Nous sommes actuellement le 01 Novembre 2020, 01:50

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié: 26 Novembre 2012, 13:06 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6517
Localisation: Massif central. Par là.
Un article sur lequel je viens de tomber ce matin :

Citer:
L'Homme devient-il de moins en moins intelligent ?


Selon des scientifiques américains, l'humanité aurait atteint son pic d'intelligence il y a au moins 2.000 ans. Depuis, les gènes impliqués dans nos capacités intellectuelles connaitraient de plus en plus de mutations favorisées par notre mode de vie. Ce qui d'après eux, réduirait notre intelligence au fil du temps.

Définir l'intelligence est encore aujourd'hui relativement difficile. Selon les définitions les plus récentes, elle correspond à l'ensemble des facultés mentales qui nous permettent de comprendre les choses qui nous entourent, les faits qui se produisent, et les relations qui peuvent exister entre les deux. Ceci permet alors de mieux saisir les situations et de pouvoir s'adapter à des changements éventuels. Avec une telle définition, on serait donc tenté de penser que l'homme est naturellement capable de développer toujours davantage ses facultés mentales, et pourtant : ce ne serait pas le cas.

C'est du moins ce qu'affirme une théorie expliquée par des chercheurs de l'université de Stanford aux Etats-Unis. Dans une étude publiée dans la revue Trends in Genetics, ceux-ci assurent que l'homme aurait atteint son pic d'intelligence il y a entre 2.000 et 6.000 ans de cela. Depuis, nos facultés mentales ne feraient alors que s'altérer de plus en plus. Pour soutenir une telle théorie, le professeur Gerald Crabtree et ses collègues se basent sur le fait que nos capacités intellectuelles et émotionnelles sont régies par des gènes bien particuliers. Mais ces derniers sont très sensibles aux mutations qui peuvent alors réduire leur efficacité d'action et donc nos facultés.

Or, comme l'expliquent les chercheurs, notre mode de vie actuel favoriserait la survenue et la transmission de ces mutations. En effet, le développement de nos "gènes d'intelligence" "s'est probablement produit dans un monde où chaque individu était exposé aux mécanismes sélectifs bruts de la nature, en fonction des critères", a expliqué le Pr Crabtree cité par le Telegraph. Mais ces pressions ne s'appliqueraient plus aujourd'hui.

Deux voire plus de mutations au cours des 3.000 prochaines années

"Un chasseur-cueilleur qui ne concevait pas correctement une solution pour fournir de la nature ou un abri mourrait probablement, avec sa progéniture, alors qu'un cadre moderne de Wall Street qui fait une erreur conceptuelle similaire recevra un bonus substantiel et sera un partenaire plus attirant. Clairement, la sélection extrême appartient au passé", a ajouté le biologiste du développement. Selon l'étude, entre 2.000 et 5.000 gènes participeraient aux facultés mentales.

En se basant sur des calculs de la fréquence à laquelle les mutations délétères apparaissent dans le génome, le Dr Crabtree estime que d'ici 3.000 ans, soit environ 120 générations, nous aurons tous acquis deux voire davantage de mutations supplémentaires et nuisibles à notre stabilité intellectuelle et émotionnelle. "Je parierais que si un citoyen moyen de l'époque d'Athènes de 1.000 av. J.-C venait à apparaitre soudainement parmi nous, lui ou elle figurerait parmi les plus brillants et les plus vifs intellectuellement de nos collègues et compagnons, avec une bonne mémoire, un large éventail d'idées et une vue perspicace des questions importantes", a assuré le Pr Crabtree.

Néanmoins, celui-ci croit que la science sera alors en mesure de résoudre le problème. Selon lui, cette dégradation étant tout de même lente, elle laissera largement le temps aux scientifiques de connaitre les mutations nuisibles à notre intellect, de savoir où elles se produisent, ce qu'elles provoquent et comment elles interagissent avec d'autres facteurs, environnementaux par exemple. "En ce temps-là, nous serons peut-être capables de corriger magiquement n'importe quelle mutation qui s'est produite dans toutes les cellules de notre organisme à n'importe quel stade de développement. Le processus brutal de sélection naturelle ne sera alors plus nécessaire", a t-il expliqué.

Une intelligence qui ne sert pas qu'à construire des maisons...

Reste que cette théorie est sans surprise assez discutée, notamment par le Pr Robin Dunbar, anthropologue à l'université d'Oxford. "[Le Pr Crabtree] part du principe que notre intelligence est conçue pour nous permettre de construire des maisons et de jeter des lances vers des cochons dans les buissons, mais ceci n'est pas le véritable conducteur de la taille de notre cerveau. En réalité ce qui a conduit l'évolution du cerveau de l'homme et du primate c'est la complexité de notre monde social [et] ce monde complexe n'est pas sur le point de disparaitre", a commenté ce spécialiste cité par le Telegraph.

"Personnellement, je ne suis pas sure qu'il y ait, dans le futur prévisible, une quelconque raison de paniquer, le taux d'évolution et les choses de ce genre prennent des dizaines de milliers d'années... Aucun doute que l'ingéniosité de la science trouvera des solutions à ces choses si nous ne faisons pas tout sauter avant", a t-il déclaré. Autre contestataire, le professeur Steve Jones, généticien à la University College London qui a commenté pour sa part : "à première vue, c'est un cas classique de science de faculté des arts. Peu importe l'hypothèse, donnez moi les données et là il n'y en a aucune".

"Je pourrais juste aussi bien soutenir que les mutations ont réduit notre agressivité, notre dépression et la longueur de notre pénis mais aucune revue ne publierait ça. Alors pourquoi publie t-il cela ?", a encore ajouté le Pr Jones cité par The Independent.

Article original sur MaxiSciences.


Il faut reconnaître qu'à observer certains de nos concitoyens, on pourrait légitiment se poser la question...


J'ai appris à me méfier de la façon dont la presse peut parfois synthétiser des études scientifiques, aussi je vais me dégotter l'étude originale de Trends in Genetics pour me faire un avis plus éclairé et plus juste des théories de ce Pr. Crabtree.

Cela dit, reste que si je me fie à l'article lui-même, ça tient quand-même plutôt de la pseudo-science que de l'analyse génétique sérieuse :

- l'intelligence est un caractère très complexe, gouverné par une multitude de gènes (influençant le développement embryonnaire, le système hormonal, la création et la destruction des cellules cérébrales...) dont seule une toute petite partie a été bien identifiée pour le moment. Sans oublier que l'acquis (l'éducation et l'environnement social/familial) joue une part au moins aussi importante que l'inné (le génétique) dans le développement de l'intellect...
Partant de là et de la difficulté à quantifier l'intelligence, sur quelles bases scientifiques peut-on estimer que les hommes d'aujourd'hui sont plus bêtes que ceux d'antan ?

- je ne sais pas trop d'où ce Pr. Crabtree sort que les mutations sont plus nombreuses à notre époque (source ?), ni en quoi celles-ci auraient nécessairement un effet négatif sur l'intelligence ? Une mutation n'est pas forcément délétère, la majorité d'entre elles passent même complètement inaperçues (on parle de "mutation silencieuse" dans le jargon), et occasionnellement elles peuvent même avoir un effet positif en apportant un avantage évolutif à l'individu.
En outre, je ne pense pas que la sélection naturelle s'exerçant durant la Grèce Antique ait été plus discriminante envers les individus "stupides" qu'elle ne l'est aujourd'hui...

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 26 Novembre 2012, 13:18 
Ornithorynque consterné
Ornithorynque consterné
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 16 Mai 2010, 16:44
Messages: 1201
Localisation: Dans une rivière australienne
Oui, moi aussi cet article me semble très douteux. Voici ce que j'avais répondu sur PFRN sur le même sujet :

Citer:
Ça me semble plus que discutable.

L'intelligence d'un individu ne dépend pas seulement de ses gènes, mais aussi de l'environnement dans lequel il évolue. Ce genre d'étude me semble peu pertinent, je me demande comment ils s'y sont pris pour obtenir leurs conclusions. Au pire, cela rappelle les élucubrations de penseurs douteux du XIXème siècle, avec des conclusions différentes toutefois. De plus, ils oublient que dans l'avenir, il pourrait être possible de corriger de façon indolore les mutations désavantageuses, et que ce ne sera pas uniquement l'intelligence individuelle qui comptera, mais l'intelligence étendue grâce à notre technologie. C'est déjà le cas aujourd'hui, d'ailleurs.

Pour le reste, je rejoins Arkayn.


Cela rejoint un peu le point de vue d'Ar Soner.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 26 Novembre 2012, 16:17 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6517
Localisation: Massif central. Par là.
Après, cela dit, je ne doute pas que les humains d'autrefois aient eu une intelligence différente de la notre, puisqu'ils vivaient dans un monde différents et avaient une culture distincte de celle des hommes actuels.
Ils avaient pour la plupart une culture fondée sur l'oralité, ce qui devait les obliger à entraîner quotidiennement leur mémoire (là où de nos jours, on repose sur les supports d'informations comme les livres et l'informatique) ; en tant que chasseurs, ils avaient probablement aussi un sens de l'observation plus affuté (chose qui n'est plus utile dans la vie actuelle). Enfin, à partir de l'Antiquité, les quelques chanceux qui avaient droit à une éducation (puisque cela n'était pas accessible aux femmes, ni aux esclaves, ni aux gros de la plèbe) étaient probablement de bons logiciens puisqu'ils recevaient un enseignement fortement influencé par la philosophie grecque.

Mais ce n'était pas des qualités "intrinsèques" aux hommes de l'époque, que nous aurions perdu depuis : n'importe quel homme actuel, soumis au même environnement, apprendrait lui aussi à exercer sa mémoire ou ses capacités d'observation. D'ailleurs, il y a encore des populations de nos jours qui ont de ce type de culture : je pense aux rares peuplades ayant un mode de vie chasseur-cueilleur en Afrique, Amérique du Sud et Océanie... Ou aux écoles coraniques, où les élèves apprennent par cœur le Coran et les ahadith.

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 26 Novembre 2012, 21:27 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2012, 09:30
Messages: 26
Les sociétés occidentales est si je peux me permettre une société premâchée. Tout est fait pour que l'homme soit facilitée ans ses gestes quotidiens. Alors que se sont les gestes quotidiens qui nous exercent. Je ne pense pas que l'on soit réellement régression mais juste en perte de vitesse. Il n' y a qu'à constater l'évolution du calcul mental depuis l'invention de la calculatrice.

Si on regarde bien un enfant actuel a une aisance insolente avec la technologie ce qui démontre une intelligence notoire. Après l'intelligence est relative...un footballeur possède une intelligence aux pieds qu'un mathématicien ne peut pas forcément avoir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze