Nous sommes actuellement le 17 Juin 2024, 08:31

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 412 messages ]  Atteindre la page Précédent  1 ... 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 17 Février 2024, 16:45 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 18 Novembre 2020, 12:02
Messages: 1079
Localisation: Sur ta rétine
Comme dit le proverbe, Qui vole un oeuf, vole un boeuf". Je crains pour la vie de son mec le jour où elle va envoir envie de rompre avec lui...ou le jour où LUI va vouloir rompre avec elle ! :twisted:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 21 Février 2024, 13:39 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/besancon/dans-le-doubs-des-chasseurs-appellent-a-reguler-la-population-du-lynx-espece-pourtant-protegee-2926002.html

Citer:
Vendredi 16 février, l'association de chasse de la commune de Fournets-Luisans (Doubs) a demandé à la Fédération départementale des chasseurs du Doubs d'étudier un "déclassement" du lynx, espèce pourtant protégée. Une volonté qui fait bondir les associations de sauvegarde des animaux, et à laquelle la Fédération départementale s'est dite "opposée".

Le lynx bientôt régulé dans le Doubs ? C'est en tout cas le souhait d'une petite partie des chasseurs du département. Dans un courrier envoyé le vendredi 16 février à la Fédération des chasseurs du Doubs, l'association intercommunale de chasse agréée (AICA), représentée par son président Steve Thalmann, appelle à la "régulation du lynx boréal", espèce pourtant protégée.

Dans ce document, que France 3 Franche-Comté a pu consulter, les mécontents réclament que plusieurs points relatifs au lynx boréal soient inscrits à l'ordre du jour de l'Assemblée générale des chasseurs du Doubs 2024, pour être votés. En plus de la régulation, Steve Thalmann demande à sa fédération de s'engager "à faire bouger les lignes quant au classement du lynx boréal" en tant qu'espèce protégée.

Le lynx responsable de la réduction du nombre de chevreuils ?
Autre demande, plus surprenante, annoncée dans le courrier, l'arrêt de "tout débat, exposition ou projection en lien avec le lynx boréal au sein des locaux situés rue du Châtelard", soit le siège de la Fédération départementale des chasseurs du Doubs. Pour justifier cette volonté de revenir sur le statut du lynx boréal, Steve Thalmann, "soucieux de l'équilibre agro-sylvo-cynégétique", expose la menace que représente l'animal pour "la pérennité des espèces chevreuils et chamois sur nos territoires de chasse".


Alors là... je ne sais plus s'il faut rire ou pleurer devant la stupidité abyssale des soi-disant "premiers écologistes de France". Mais ce qui est sûr, c'est que non seulement ils ont touchés le fond, mais encore un petit effort et ils vont atteindre le noyau solide de la Terre... :wtf:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 22 Février 2024, 19:45 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663
https://www.ouest-france.fr/sciences/animaux/je-veux-echanger-mon-chien-le-coup-de-gueule-de-la-spa-contre-les-proprietaires-irresponsables-ff40754a-d193-11ee-9f82-af005fb2f6fc

Citer:
« Je veux échanger mon chien » : le coup de gueule de la SPA contre les propriétaires irresponsables
Sur Facebook, la SPA d’Ibos (Hautes-Pyrénées) tire la sonnette d’alarme au sujet du comportement de certains propriétaires d’animaux. Elle explique recevoir des messages réclamant un échange de chiens, et dénonce également les retours de pensionnaires adoptés.

Alors que les refuges sont saturés partout en France, la SPA d’Ibos (Hautes-Pyrénées) a poussé un coup de gueule sur sa page Facebook samedi 17 février. Dans un post relayé par nos confrères de France 3 Occitanie , l’association a fait part de son désarroi et sa colère après avoir reçu le message d’une internaute. Cette dernière voulait donner son chien à la SPA et l’échanger contre un autre.

Une demande qui pourrait ressembler à une blague, mais il n’en est rien. « Des messages comme celui-ci, c’est presque quotidien, déplore le refuge sur Facebook. Nous avons encore un long chemin à faire pour faire comprendre aux gens que les animaux ne sont pas des jouets, que l’on peut jeter ou échanger quand on n’en veut plus ! ».

Le soutien des internautes
La publication a suscité de nombreuses réactions indignées. Dans leurs messages, les utilisateurs du réseau social ont apporté leur soutien à l’association. D’autres en ont profité pour partager des photos de leurs chiens, récupérés à la SPA, afin de prouver que les adoptions peuvent aussi très bien se passer.

Des encouragements nécessaires, d’autant que les refuges subissent de nombreux retours de pensionnaires ces derniers jours. Dans un autre post, la SPA d’Ibos relaie le message de celle basée à Hermeray, dans les Yvelines. Cette dernière dénonce les retours de chiens, dont les nouveaux propriétaires ne veulent plus.

Pas de chien « fourni clé en main »
« Un chien n’est pas un personnage fictif et la relation que l’on imagine si harmonieuse avec lui se mérite et se construit », explique l’association. Elle rappelle que l’adaptation peut prendre du temps et qu’une adoption ne doit pas se faire sur un coup de tête. « Un chien, comme tout être vivant, n’a pas d’interrupteur intégré qui permettrait de le mettre en veille aux horaires qui nous conviennent et qui l’animerait lorsque nous l’avons décidé. […] Même si chaque animal est évalué avec soin, même si un travail est effectué sur la plupart afin d’atténuer certaines problématiques, aucun ne vous sera fourni clé en main ».

Les retours dans les refuges ont un impact sur les animaux mais également sur les bénévoles. Surtout quand on sait que la SPA a pris en charge 44 844 animaux abandonnés ou maltraités en 2023, un chiffre en hausse de 1,5 % sur un an qui atteint presque le record de 2019. Selon l’AFP, l’association a recueilli l’an dernier 28 652 chats, 13 124 chiens, 2 894 nouveaux animaux de compagnie (NAC) et 174 équidés, ainsi que quelques animaux de ferme.


Se repointer à la SPA et demander si on peut échanger son chien ? Mais... :wtf:
Y'a rien qui va dans la tête de ces gens, clairement, ce ne sont pas les chiens qui sont en trop sur cette planète... :evil:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 26 Février 2024, 09:49 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663
Citer:
« Les ours paniquaient » : ces Ukrainiens qui sauvent des animaux de la guerre

Depuis le début de la guerre, il y a deux ans, des Ukrainiens portent secours à des animaux, sauvages ou domestiques. Témoignages de Yulia et Maryna, qui ont toutes deux entrepris de périlleux voyages pour sauver ours et chats.

C’était dans la nuit du 6 juin 2023. Le barrage hydroélectrique de Kakhovka, en Ukraine, explosait et lâchait 18 milliards de tonnes d’eau. En tout, quatre-vingts villes et villages et 65 000 hectares de forêts dans la région de Kherson ont été submergés. Yulia Nikonova était chez elle à Kiev lorsqu’elle a appris la nouvelle : « La veille, je fêtais mon anniversaire et le lendemain matin, je voyais ces images d’une population et d’une nature désolées. Quelques minutes plus tard, une amie rencontrée au refuge pour animaux de Kiev m’appelait. » Yulia, 33 ans, y travaille bénévolement depuis quelques années.

Les deux amies ont décidé de charger une voiture de vivres pour la population et pour les animaux « et de tout ce dont on pourrait avoir besoin sur place ». Direction Kherson avec d’autres amis bénévoles.

Comme elle, bien des Ukrainiens se sont investis, dès le début de la guerre, pour sauver les animaux. Près de 30 % des zones forestières ukrainiennes et environ 20 % des parcs naturels nationaux ont été touchés par la guerre que mène la Russie depuis le 24 février 2022, selon Rouslan Strilets, ministre ukrainien de la Protection de l’Environnement et des Ressources naturelles. La faune, qu’elle soit sauvage ou domestique, est une victime collatérale d’une guerre meurtrière, responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts côté ukrainien.

« Un obus est tombé là où notre bateau était amarré »
L’association de défense des droits des animaux Uanimals aurait évacué de zones de guerre quelque 3 000 animaux domestiques et sauvages et stérilisé 20 000 animaux abandonnés par leurs propriétaires partis en catastrophe. L’organisation est animée par des bénévoles, femmes et hommes soucieux de secourir le vivant, « humain ou animal ».


Un ours endormi pour être transporté vers un refuge allemand. Save Wild
Une fois arrivée dans la région de Kherson, inondée par la rupture du barrage, Yulia a embarqué sur un bateau avec des amis et des militaires. « Nous étions en train de charger des cages et de quoi attirer les animaux lorsqu’un obus est tombé là où le bateau était amarré. L’explosion était si forte que l’eau s’est élevée à 20 mètres de haut », se souvient-elle. Les obus se sont enchaînés.

Après s’être abritées quelques heures dans un commissariat, les deux amies ont repris leur distribution de soins, de vivres et de batteries électriques. Pendant des semaines, une routine s’est installée : des bénévoles, au volant de camions, ramenaient des dizaines d’animaux qu’elles soignaient. Près du rivage, Yulia et ses amis accueillaient sous des tentes les animaux rescapés (chiens, chiots, chattes qui venaient de mettre bas).

Elles ont fini par retourner à Kiev, une trentaine d’animaux dans leurs bagages, qu’elles ont déposés au refuge ou directement à la clinique vétérinaire pour être soignés. « D’autres bénévoles y sont encore, vous savez », souffle Yulia au téléphone.

Un périlleux voyage pour fuir les combats
Lorsque Maryna Shkvyria répond à notre appel, sa voix accuse une fatigue certaine. Zoologiste, elle s’est spécialisée dans l’étude des grands carnivores. Elle partage son temps entre son travail au Centre de conservation naturelle du parc zoologique de Kiev et les animaux sauvages accueillis au White Rock Bear Sanctuary, le refuge qu’elle a fondé avec son époux dans la région de Kiev. Depuis 2012, le couple sauve des ours et des loups des griffes de zoos et cirques privés peu scrupuleux. « Ici, de tels endroits sont monnaie courante. Les deux oursons étaient parqués dans une salle dans laquelle les visiteurs défilaient pour prendre un selfie avec eux. »

Le matin du 24 février 2022, les forces armées russes ont pénétré le territoire ukrainien par l’oblast de Kiev, où habitent Maryna et son mari, en passant par la Biélorussie. Cinq ours et deux oursons s’ébattaient alors dans le sanctuaire « semi-naturel » « Il était 4 heures du matin quand on a compris que les troupes se rapprochaient », se remémore-t-elle. Le couple a alors déménagé dans le refuge avec leurs chats, chiens, « des vivres, de l’eau, un générateur d’électricité et des médicaments pour les animaux ».

Dix jours plus tard, une partie de la région étant occupée, Maryna, Yegor et leurs animaux sont partis vers l’ouest du pays. « On en avait parlé à un autre refuge, proche de Lviv », à environ 70 kilomètres de la frontière polonaise, raconte-t-elle. Chats, chiens et ours ont entrepris un long et périlleux voyage de deux jours. « On a eu très peur, on n’avait pas de quoi calmer les ours en ces moments de panique, on a dû faire deux voyages », raconte-t-elle. Depuis, la plupart des animaux ont regagné leur refuge à Kiev, une fois que les forces ukrainiennes ont repoussé l’assaut russe en juin 2022. Trois des ours ont, eux, été recueillis par un refuge allemand.


Sollicités régulièrement par des bénévoles et même des militaires, le couple a accueilli, depuis, une lionne (désormais en Espagne), et d’autres ours. L’un d’entre eux, un ours noir d’Asie, Yantil, coule des jours paisibles dans un refuge écossais.

Il n’est pas le seul à avoir quitté le territoire ukrainien. Une louve polaire dont Maryna et son équipe se sont occupés pendant un an dans le White Rock Bear Sanctuary est « enfin arrivée à Nymfaio », en Macédoine grecque, se réjouit Maryna. Elle avait été secourue dans la région de Donetsk — la capitale officieuse et centre économique du Donbass annexée par les Russes en septembre 2022.

« Elle était en très mauvaise santé. Les dégâts de la guerre [sur les animaux] ne sont pas que le fait des opérations militaires, précise Maryna, mais aussi celui de l’abandon en masse de propriétaires de zoos privés qui exploitent les bêtes, puis les relâchent dans la nature. » Cela met en danger la vie des humains, selon elle, car des animaux qui errent dans les villes effrayés par les bombardements deviennent dangereux.


https://reporterre.net/Les-ours-paniquaient-ces-Ukrainiens-qui-sauvent-des-animaux

Les animaux aussi souffrent des guerres... (et les guerres sont, particulièrement la guerre en Ukraine, des catastrophes écologiques totales. Cette guerre est terrible pour les hommes, mais aussi pour les écosystèmes, la biodiversité etc... sans parler des émissions de gaz qui sont dantesques. Alors clairement, tout le monde s'en fout, mais c'est assez ironique quand même, quand on voit le gouvernement avec son lising social et autres mesurettes. Mais bon.).

De plus, il faut savoir qu'en Ukraine, il n'existait pas de législation encadrant/interdisant la détention d'animaux sauvages/exotiques. En gros, littéralement n'importe qui pouvait posséder un ours ou un tigre dans son jardin (d'ailleurs, énormément de vidéos internet montrant des fauves dans des salons viennent de là-bas), avec la guerre, les propriétaires de ses animaux ont fuit/les ont laissé à leur triste sort, ce qui explique que pas mal de structures européennes, de refuges, de zoos, se démènent avec des bénévoles sur place pour essayer de les sauver. (cela dit, tous les propriétaires n'abandonnent pas leurs animaux, j'avais vu un reportage sur un couple qui endurait les bombardements pour rester auprès de leurs panthères).

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 02 Mars 2024, 11:55 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/haute-saone/un-enfant-et-sa-mere-blesses-gravement-par-deux-malinois-a-vregille-en-haute-saone-2932947.html

Citer:
C'est la première fois que je vois ça. Ce sont vraiment des circonstances exceptionnelles. Les deux dames discutaient tranquillement quand tout à coup, le malinois a mordu l'enfant pour une raison indéterminée. La mère a défendu son fils. Puis le chien est décédé dans la foulée. C'est un peu comme s'il avait perdu la tête.
Capitaine Michael Hentzien, commandant la compagnie de gendarmerie de Vesoul.


J'avoue, je suis assez circonspecte sur cette histoire... d'habitude, le coup du "chien qui pète un câble subitement-on-sait-pas-pourquoi", j'y crois pas trop. C'est la grosse blague.
Souvent, ce sont juste des gens incapables d'interpréter les signaux d'apaisement du chien, un chien mal sociabilisé/mal dans sa peau parce que pas assez sorti/stimulé physiquement et intellectuellement, avec un lien au maître bof bof, et bref, surtout avec des races très demandeuses de tout ça comme le malinois, ben ça arrive... :roll:

Là, je ne sais pas, trop... on a un constat de gendarmerie. Donc, soit y'a autre chose et les gens ont raconté n'importe quoi pour se "couvrir", soit c'est vrai et on peut tabler sur un AVC ou autre, je me dis que c'est possible.
Des chiens qui se réveillent mal d'une anesthésie et qui peuvent être agressifs un court moment (c'est peu comme les humains, des fois après une AG on ne sait plus trop où on est, ou c'est comme si le cerveau "rêvait" n'importe quoi, mais les muscles peuvent agir, et du coup on fait n'importe quoi aussi, bref, vous saisissez l'idée), et ça peut être très impressionnant. Chez les gens, on a aussi des bouffées délirantes aiguës, c'est rare, mais ça arrive. Ou des personnes qui font un AVC, et qui vont raconter des trucs sans queue ni tête (il y a un moment, un collègue a fait ça devant nous à la cantine du boulot, il s'est mis à raconter qu'il avait des micros dans les dents, et qu'on passait à la télé... et en fait, après arrivée du SAMU et tout, il faisait un AVC... :? ).

Bref, j'espère que quelqu'un va avoir la bonne idée d'autopsier le chien, parce que moi ça me pose question cette affaire... :think:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 19 Mars 2024, 21:08 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663
Citer:
Le primatologue néerlandais Frans de Waal est mort
Il avait acquis une renommée grâce à ses travaux démontrant que les primates non humains sont dotés, eux aussi, de capacités réputées humaines.

Article rédigé parfranceinfo avec AFP

Le primatologue néerlandais Frans de Waal est mort jeudi à l'âge de 75 ans d'un cancer de l'estomac, a annoncé, samedi 16 mars, l'université Emory à Atlanta (Etats-Unis), où il enseignait. "De son livre fondateur en 1982, La Politique du chimpanzé, à celui de 2019, La Dernière Etreinte, De Waal a brisé des préconçus longtemps tenus sur ce que signifiait être un animal et un humain", a salué la faculté dans un communiqué. Frans de Waal était en effet connu pour ses travaux démontrant que les primates non humains sont dotés, eux aussi, de capacités réputées humaines. Le magazine Time l'avait désigné en 2007 "l'une des 100 personnes les plus influentes au monde".

Né en 1948 à Bois-le-Duc aux Pays-Bas, Frans de Waal étudie la zoologie et l'éthologie avant d'obtenir un doctorat en biologie. Sa thèse le voit travailler avec des chimpanzés du zoo d'Arnhem et il fait alors sa première "découverte majeure", souligne l'université Emory : les chimpanzés se réconcilient après une dispute. Il dira lors d'une conférence en 2011 que c'est à ce moment-là que son image des humains "a commencé à changer". Frans de Waal déménage en 1981 aux Etats-Unis, avant de s'installer à Atlanta pour enseigner à Emory jusqu'à sa retraite en 2019.

Dans un entretien à l'AFP en 2022, Frans de Waal appelait aussi à ne pas choisir entre nature et culture, à rebrousse-poil de combats souvent idéologiques. "On considère [les grands singes] mus avant tout par l'instinct et la biologie, mais on voit aussi chez eux une culture", expliquait-il. Dans ce cadre, "le concept de genre est utile, car il met l'accent sur cette interaction entre biologie et culture", sans négliger la force de la biologie. Son dernier livre, Différents, le genre vu par un primatologue, voit le chercheur balayer plusieurs thèmes au cœur des débats qui agitent nos sociétés : les rapports entre les sexes, la hiérarchie sociale, la violence, l'inné ou l'acquis.


https://www.francetvinfo.fr/sciences/le-primatologue-neerlandais-frans-de-waal-est-mort_6430237.html

Pour les sciences du vivant et plus largement la connaissance humaine et la défense des animaux, c'est vraiment une très grande perte...
J'ai lu un de ses bouquins surtout (Sommes nous trop bêtes pour comprendre l'intelligence des animaux ?), un grand chercheur, et un grand vulgarisateur... :cry:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 20 Mars 2024, 09:51 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 3438
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Oui, j'avais vu ça aussi, quelle tristesse... Ses livres étaient vraiment passionnants.

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Mars 2024, 11:48 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663
Citer:
Les humains transmettent plus leurs virus aux animaux que l'inverse
Thomas Messias - 27 mars 2024 à 7h00

Oh non, on a encore le mauvais rôle…

Notre méfiance vis-à-vis de certains animaux et de leur aptitude à semer des virus sur leur passage est-elle si justifiée que cela? D'après New Scientist, c'est plutôt l'inverse: nous sommes plus dangereux pour la faune que le contraire. Une analyse de génomes réalisée à l'University College de Londres (UCL) le confirme. «Nous transmettons plus de virus aux animaux que eux nous en donnent», explique Cedric Tan, spécialiste en biologie moléculaire à l'UCL, qui a codirigé une étude parue dans la revue Nature Ecology and Evolution.

Les résultats de ces travaux sont sans équivoque. Lorsqu'un virus circule entre humains et animaux, ce sont les humains qui le transmettent aux animaux dans 64% des cas. Même l'exemple du tristement célèbre SARS-CoV-2 (le virus à l'origine du Covid-19) doit être regardé sous un nouvel angle. S'il nous a possiblement été légué par des chauves-souris, nous l'avons ensuite refilé à bien d'autres espèces animales.

Pour parvenir à ces résultats, l'équipe de Cedric Tan a eu recours à une base de données dans laquelle figurent 12 millions de séquences de virus, qu'elle a utilisées afin d'étudier la façon dont ceux-ci se propagent d'une espèce vers une autre. La base a été réduite à environ 60.000 entrées, les plus exhaustives, qui ont servi à bâtir ce que les chercheurs et chercheuses désignent comme des «arbres généalogiques».

Qui est le nuisible?
Finalement, les chercheurs ont isolé 599 cas de virus pour lesquels une transmission interespèce avait eu lieu. Ils ont alors constaté que, dans quasiment deux tiers des cas, nous sommes les expéditeurs, tandis que les animaux sont les destinataires. Les virus comme le SARS-CoV-2, le MERS-CoV (coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient) ou la grippe sont en grande partie responsables de ce déséquilibre. Mais même en les excluant, le nombre de transmissions de l'humain vers l'animal est encore à 54%.

Pour certaines espèces, les risques sont potentiellement très importants, en particulier pour les plus menacées. New Scientist cite le cas de chimpanzés morts en Ouganda en début des années 2000, après avoir contracté le métapneumovirus humain, virus responsable de pneumopathies ou d'infections des voies aériennes supérieures, qui leur a été transmis par des humains.

Que cela ne nous empêche pas de craindre, par exemple, les rats qui pullulent dans certaines zones. Les personnes travaillant avec des animaux doivent aussi continuer à utiliser certains équipements de protection. Mais dans la réalité, nous devrions prendre davantage conscience qu'en matière de virus (et d'ailleurs pas seulement), les nuisibles, c'est nous.


https://korii.slate.fr/et-caetera/humains-transmission-virus-interespeces-animaux-maladies-genome-covid-19-sars-cov-2-grippe-sante

On entend ici et là que les animaux en général des "réservoirs" à virus et de potentielles pandémies dangereuses pour l'être humain. C'est même un argument "hygiéniste" qu'on entend souvent dans les critiques à l'encontre des animaux de compagnie, ou de la proximité homme/animal.
Et bah, clairement, il apparait que ce sont nous les plus dangereux. J'ai envie de dire : encore... :roll:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 30 Mars 2024, 16:30 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663
https://www.francebleu.fr/infos/societe/polemique-shaka-ponk-a-nimes-julien-plantier-ecrit-au-chanteur-nous-ne-sommes-pas-des-tortionnaires-5455168

Je ne sais pas si vous avez vu passer la polémique Shaka Ponk VS la corrida... (j'aimais déjà bien ce groupe, là je les aime encore plus... :mrgreen: )...

Mais alors, la lettre du 1er adjoint à la ville de Nîmes pour répondre au groupe et défendre la corrida, faut la lire... c'est du grand art. Mauvaise foi, hors sol, malhonnêteté intellectuelle, pseudo poésie de la corrida bref comme foutage de gueule XXL c'est assez magique... ( et c'est bien, la technique est adaptable : "Non monsieur l'agent, je n'ai pas voler cette montre. Celle-ci a translaté dans ma poche dans un magnifique hommage à la mécanique quantique, vous ne comprenez décidément rien à rien... " :roll: )

Transpercer d'épées un taureau vivant qui leur a rien demandé, ce n'est pas de la torture, c'est un hommage au chaos et à l'harmonie. Je sais que c'est leur grand argument, mais ça me fait toujours autant halluciner. :wtf:
Et le rappel à la liberté... on croirait entendre un pédophile défendant son droit à prendre du bon temps en Thaïlande. :roll:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 05 Avril 2024, 12:26 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 5663


https://www.youtube.com/watch?v=YzcGmHnwrZk

Un petit moment de joie et de bonne humeur, pour changer...

En principe, je n'ai pas une bonne opinion des bars à chats/chiens etc... SAUF lorsque le principe est d'adopter et de manière éthique, comme c'est le cas pour le Waf Café.
Bon, visiblement, contrairement à un café à chats, où l'ambiance est feutrée et cosy, là on a plus un joyeux bordel (normal je dirais... :mrgreen: ), mais les chiens ont l'air très sympas et pour la socialisation (surtout des chiots) c'est vraiment parfait... 8-)

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 412 messages ]  Atteindre la page Précédent  1 ... 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze