de bois.

La vidéo est extraite d’un documentaire, « Forest keepers in danger » (Gardiens de la forêt en danger), du collectif de vidéastes indigènes Mídia India, en collaboration avec l’Instituto Catitu et l’Instituto Socioambiental. Tournée en août 2018 dans l’Etat du Maranhao, dans le nord-est du Brésil, elle montre un jeune homme torse nu, colliers marron autour du cou et machette à la main, regarder autour de lui et s’éloigner, en compagnie d’un autre individu dont le visage n’apparaît pas, lorsqu’il prend conscience d’une présence étrangère.


Les images ont été filmées par un membre d’une autre tribu, les Guajajara, qui fait partie du collectif Midia India.

« Empêcher un génocide »
« Seule la clameur mondiale peut empêcher un génocide », explique Stephen Corry, directeur de Survival International, dans un communiqué.

« Nous les avons filmés sans leur demander leur autorisation, mais nous savons à quel point il est important de les montrer en image », affirme Erisvan Guajajara, porte-parole de Midia India.

« Si le monde ne les voit pas, ils seront assassinés par les trafiquants de bois. »

Les Guajajara, au nombre d’environ 14 000 dans le Maranhao, ont formé un groupe nommé les « Gardiens de la forêt », qui vise à défendre les territoires indigènes menacés par l’exploitation illégale du bois et l’expansion agricole. Ils transmettent notamment les données GPS de zones où sont retrouvés des troncs découpés et viennent en aide aux pompiers lors d’incendies de forêt.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brésil : la détresse des indigènes face au mépris de Jair Bolsonaro
Un membre de la tribu des Awa, dans la forêt amazonienne, au Brésil, en août 2018.
Un membre de la tribu des Awa, dans la forêt amazonienne, au Brésil, en août 2018. HO / AFP
Le droit aux terres remis en cause
Les Guajajara sont aussi devenus de fait protecteurs des Awa, tribu isolée qui ne compte que quelques dizaines de membres. « Nous utilisons ces images comme un appel au secours », résume Erisvan Guajajara.

La Constitution brésilienne dispose que les peuples autochtones ont droit à des terres leur étant réservées, où toute exploration minière ou exploitation agricole non traditionnelle est interdite. Mais le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, arrivé au pouvoir en janvier et fortement soutenu par le puissant lobby de l’agro-négoce, remet en cause ce concept en jugeant que les indigènes devraient être « intégrés à la société » et non « confinés comme dans un zoo ».

Lire l’appel des peuples indigènes : « Depuis l’élection de Jair Bolsonaro, nous vivons les prémices d’une apocalypse »
Vendredi, lors d’une rencontre avec des journalistes de médias internationaux, le chef de l’Etat a accusé des groupes étrangers « de vouloir que les indigènes demeurent dans un état préhistorique, sans accès à la technologie et aux merveilles de la modernité ». Il a également remis en cause les données de l’Institut national de recherche spatiale, organisme public qui fait état d’une augmentation de 88 % de la déforestation au Brésil en juin par rapport à juin 2018.



https://www.lemonde.fr/international/article/2019/07/23/au-bresil-une-tribu-isolee-et-menacee-filmee-dans-la-foret-amazonienne_5492418_3210.html

J'ai failli mettre ça dans le topic sur la planète, et finalement, je préfère ne pas mélanger les 2 sujets, c'est déjà assez difficile de ne pas être un peu trop confuse... :mrgreen:

Au-delà de l'argumentaire parfaitement cynique et hypocrite de Bolsonaro - j'ai l'impression que c'est Trump en pire, on a décidément une belle palanquée de fous furieux qui dirigent notre pauvre monde... et le pire, c'est que quand on lit les commentaires, il y a des gens pour les défendre... :roll: - je me demande justement si nous, civilisation dominante qui est juste entre train de flinguer le monde (et accessoirement donc ces pauvres amérindiens qui eux, vivent totalement en harmonie avec leur environnement) leur apportons vraiment le progrès et le bonheur... ?
Ok, la médecine moderne c'est peut-être cool (et encore, pour nous d'ailleurs... est-ce que vivre jusqu'à 100 ans dans un état plus ou moins bof est mieux que vivre jusqu'à 50 ans, en ayant eu une vie active et harmonieuse avec les éléments. Je ne sais pas. Je préfère la vie dans laquelle je suis née parce que c'est celle dans laquelle je suis née, celle que je connais... mais après ? si j'en avais connu une autre ?), mais à côté de ça, nous leur avons apporté nos maladies, notre alcool, nos armes... etc...


D'autre part... et le truc n'a rien à voir avec le gratin dauphinois, mais je le poste quand-même ici... Je me suis faite la réflexion l'autre jour, en lisant un article sur le très controversé cas Glozel, et sur lequel je n'ai pas d'avis préconçu (juste ça me fait toujours marrer les batailles entre ceux qui sââââvent tout ça... :mrgreen: )... je me disais... puisqu'il existe toujours, à notre époque, des peuples vivant plus ou moins comme au Néolithique, est-ce qu'il n'est pas envisageable d'imaginer qu'au Moyen-Âge (vu qu'il y a des éléments à Glozel qui auraient été daté du 13ème siècle, mais bon, je pensais pas que les pierres se dataient mais bref, passons), de tels peuples aient pu existé en France ?
Les gens savaient plus ou moins qu'ils existaient, voir ne le savaient pas, ou peut-être s'en foutaient en fait, et ces peuples ont périclité jusqu'à leur disparition totale ?... ça peut sembler tirer par les cheveux, mais ça pourrait faire coller le truc... (enfin moi, ça me semble pas dingue comme hypothèse : après tout, l'Histoire - ou ce que nous appelons Histoire, mais en fait, c'est juste l'écriture que nous faisons du temps qui passe, et le temps n'a pas toujours la même définition - n'est pas un truc linéaire qui avancent au même rythme pour tout le monde comme les frises qu'on faisait au collège, c'est plus un joyeux fouillis qui part dans tous les sens... )

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 29 Juillet 2019, 10:17 
Seigneur Canard
Seigneur Canard
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 28 Août 2008, 23:18
Messages: 1945
Chimère a écrit:
D'autre part... et le truc n'a rien à voir avec le gratin dauphinois, mais je le poste quand-même ici... Je me suis faite la réflexion l'autre jour, en lisant un article sur le très controversé cas Glozel, et sur lequel je n'ai pas d'avis préconçu (juste ça me fait toujours marrer les batailles entre ceux qui sââââvent tout ça... :mrgreen: )... je me disais... puisqu'il existe toujours, à notre époque, des peuples vivant plus ou moins comme au Néolithique, est-ce qu'il n'est pas envisageable d'imaginer qu'au Moyen-Âge (vu qu'il y a des éléments à Glozel qui auraient été daté du 13ème siècle, mais bon, je pensais pas que les pierres se dataient mais bref, passons), de tels peuples aient pu existé en France ?
Les gens savaient plus ou moins qu'ils existaient, voir ne le savaient pas, ou peut-être s'en foutaient en fait, et ces peuples ont périclité jusqu'à leur disparition totale ?... ça peut sembler tirer par les cheveux, mais ça pourrait faire coller le truc... (enfin moi, ça me semble pas dingue comme hypothèse : après tout, l'Histoire - ou ce que nous appelons Histoire, mais en fait, c'est juste l'écriture que nous faisons du temps qui passe, et le temps n'a pas toujours la même définition - n'est pas un truc linéaire qui avancent au même rythme pour tout le monde comme les frises qu'on faisait au collège, c'est plus un joyeux fouillis qui part dans tous les sens... )


C'est justement la thèse défendue par Jean Vottero au sujet d'un autre site, dans la Nièvre, qu'il identifie à Gorgobina, la capitale des Boïens. Il dispose a priori d'indices intéressants allant dans ce sens. J'ai, il y a longtemps, échangé quelques mails avec lui lorsque quelques membres de l'Observatoire zététique - dont moi-même - avaient enquêté sur Glozel. Je n'en garde pas un souvenir impérissable : de mémoire, M. Vottero ne faisait de parallèle avec Glozel que pour faire valoir son statut d'inventeur incompris victime du complot de la science officielle (comme Émile Fradin), et ramenait sans cesse la conversation sur Gorgobina. En d'autres termes, il présentait un cas typique de syndrome galiléen (je sais que j'ai l'air méprisant en écrivant cela, mais croyez-moi, j'en ai soupé jusqu'à la nausée durant ma "carrière" de zététicien et je n'en peux plus). C'est dommage, d'ailleurs, car le Gorgobina de Jean Vottero mériterait peut-être plus d'attention que Glozel. Pas en termes de matériel exhumé, mais parce qu'il serait encore possible de conclure positivement à son sujet.

Or, je pense que c'est désormais impossible en ce qui concerne le site de Glozel. Celui-ci a été ô combien mal fouillé : Émile Fradin s'est contenté de creuser, et les archéologues qui ont pris le relais ensuite n'avaient pas encore les techniques et les protocoles employés de nos jours. Les fouilles entreprises dans les années 1980 n'ont pu que le constater : impossible de conclure grand-chose d'un matériel mélangé, dont la disposition d'origine est inconnue, et au milieu duquel des faux ont été glissés (pas nécessairement avec la participation active d'Émile Fradin et peut-être même à son insu).

On est d'autant plus tenté de conclure à cette... impossibilité de conclure, que l'atmosphère autour de Glozel est délétère, mêlant à la fois le fond de l'affaire et des considérations beaucoup plus mesquines (lors de notre passage sur place en 2006, la famille Fradin était en bisbille avec le voisin d'en face - du musée - pour une question de terrain, je crois, et ce dernier racontait à l'envi à tous les visiteurs sa propre version, évidemment plus critique mais aussi très enjolivée, de l'histoire). Sans parler de l'habitude des Fradin de menacer de procès quiconque s'écarte de leur présentation des faits.

_________________
Je suis le grincement dans les poutres. Le battement d'ailes dans la cheminée. Les petites marques de dents dans la pêche. Je suis BATMAN FRUGIVORE. - Charles Montgomery Plantagenet Schicklgruber Burns.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 29 Juillet 2019, 10:25 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4085
Donc tu veux dire qu'au fond, on ne saura jamais avec certitude ce que sont les vestiges découverts à Glozel, si j'ai bien compris ?

Du coup, l'hypothèse que j'ai soulevée te semble plausible et possible ou pas ?... :think: (même si oui, on saura jamais et c'est juste une théorie hypothétique tout ça tout ça...)

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 29 Juillet 2019, 12:33 
Seigneur Canard
Seigneur Canard
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 28 Août 2008, 23:18
Messages: 1945
En effet, je pense qu'on ne saura jamais, pour Glozel. Et ton hypothèse me paraît plausible, bien davantage que d'autres.

Edit : d'ailleurs, ça me revient à présent, le «voisin d'en face» du musée de Glozel a évoqué l'existence dans les environs, jadis, d'une population de parias qu'il appelait les «Piots». Je n'ai jamais trouvé quoi que ce soit à leur sujet, mais on peut très bien y voir le souvenir d'une population restée isolée.

_________________
Je suis le grincement dans les poutres. Le battement d'ailes dans la cheminée. Les petites marques de dents dans la pêche. Je suis BATMAN FRUGIVORE. - Charles Montgomery Plantagenet Schicklgruber Burns.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 29 Juillet 2019, 14:21 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4085
Ok, merci de ta réponse. :)

C'est intéressants ton histoire de "Piots"...
Personnellement, j'aime bien l'idée que l'histoire ne soit pas linéaire et transparente, pleine de zones d'ombres, d'êtres inconnus cachés dans les coins, de poussières sous les tapis, et de questions sans réponse... 8-)

J'aimerais bien aller faire un tour à ce musée Glozel (en dehors du fait que le Bourbonnais recèle apparemment pas mal de légendes et d'histoires un peu mystérieuses, c'est pas loin de l'Auvergne, et pas très loin de chez mon frère en plus.... :mrgreen: ), pour voir ce que ça donne. ça attise ma curiosité tout ça...

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 30 Juillet 2019, 14:26 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 1942
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Quelle tristesse, ce qui arrive au Brésil... Si j'étais maître du monde, je déclarerais le Brésil incapable de se gérer lui-même et de protéger ses populations, et je le ferais mettre sous tutelle d'une nation plus avancée.
Blague à part, si l'ONU jouait vraiment son rôle, on pourrait espérer que ça cesse...

En ce qui concerne les peuples primitifs, je ne voudrais pas dire de bêtises car je ne suis pas un spécialiste du Moyen-Âge, mais est-ce vraiment envisageable ? Je veux dire, pour vivre comme au Néolithique, il faut quand-même disposer d'un certain espace, notamment si l'on vit en autarcie (pour les champs, les bêtes, et toutes les ressources nécessaires à l'entretien d'objets du quotidien). Or, le Moyen-Âge, c'est l'époque de la fragmentation du territoire en petits pays, en paroisses, en domaines seigneuriaux ou ecclésiastiques... Est-il vraiment envisageable (et c'est une vraie question que je pose) qu'un territoire suffisamment grand pour permettre la survie d'une population autochtone soit passée totalement à côté de ce découpage territorial, à fortiori dans le pays à l'époque le plus peuplé d'Europe ?
D'ailleurs, une population païenne aurait-elle vraiment pu survivre ainsi en plein cœur de l'Europe chrétienne sans que personne ne dise rien ? Je veux dire, des chevaliers venaient jusque de France et de Flandres pour massacrer, chaque hiver, des Lithuaniens païens... et ils auraient laissé en paix des païens circonvoisins ?
Là encore, c'est une vraie interrogation.

Question subsidiaire : une bonne âme m'expliquerait-elle ce qu'il s'est passé à Glozel, pour ne pas que j'aie à prendre le risque de faire une recherche et de tomber sur le mauvais site ? :)

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 30 Juillet 2019, 17:48 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4085
Je ne connais pas le sujet sur le bout des doigts, donc je pense que Cortex complétera et corrigera...
En gros, dans les années 20, un monsieur a trouvé en labourant son champ des vestiges a priori plus ancien que l'Antiquité, des bouts de poterie, des pierres gravées et les fameuses tablettes couvertes d'une écriture cunéiforme non déchiffrée à ce jour.
Alors l'histoire a été à rebondissement, avec plusieurs intervenants qui se chamaillent, des pros et des antis, des gens qui creusent des trous partout (d'où l'impossibilité de conclure comme l'expliquait Cortex), des datations qui ne riment à rien... bref... un beau bazar... :mrgreen:
(j'ajouterai : un beau bazar comme je les aime... 8-) )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Glozel#Non-coh%C3%A9rence_du_site_du_point_de_vue_arch%C3%A9ologique


Citer:
Est-il vraiment envisageable (et c'est une vraie question que je pose) qu'un territoire suffisamment grand pour permettre la survie d'une population autochtone soit passée totalement à côté de ce découpage territorial, à fortiori dans le pays à l'époque le plus peuplé d'Europe ?
D'ailleurs, une population païenne aurait-elle vraiment pu survivre ainsi en plein cœur de l'Europe chrétienne sans que personne ne dise rien ? Je veux dire, des chevaliers venaient jusque de France et de Flandres pour massacrer, chaque hiver, des Lithuaniens païens... et ils auraient laissé en paix des païens circonvoisins ?
Là encore, c'est une vraie interrogation.


Ce sont des questions que je me suis posées, et je concède quelques faiblesses dans mon scénario... :mrgreen:
Cela dit... ça ne me semble pas définitif non plus...
"Ils", s'ils ont existé, ne devaient pas être très nombreux déjà, et c'est sans doute pour cela que leur civilisation s'est éteinte. Ils pouvaient vivre de façon recluse, dans les forêts, les lieux reculés, qu'ils pouvaient aussi tellement bien connaître qu'ils savaient rendre invisibles ou presque... Ils pouvaient être tolérés parce qu'au fond assez invisibles, ou tellement discrète qu'ils n'auraient juste pas été considéré comme une menace d'aucune sorte (peut-être avec la même forme de logique qui veut qu'on ne tire pas sur une ambulance : en gros, ils étaient déjà tellement sur le déclin qu'ils étaient considérés comme inoffensifs) ou peut-être même pas considérés comme des humains à proprement parlé... Est-ce qu'on ne pourra pas imaginer qu'ils aient été à l'origine de légende sur le Petit Peuple, par exemple ? Un peu comme la théorie qui veut que des créatures simiennes survivantes auraient pu amener des légendes comme celle du Basajaun...
Dans le Bourbonnais, il y a ce qu'on appelle les souterrains annulaires, dont on est pas encore certains à ce jour de leur utilité, de qui les a creusé etc... est-ce qu'ils se seraient cachés là-dedans ?

Tout ça ne sont que des hypothèses, probablement totalement improuvable parce qu'on ne pourra jamais remonter le temps et savoir ce que les gens de ces époques avaient exactement dans la tête, mais dans l'absolu, ça ne me semble pas délirant en fait...

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 30 Juillet 2019, 18:46 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5058
Localisation: Großostn
Chimère a écrit:
Est-ce qu'on ne pourra pas imaginer qu'ils aient été à l'origine de légende sur le Petit Peuple, par exemple ? Un peu comme la théorie qui veut que des créatures simiennes survivantes auraient pu amener des légendes comme celle du Basajaun...

Amusant que tu dises ça, il y a justement une nouvelle d'Arthur Machen (The Shining Pyramid) qui utilise l'hypothèse du peuple préhistorique pour expliquer le folklore gallois sur les fées... notamment parce que les pointes de flèches en silex étaient interprétées par les locaux comme des objets fabriqués par de petits êtres.

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 30 Juillet 2019, 21:40 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 1942
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Je ne connaissais pas du tout cette affaire de Glozel qui a pourtant l'air assez passionnante ! Je vais creuser ceci plus en détail.

Chimère a écrit:
Un peu comme la théorie qui veut que des créatures simiennes survivantes auraient pu amener des légendes comme celle du Basajaun...

Ça se pourrait, mais il me semble que l'on évoque surtout les derniers Néanderthaliens comme origine probable de la légende du Basajaun, ce qui nous ramène un sacré paquet d'années avant le Moyen-Âge...

Cela dit, même si j'ai beaucoup de mal à imaginer qu'une population ait pu survivre aussi longtemps complètement isolée, je serais mal inspiré de réfuter cette hypothèse d'un revers de main. Quand on pense que les Goths se sont maintenus aussi longtemps en Crimée, contre vents et marées, on en vient à penser que la survivance d'un peuple dans un petit territoire n'est pas, à priori, complètement impossible. Je vais poursuivre mes recherches au lieu de tenter de me forger une opinion à l'emporte-pièce.

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Des peuples premiers...
MessagePublié: 30 Juillet 2019, 23:25 
Seigneur Canard
Seigneur Canard
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 28 Août 2008, 23:18
Messages: 1945
Chimère a bien résumé l'affaire de Glozel en quelques lignes.

Je crois que le contexte du Bourbonnais au Haut Moyen Âge est assez sensiblement différent de celui du Drang nach Osten ultérieur. Pas mal d'éléments, dans cette région, évoquent l'existence tardive de communautés païennes, auxquelles les souterrains annulaires sont souvent associés. Sauf qu'ici, il serait plutôt question de petits groupes isolés au milieu de populations chrétiennes majoritaires - pas d'un peuple entier dont les vastes terres sont à prendre.

En outre, l'époque n'est pas encore celle des croisades. Jean Vottero commet d'ailleurs une erreur similaire à propos de Gorgobina : il prend un texte de l'évêque de Nevers dénonçant les «gentils» de la région en... 990, pour un appel à la croisade. Un siècle avant l'invention du concept. Et de sauter directement à sa conclusion, fût-ce sans l'ombre d'une preuve : les «gentils» ont forcément été victimes d'un massacre, qu'avec l'outrance propre aux génies incompris il qualifie de «génocide». Sauf que d'autres scénarios sont possibles.

_________________
Je suis le grincement dans les poutres. Le battement d'ailes dans la cheminée. Les petites marques de dents dans la pêche. Je suis BATMAN FRUGIVORE. - Charles Montgomery Plantagenet Schicklgruber Burns.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze