Nous sommes actuellement le 24 Septembre 2019, 10:40

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 57 messages ]  Atteindre la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 25 Janvier 2009, 15:51 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 4971
Localisation: Großostn
Voilà, article sur le Manuscrit de Voynich mis en ligne.

La troisième partie (sur les hypothèses d'auteurs ou de traductions) est à développer, je l'ai un petit peu bâclée !
Je pensais aussi faire des scans de mon Code Voynich (un livre qui a été fait d'après les scans de l'original), scans que l'on pourrait regrouper dans une galerie, comme le suggérait PB. Comme il y a six parties dans le manuscrit, on pourrait faire un scan par partie, histoire d'aider à visualiser les choses.

Évidemment, s'il y a des problèmes de mise en page/fautes/sources/[...] vous pouvez modifier l'article. ;)

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 25 Janvier 2009, 16:34 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6082
Localisation: Massif central. Par là.
C'est marrant, j'ai toujours entendu parler du Manuscrit de Voynich, je ne savais pas qu'on pouvait enlever la particule. :)


Juste une petite remarque, qui est également valable pour ton article sur les Morts Mâcheurs.

L'introduction (la petite phrase en dessous du titre de l'article) est censée reprendre l'article de façon très synthétique et résumée, pour que le lecteur puisse comprendre en un seul coup d'oeil de quoi il retourne.
L'intro doit donc être la plus courte possible, tout en étant la plus pertinente : elle va droit au but, sans fioritures.

Aussi, pour ton article sur le Manuscrit de Voynich, plutôt que d'écrire :
Citer:
Cet étrange ouvrage, découvert dans la bibliothèque d’une demeure italienne par l’antiquaire Wilfrid Voynich, n’en finit pas de déchaîner les passions. En effet, il est connu comme un des livres les plus mystérieux jamais écrits : il est entièrement rédigé dans un alphabet inconnu, et orné d’images étranges.

je verrais plutôt quelque chose de plus simple, de plus neutre et de plus bref, comme ceci :
Citer:
Livre mystérieux, entièrement rédigé dans un alphabet inconnu et orné d’images étranges.


Ton introduction plus détaillé aurait plutôt sa place en tout début d'article, comme je l'ai fait par exemple sur l'article sur les jiang shi : on a d'un côté, l'introduction proprement dite ("créature du folklore chinois, intermédiaire entre le zombie et le vampire"), et juste en dessous, la définition du sujet de l'article ("dans la tradition chinoise, le jiang shi (du chinois 殭屍 , pinyin jiāngshī : "cadavre raide") est un cadavre animé, se déplaçant par petits bonds, bla bla bla...").

C'est en tout cas ma façon de procéder. Et elle a le mérite de clarifier et réduire la taille des index, qui comportent justement l'introduction en dessous du titre de chaque article.

Qu'en pensent les autres ?

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 25 Janvier 2009, 16:59 
Grand matou
Grand matou
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 29 Juillet 2008, 20:26
Messages: 6447
Après vérification sur Google, "Manuscrit Voynich" et "Manuscrit de Voynich" sont tous les deux utilisés à peu près aussi souvent, avec une légère préférence en faveur de "Manuscrit Voynich".

Bonnes remarques pour le paragraphe introductif.

_________________
:binocle: Sage à ses heures, idiot le reste du temps.
Horaire inconnu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 25 Janvier 2009, 17:41 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 4971
Localisation: Großostn
Article édité ! (Merci Paulie :o )

Je m'en vais faire de même sur celui des morts mâcheurs. Je dois revoir l'intro de Peter Plogojowitz aussi ?

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 25 Janvier 2009, 17:52 
Grand matou
Grand matou
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 29 Juillet 2008, 20:26
Messages: 6447
Pour moi, elle est raisonnablement courte :

Citer:
Modeste paysan serbe du XVIIIème siècle, qui devint mondialement célèbre post-mortem pour avoir été un des cas de vampirisme comptant le plus de témoignages


On pourrait peut-être abréger en "Paysan serbe du XVIIIème siècle devenu cél!bre post-mortem pour avoir été un des cas de vampirisme comptant le plus de témoignages", mais je ne pense pas qu'on en soit à trois ou quatre mots près.

_________________
:binocle: Sage à ses heures, idiot le reste du temps.
Horaire inconnu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 23 Février 2011, 11:17 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 3828
Citer:
Le plus mystérieux manuscrit du monde

C’est le manuscrit le plus mystérieux du monde. On l’appelle le manuscrit Voynich, du nom du marchand de livres anciens qui, en 1912, l’acheta dans un collège de jésuites près de Rome. Il se trouve actuellement à la Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l’université Yale, aux Etats-Unis, sous la cote MS 408. Pourquoi le plus mystérieux ? Tout simplement parce qu’on ignore qui l’a écrit, où il a été écrit et surtout ce qu’il raconte. Illustrée de plantes abracadabrantes dans sa plus grande partie, ce manuscrit contient aussi une partie “astrologico-astronomique”, avec notamment un zodiaque, une partie dite “anatomique” où, dans des bassins remplis d’un liquide vert et alimentés par une tuyauterie bizarroïde, se baignent des nymphes en costume d’Eve (voir ci-dessous), et une partie “pharmaceutique” dans laquelle les plantes semblent être classées auprès de récipients d’apothicaires.

Qu’est-ce donc que ce manuscrit ? Le texte ne nous donne aucune réponse pour une simple et bonne raison : il est rédigé dans un alphabet et une langue totalement inconnus. Ecrit de la gauche vers la droite et de haut en bas, il habille les dessins. Certains signes ressemblent à des lettres de l’alphabet latin ou à des chiffres arabes, le reste tient de la rune ou de l’idéogramme. Wilfrid Voynich eut d’emblée la conviction qu’il s’agissait d’un code ou, pour reprendre son expression exacte, d’“un chiffre”. Jusqu’à sa mort en 1930, il pensa que l’auteur de ce manuscrit si mystérieux n’était autre que Roger Bacon, un franciscain anglais du XIIIe siècle, esprit libre, un des pères de l’expérimentation scientifique, détracteur de la scolastique à la mode à son époque et, pour toutes ces raisons, persécuté par l’Eglise et assigné à résidence pendant une bonne partie de sa vie. Bacon avait de bonnes raisons de vouloir “masquer” ses écrits… ainsi que la capacité de le faire. Et Voynich avait de bonnes raisons de soutenir cette thèse car un manuscrit de Bacon lui assurait la fortune.

En réalité, comme je l’ai écrit en 2005 dans Le Code Voynich, ouvrage qui, pour la première fois, présentait un fac-similé du manuscrit (Jean-Claude Gawsewitch Editeur), la thèse Bacon ne tient pas la route. De nombreux indices laissaient penser que l’ouvrage est largement postérieur à la mort, en 1294, du Doctor mirabilis, comme on surnommait Bacon : ainsi, la calligraphie se rapproche de l’écriture humanistique, assez ronde, qui remplace les caractères gothiques au début du XVe siècle. Autre indice : le style des illustrations, dont les experts s’accordent à dire qu’il correspond à celui que l’on trouve en Italie à la même époque. Et il y a la preuve scientifique par le carbone 14, longtemps attendue, qui vient d’être officiellement annoncée il y a quelques jours par l’université de l’Arizona : le parchemin du manuscrit est inscrit dans une fourchette temporelle allant de 1404 à 1438. Pour réaliser cette datation, Greg Hodgins a eu l’autorisation de prélever quatre fragments du MS 408, sur quatre feuillets différents. Quatre minuscules rectangles de 1 millimètre sur 6, qui ont suffi à la datation. En réalité, celle-ci était officieusement connue depuis 2009, date à laquelle un documentaire autrichien l’avait révélée.

Ceci dit, pour intéressante qu’elle soit, la datation au carbone 14 apporte peu d’informations. Elle invalide définitivement la piste Bacon qui avait déjà beaucoup de plomb dans l’aile, détruit l’idée que certains végétaux représentés ressemblaient à des plantes rapportées d’Amérique par Christophe Colomb et annihile l’hypothèse selon laquelle le manuscrit était un canular d’époque rédigé au tournant du XVIe et du XVIIe siècle pour être vendu à prix d’or à un courtisan de l’empereur Rodolphe II de Habsbourg, féru d’ésotérisme et d’alchimie, voire à l’empereur lui-même. Autre thèse qui en prend un coup avec cette datation, celle du Britannique Gordon Rugg qui, en 2004, expliqua qu’on pouvait générer un faux texte ressemblant à celui du manuscrit Voynich à l’aide d’une grille de Cardan. Le hic, c’est que le mathématicien italien Girolamo Cardano vécut cent ans après la réalisation du manuscrit. Enfin, l’idée un peu saugrenue que Voynich lui-même ait pu créer ce livre, avancée par Rob Churchill et Gerry Kennedy dans leur par ailleurs excellent ouvrage, The Voynich Manuscript, semble morte et enterrée.

En revanche, la datation ne nous donne aucun indice sur ce que cache ce manuscrit. En rédigeant la longue préface du Code Voynich, j’ai été fasciné par le fait que tous ceux qui se sont attaqués au décryptage du livre et en ont proposé une solution se sont fourvoyés, victimes de ce que j’ai appelé la malédiction du manuscrit : tous y ont vu ce qu’ils ont eu envie d’y voir et se sont cramponnés à leur théorie contre toute logique. Le MS 408 se comporte, écrivais-je alors, “comme un démoniaque test de Rorschach, comme un miroir tendu vers le désir des déchiffreurs”. A l’heure qu’il est, seule la date de sa conception ne fait plus mystère. Pour le reste, on ignore toujours qui l’a écrit, pourquoi et comment on a codé son contenu (si jamais contenu réel il y a…) et ce qu’il raconte. On ne sait même pas si les illustrations et le texte ont un lien quelconque entre eux. Malgré l’évolution de la cryptographie, malgré la cohorte de passionnés, professionnels ou amateurs, qui s’y sont attaqués, malgré la puissance sans cesse croissante de l’informatique, l’objet résiste. Le manuscrit le plus mystérieux du monde le demeure.



http://blog.slate.fr/globule-et-telescope/2011/02/21/le-plus-mysterieux-manuscrit-du-monde/


Pour relancer un peu le sujet... 8-)

_________________
Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement.
Gilbert Keith Chesterton


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 23 Février 2011, 13:25 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6082
Localisation: Massif central. Par là.
Surtout que cet article est toujours à compléter (notamment du point de vue des hypothèses explicatives), s'il y a des motivés... ;)

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Le Manuscrit Voynich
MessagePublié: 23 Février 2011, 18:43 
Ornithorynque consterné
Ornithorynque consterné
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 16 Mai 2010, 16:44
Messages: 1186
Localisation: Dans une rivière australienne
J'ai lu quelque part que ce manuscrit pouvait en fait être un canular, le texte étant parfois écrit aussi aléatoirement que peut donner un hasard "généré par l'homme", et surtout à cause de répétition de mots qui n'ont lieu dans aucune langue humaine (une phrase contiendrait ainsi trois fois le même terme répété dont deux fois consécutivement).

Par ailleurs, l'ouvrage daterait du XVème siècle d'après une étude au carbone 14.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Manuscrit de Voynich
MessagePublié: 01 Juillet 2013, 01:10 
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 29 Juin 2013, 00:13
Messages: 19
Bonsoir !

Je propose une mise à jour de l'article sur le manuscrit de Voynich !
Et en voilà une version possible.

Je m'inspire LARGEMENT d'un documentaire sur Youtube dont j'ai mis le lien et
un peu de Wikipédia.

Le manuscrit de Voynich

Cet étrange ouvrage, découvert dans la bibliothèque d’une demeure italienne par l’antiquaire Wilfrid Voynich, n’en finit pas de déchaîner les passions. En effet, il est connu comme un des livres les plus mystérieux jamais écrits : il est entièrement rédigé dans un alphabet mystérieux, et décoré de peintures techniques ésotériques.
Wilfrid M. Voynich (ou Michał Habdank-Wojnicz) est né en 1865 à Hrodna, à l’époque en Russie. À cause de ses convictions de gauche, il est arrêté à Varsovie en 1886 et emprisonné un an et demi. Il est ensuite envoyé en Sibérie, mais il s’enfuit en 1890 et gagne l’Angleterre. Il épouse Ethel Boole et ils émigrent aux États-Unis, où ils ouvrent une boutique d’Antiquités.

Découverte du manuscrit

En 1912, il se rend en Italie, à Frascati, près de Rome. Là, en effet, les Jésuites veulent commencer la restauration d’un vaste palais (la Villa Mondragone), mais ils manquent de moyens. Ils décident alors de vendre une partie de leur collection de livres anciens à des antiquaires. Voynich entre en contact avec les religieux. Il achète une trentaine de manuscrit, et finit par voir le livre en question dans un coffre ayant appartenu au savant Atanas Kircher (1601 - 1680) :

« Alors que j’examinais les manuscrits (dit-il), dans l’intention d’acquérir une partie de la collection, mon attention fut spécialement attirée par un volume. Comparé aux autres qui étaient richement décorés d’or et de couleurs, il ressemblait tellement à un vilain petit canard que mon intérêt s’éveilla aussitôt. »

En effet, quand on voit son état, on ne peut que se demander les raisons de sa présence au milieu d’un si prestigieux ensemble. Il est assez moyen (22,5×16cm), sale, taché, moisi et troué. La couverture de vélin reliée par des cordons de cuir ne comporte ni titre, ni auteur. Il manque un certain nombre de feuillets (quatorze selon Voynich), et le parchemin des pages est tellement fin qu’on en voit fréquemment le verso par transparence. Voynich est tellement intrigué par ce manuscrit qu’il va l’emporter avec lui et tenter de le déchiffrer le restant de sa vie.

Constitution de l'ouvrage et utilité possible

Les 200 et quelques pages du manuscrit contenant environ 170 000 caractères peuvent se diviser en cinq parties, suggérées par le sujet des dessins :

Une première partie pourrait être assimilée à un Herbier.
Dans celle-ci, on trouve les dessins de tout un ensemble de plantes. En règle générale, un grand dessin d’une ou deux par page, agrémenté d’un paragraphe. Selon la conservatrice en chef de la bibliothèque de l’Université de Yale où est conservé le document, il serait probable de dire que l’auteur y explique où trouver ces plantes, comment elles poussent et à quoi elles servent. Les dessins paraissent réalistes dans ce qu’il désignent et non dans leur exécution qui ne paraît pas fidèle à la réalité, (fougères, pavot, tournesol…) mais parfois garnis d’éléments étranges : des racines ornées de pointes, des sortes de pattes griffues, des greffons farfelus… Il n’est pas hors de propos de supposer que l’ouvrage ait un lien avec la médecine ; basée sur les plantes à l’époque.

La deuxième partie (très détaillée) s’oriente vers l’Astrologie et la Cosmologie.
Elle contient un ensemble de dessins assimilés à des constellations : ce sont des cercles au centre desquels sont figurés étoiles, astres divers… Il est intéressant de constater qu’au milieu de certains de ces cercles, on retrouve des signes du zodiaque : dans l’ordre, Poisson (avec indiqué Mars), Bélier (Abril), Taureau (May), Gémeaux (Yony), Cancer, Lion (Anyst), Vierge (illisible), Balance (Octēbre), Scorpion (Novēbre), Sagittaire (illisible). On peut noter que le scorpion est représenté par une sorte de lézard, et que le lion ressemble davantage à un guépard. On trouve aussi des diagrammes circulaires assez obscurs. Sur un feuillet dépliant en neuf parties, on peut voir un dessin compliqué de neuf « îles » reliées par des chemins. Deux des îles contiennent des châteaux. Le lien avec la médecine peut aussi être fait ; car au Moyen Âge, avant de soigner quelqu’un avec des plantes médicinales il fallait connaître son signe astrologique.

La troisième partie s’apparente à de la Biologie/Balnéothérapie.
Dans cette partie, on peut voir des femmes nues se baigner dans des sortes de bassins ou de baignoires remplis d’un liquide vert. Les baignoires et bassins sont reliés par des conduites et des rigoles. Un des feuillets montre une sorte de douche. Certaines des baigneuses portent des couronnes, d’autre tiennent des végétaux à la main ; le texte est ici très dense. Il est assez étrange de constater que certains bassins ressemblent à des organes. Une hypothèse dit que le manuscrit de Voynich contiendrait le secret de la fontaine de Jouvence. Une hypothèse certes osée, mais qui concorderait avec la partie suivante.


On peut voir ici une baigneuse installée dans une sorte de baignoire alimentée par un système de tuyauterie.

La quatrième partie ressemble quant à elle à de la Pharmacologie.
On y trouve beaucoup de petits dessins de plantes qui seraient celles dessinées précédemment et d’appareils dits "de pharmacie", qui présentent des analogies avec les fours utilisés en Alchimie (athanor, four cosmique, four chimique) ; ces dessins sont légendés et garnis d’explications. Parfois, on retrouve une page de type herbier, avec un grand dessin de plante garni de son texte. On peut supposer qu’il y est expliqué comment couper et préparer ces plantes.


Appareils pharmaceutiques et plantes légendés dans la partie Pharmacologie".

La dernière partie – une vingtaine de pages – ne contient que du texte.
Chaque paragraphe commence avec une puce en forme d’étoile.
Un autre aspect mystérieux du Manuscrit de Voynich est l’alphabet qui constitue les textes qui le composent. Cet alphabet est totalement inconnu : on y décèle certains caractères inspirés du latin (a, o, i…), d’autres du grec, d’autres encore ressemblent à des chiffres arabes.



Texte mystérieux extrait du Manuscrit de Voynich, écrit dans un alphabet inconnu.

Personne n'a réussi à décrypter ces textes jusqu'à présent.
Cet alphabet ne ressemblant à aucun autre (ou plutôt, au contraire, ressemblant un peu à tous les alphabets de l'époque) a donné du fil à retordre à bien des chercheurs. Jusqu'à aujourd'hui, personne n'a réussi à traduire le Manuscrit de Voynich.

Tentatives d'explications

La fréquence d’utilisation des mots semble indiquer qu’il s’agirait d’une langue naturelle. De nombreuses hypothèses ont été avancées à ce sujet : certains penchent pour un simple système de cryptage, d'autres pour un système de transcription phonétique de langues d'extrême-orient, d'autres encore pour une "langue polyglotte" qui serait mélange d'allemand, de français et de flamand...

Au sujet de l'usage de ce livre, plusieurs hypothèses s’offrent à nous : était-il un recueil alchimique, un livre scientifique/médical crypté, une œuvre ésotérique cathare ?

De même, plusieurs auteurs ont été proposés :

Pendant ses recherches, Voynich fera des reprographies du manuscrit et mettra au jour, sur la première page, une signature effacée seulement visible aux ultraviolets. Jacob de Tepenech, médecin et herboriste du début de XVII siècle. A l’époque, la science et l’alchimie (considérée comme science occulte) étaient très liées ; pour éviter d’avoir des ennuis avec l’Eglise et les autorités, les alchimistes consignaient leurs recettes et savoirs secrets de manière codée. Ce qui discrédite Tepenech est la façon de dessiner les plantes. En effet à son époque au XVII siècle, les ouvrages de botanique contenaient des dessins précis et réalistes ; alors que ceux du manuscrit entrent dans l’époque du Moyen Âge avec des dessins moins proches du réel (comme évoqué précédemment) ou la « tendance » était de souligner les vertues que possèdent les plantes en grossissant telle ou telle partie du végétal par exemple. Tepenech aurait donc fait ces dessins dans la mouvance de son époque. Sa signature, retrouvée sur d’autres livres lui ayant appartenus, il est conclut que celui-là lui aurait été pendant un moment en sa possession.

Un autre auteur possible aurait été Roger Bacon, philosophe et savant anglais du XIII siècle dont les travaux portaient sur l’optique, la réflection et réfraction de la lumière. Il utilisait notamment des verres grossissants. L’hypothèse ici est que sur les dessins de la partie Astrologique notamment, on peut voir certaines formes semblables à des cellules composants les plantes, uniquement visibles au microscope.



Ici, un dessin du manuscrit ressemblant
étrangement à un virus.


Image en 3D d’un virus.


Un autre dessin du manuscrit de la partie «Astrologie».


Image de cellules végétales.

Le texte codé serait alors justifié, car au XIII siècle, une avancée scientifique de cette taille aurait valu à son auteur une mort certaine. Mais les verres grossissants de Roger Bacon n’étaient pas de taille à faire apparaître l’infiniment petit. Pour cela il faudra attendre le début du XVII siècle avec Cornelius Drebbel.

D’autres pensaient que Voynich lui-même aurait pu écrire ce manuscrit, grâce à son expérience d’antiquaire, tant l’écriture est propre et non raturée ou modifiée. Mais encore une fois, les différentes analyses (microscopie optique, analyse élémentaire des particules, techniques de spectroscopie et de cristallographie) des matériaux utilisés pour la rédaction du manuscrit révèlent bien qu’ils sont des matériaux qui étaient utilisés au XV et XVI siècles dans la rédaction d’ouvrages ; et rien n’indique qu’ils ont été reproduits plus tard pour le faire croire... L’authenticité du manuscrit de Voynich est donc avérée.

Une autre hypothèse avancée par Edith Sherwood, veut que les dessins notamment des femmes nues soient l’oeuvre d’un enfant du fait de leur imprécision et de leur caractère imparfait. Et pas n’importe lequel : Léonard de Vinci. D’après cette femme, l’image ci-dessous représenterait la date et l’heure de naissance du petit Léonard. Quinze femmes enceintes y sont montrées portant chacune une étoile, signe de nativité. Le bélier au centre serait le signe du bélier, autrement dit le moi d’avril. Il y aurait donc la date du quinze avril. De plus, la femme tenant son étoile au bout d’une écharpe à gauche de la tête de l’animal indiquerait 22h.

Dessin du manuscrit montrant la date et l’heure de naissance de Léonard de Vinci
selon Edith Sherwood.

Sachant que dès son plus jeune âge, Léonard de Vinci peignait et dessinait admirablement, la comparaison avec les dessins du Voynich serait douteuse...

D’après le linguiste Gordon Rugg, l’hypothèse la plus plausible serait que le manuscrit de Voynich soit volontairement dénué de sens. Le candidat idéal serait Edward Kelly (1555 - 1597), alchimiste, écrivain et homme de loi anglais du XVI siècle. Il se serait fait passer pour un savant en Europe où il aurait pu abuser de la crédulité de l’empereur Adolphe II, féru d’ésotérisme. Il l’aurait engagé, lui donnant les moyens de réaliser le manuscrit de Voynich comme d’un recueil secret d’alchimie. Adolphe II qui a acheté ce livre, l’a payé une petite fortune. Outre le motif financier, Kelly était connu pour son charlatanisme et pour certains son esprit quelque peu altéré ; il pensait en outre pouvoir communiquer avec les anges. Le mathématicien anglais John Dee aurait retranscrit les conversations de son ami dans le manuscrit de Voynich.

Une nouvelle va pourtant balayer toutes les hypothèses énoncées précédemment. Une datation au Carbone 14 fut effectuée, et les résultats indiquent que le manuscrit de Voynich a été fait entre 1404 et 1438.

Cette découverte va cependant éclairer les scientifiques.


Dessin du manuscrit représentant
un château aux créneaux en queue
d’hirondelles.

En effet, entre 1404 et 1438, au début du XV siècle, les créneaux en queue d’hirondelles ne sont présents qu’au nord de l’Italie. C’est donc au nord de ce pays que le manuscrit de Voynich a été écrit...

Il est maintenant d’actualité que des recherches soient entreprises dans les différentes archives de cette zone géographique.

On peut cependant noter que sur la dernière page, se trouve une phrase hermétique, en caractères latins (très) mal dessinés : ''michiton oladabas + multos + te tccr cerc + portas six + (illisible) + vix + ahia + mama + (illisible) valschobrey o mm gasmich o''

D'aucuns ont prétendu que là se trouvait la clef du code. Mais en attendant, personne n'a obtenu de résultat satisfaisant. Jusqu’à aujourd’hui, le mystère reste entier… et le manuscrit, réfractaire à toute tentative de déchiffrement.

Sources :

- http://archive.org/details/TheVoynichManuscript
- http://www.youtube.com/watch?v=IHJofAM65Wg (documentaire Arte)
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A ... _principal (pour l’orthographe et les dates de naissances et de morts des personnages historiques cités.)

Si cette version vous plaît, je vous enverrai le fichier PDF avec les photos :)

_________________
"Rock'n'Roll ain't noise pollution" - AC/DC


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: Manuscrit de Voynich
MessagePublié: 01 Juillet 2013, 09:53 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 4971
Localisation: Großostn
Pour que je m'y retrouve plus facilement, pourrais-tu éditer ton message en mettant en avant (gras, italique, couleur ou autre) les phrases que tu as modifiées/ajoutées ? ;)

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 57 messages ]  Atteindre la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze