Nous sommes actuellement le 28 Septembre 2021, 05:18

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 450 messages ]  Atteindre la page Précédent  1 ... 41, 42, 43, 44, 45
Auteur Message
MessagePublié: 25 Juillet 2021, 11:28 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4620
J'avoue que le côté "ça commence avec un vaccin, et après on est bon pour se faire vacciner tous les ans pendant 10 ans si on veut un pass à jour. Et puis après ce sera ceci et cela"... je me suis poser la question.
Après... le mail sous-entend qu'il y a un plan dans tout ça... Et là, je me demande bien lequel ? Je ne vois pas trop quel est le but et le plan derrière tout ça ?...

Du coup, j'en arrive un peu à la même conclusion qu'Ar Soner plus haut (rasoir de Hanlon tout ça) : nous sommes gouvernés par une bande d'amateurs qui crèvent de trouille, et qui brassent de l'air pour "faire quelque chose". Des mouches affolées qui se tapent désespérément au carreau...
Ces mecs, c'est le capitaine du Titanic en fait : ils viennent de se rendre compte qu'ils ont oublié les jumelles au port... :mrgreen:
Et je ne sais pas si c'est pas pire en fait, quand on y réfléchit bien... :think:

Cela dit, oui, leurs erreurs politiques et leur inconséquence ont clairement contribuer à fracturer encore plus la société, à alimenter les peurs et les ressentiments, les frustrations, des uns et des autres... Avec le contre-coup de la crise sanitaire et du quoi qu'il en coûte, il faudra une pichenette (au hasard une taxe carbone de trop, un serrage de vis sur les retraites ou l'assurance chômage etc...) et pouf, ça va repartir en vrille.

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 29 Juillet 2021, 20:12 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 22 Mai 2019, 12:49
Messages: 174
C'est ça le pire dans toute cette affaire, ils sont peut être vraiment cons. :think:

Après je comprend que les gens pètent de plus en plus les plomb. Au de la du fait que Marcon avait promis que la vaccination ne serait pas obligatoire, on mets (dans les média) l'accent sur les antivax et autres comploteux. Alors que les gens veulent surtout de la transparence concernant le vaccin, ainsi qu'une grande méfiance face à toute les tentative de fichage du gouvernement.

_________________
Le jour viendra que, par une étude suivie de plusieurs siècles, les choses actuellement cachées paraîtront avec évidence, et la postérité s'étonnera que des vérités si claires nous aient échappé.

Sénèque.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 29 Juillet 2021, 20:16 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 22 Mai 2019, 12:49
Messages: 174
Ar Soner a écrit:

L'avantage (purement égoïste) de ces 2 dernières années, c'est que je suis nettement plus pris au sérieux lorsque je parle d'effondrement... :shifty:


Rhoo, alors ça c'est un peu petit, mais c'est pas faux.

_________________
Le jour viendra que, par une étude suivie de plusieurs siècles, les choses actuellement cachées paraîtront avec évidence, et la postérité s'étonnera que des vérités si claires nous aient échappé.

Sénèque.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 02 Août 2021, 10:35 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 2866
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
StarVolante a écrit:
J'aimerai savoir ce que vous, vous en pensez.
(J'ai mis sous forme .Jpg pour rendre le truc un peu mieux)

Déjà, qu'il y a une faute de conjugaison dans la cinquième phrase, ça fait toujours sérieux.
Mais ceci mis à part, c'est un document intéressant parce qu'il permet de mieux comprendre ce qui se passe dans la tête des manifestants anti-pass sanitaire. Et c'est intéressant, parce qu'il y a un mélange d'interrogations que l'on pourrait qualifier de légitimes (la faiblesse des chiffres considérés pour parler d'une "quatrième vague" — j'avoue m'être posé la question aussi), de craintes plus ou moins fondées, et de gros complotisme crasse.

Moi je pense comme Chimère qu'on est surtout gouvernés par des incompétents complets qui essaient du mieux qu'ils peuvent de faire croire qu'ils agissent pour dissimuler le fait qu'ils n'ont absolument aucune idée de ce qu'il font.
Et sinon, en ce qui me concerne, deux choses : premièrement, les anti-pass-sanitaires, pour moi, ce sont des enfants. On leur signifie clairement qu'ils ont le choix, la liberté, de se faire vacciner ou de restreindre leurs libertés. Et eux, ils ne veulent pas, ils ne comprennent pas, ils veulent vivre comme les autres mais sans faire l'effort que les autres ont fait, ils veulent le beurre et l'argent du beurre, et ils font une grosse colère quand on leur dit que ce n'est pas possible. Je trouve ça ridicule. Et en plus, ils mettent en danger tout le monde, puisque plus ils renâclent à se faire vacciner, plus on court le risque de nouvelles mesures restrictives et de reconfinements.
Parallèlement, ce qu'il ne faut surtout pas, c'est que le gouvernement réimpose des mesures restrictives à tout le monde. Parce que sinon, ça reviendrait à reconnaître implicitement que la vaccination ne servait à rien, n'apportait aucun des avantages promis — et donc in fine à donner raison aux manifestants.

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 05 Août 2021, 11:36 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 18 Novembre 2020, 12:02
Messages: 493
La dernière farce du druide marseillais :

Desinfox Vaseline ou Vicks Vaporub dans le nez : une nouvelle vidéo de Didier Raoult provoque un tollé

Le directeur de l'IHU de Marseille a publié une vidéo mardi incitant à utiliser certains produits en application dans les narines. Le fabricant d'une pommade contre le rhume alerte.

Lire l'article du journal "Le Progrès" : https://www.leprogres.fr/sante/2021/08/ ... e-un-tolle

Et/ou regarder la vidéo en question :


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 06 Août 2021, 20:03 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 22 Mai 2019, 12:49
Messages: 174
Je comprend ce que tu veux dire Pochel au sujet des anti pass-sanitaire, mais (et sans pour autant être antipass) j'aimerais faire remarquer que le gouvernement nous met un peu au pied du mur. On a plus ou moins était sommet de s'injecter dans les veines des vaccins d'on ne sait pas tout.
Si on m'avait laisser le choix je ne me serais pas faits vacciner et serait rester chez moi, mais vu que la fac va surement demander un pass sanitaire, ben j'ai dû y aller.

Et effectivement le gouvernement veut éviter un nouveau confinement car cela serait s mettre en position d'échec par rapport à une population exténuée.

_________________
Le jour viendra que, par une étude suivie de plusieurs siècles, les choses actuellement cachées paraîtront avec évidence, et la postérité s'étonnera que des vérités si claires nous aient échappé.

Sénèque.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 06 Août 2021, 20:06 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 22 Mai 2019, 12:49
Messages: 174
D'un côté si encore maintenant y a des gens pour faire confiance aux conseils de Raoult ben....

Naturelle sera la selection quoi... :s

(c'est très méchant je sais)

_________________
Le jour viendra que, par une étude suivie de plusieurs siècles, les choses actuellement cachées paraîtront avec évidence, et la postérité s'étonnera que des vérités si claires nous aient échappé.

Sénèque.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 10 Août 2021, 20:04 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 2866
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Raoult en arrive au moment où il a l'impression qu'on commence à l'oublier, il a besoin qu'on parle de lui, et il se met à faire n'importe-quoi pour atteindre ce but... :s

(bien d'accord sur la sélection naturelle d'ailleurs...)

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 16 Septembre 2021, 11:26 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4620
Citer:
L'arrogance de la médecine à la française nuit à la prévention des maladies
Laure Dasinieres — 16 septembre 2021 à 11h34

L'héritage culturel, scientifique et sanitaire de Claude Bernard s'incarne dans la gestion de l'épidémie de Covid-19 par le gouvernement français... et dans celle du sida, qui sévit depuis plus de quarante ans.

Depuis le début de la crise sanitaire, nombre de voix se sont élevées pour dire «il n'y a qu'à ouvrir des lits d'hôpital». Sous-entendu: plutôt que de confiner et d'imposer des mesures sanitaires contraignantes. Comme si une hospitalisation était anodine, individuellement comme collectivement.

Pas plus tard que le 7 septembre, Arnaud Montebourg a affirmé sur France Inter: «Il existe des médecins qui ont trouvé des médicaments efficaces qui sont une alternative aux vaccins [contre le Covid] et qui éviteraient l'obligation vaccinale.» Non seulement, bien sûr, l'efficacité de ces médicaments est absolument illusoire, mais où est passé le «mieux vaut prévenir que guérir» de nos grands-parents?

Comment expliquer qu'aujourd'hui, même dans le cas où il existerait des traitements efficaces et sûrs, certains préféreraient tomber malades et se voir administrer un médicament plutôt que de prévenir la maladie? Comment, plus largement, notre gouvernement a-t-il préféré l'attentisme et la stratégie du temps gagné à l'anticipation et à la prévention?

À LIRE AUSSI 12 réponses à donner aux personnes qui hésitent à se faire vacciner contre le Covid-19

Pour David Simard, docteur en philosophie, enseignant en bioéthique et éthique médicale à la faculté de médecine de l'Université Paris Est-Créteil, une des réponses est à aller chercher dans notre déficit de culture de prévention en santé, qui est un héritage de Claude Bernard, médecin, physiologiste, épistémologue français du XIXe siècle et inventeur de la médecine scientifique.

Il explique: «Dans son Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, Claude Bernard écrit à propos de la médecine conçue uniquement comme une science passive d'observation, qu'elle “ne peut conduire qu'à l'expectation et à des prescriptions hygiéniques plus ou moins utiles; mais c'est la négation d'une médecine active, c'est-à-dire d'une thérapeutique scientifique et réelle”. Derrière l'opposition entre l'observation passive et l'expérimentation active (en laboratoire) sur laquelle Claude Bernard a fondé la distinction entre la clinique et la physiopathologie, s'entend en creux une autre opposition, qui a marqué le champ de la santé en particulier en France: celle entre l'hygiène qui prévient et la médecine qui soigne.» En résumé, la médecine scientifique, la vraie, la pure, la dure, la noble, consisterait à soigner et non à prévenir.

Le philosophe poursuit: «Cette opposition se retrouve encore aujourd'hui en France dans le degré de noblesse accordé aux études de médecine par rapport aux études en santé publique, rapportées au champ de la prévention et de l'éducation, qui se trouvent dévaluées. En somme, la maladie est un objet plus noble que la santé. D'ailleurs, à l'exception, notable, de la définition positive qu'en donne l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme état de bien-être, la santé se réduit le plus généralement négativement à l'absence de maladies, faisant ainsi de la maladie l'étalon de mesure de la santé.»

Selon lui, il existe une certaine arrogance de la médecine à la française, sinon un fantasme de toute-puissance qui se caractérise par une sorte de mépris pour la prévention. En ce sens, la prévention serait un aveu d'échec des thérapeutiques.

Le parent pauvre des politiques gouvernementales
Cet héritage culturel, scientifique et sanitaire s'est largement incarné dans la gestion de la pandémie par le gouvernement français. Contrairement à d'autres pays qui visaient le «zéro Covid», soit le «zéro malade du Covid», la France a basé sa politique sur la situation hospitalière: on confinait pour éviter la saturation de l'institution qui a pour vocation d'accueillir et de (tenter de) soigner les malades. Cela s'est traduit non seulement par un certain attentisme, mais également par une politique du «vivre avec», sous entendu «avec le virus».

On a aussi pu constater un faible investissement dans des interventions non médicamenteuses pour prévenir les contaminations. On pense tout particulièrement au manque de sécurisation des établissements scolaires ainsi qu'au peu de place donnée aux mesures d'aération et de ventilation des lieux clos.

À LIRE AUSSI Les enfants et adolescents, grands oubliés des mesures de lutte contre le Covid-19

Lorsque le 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a pris la parole, nous avons pu espérer un changement de cap vers davantage d'anticipation. En effet, il a semblé amorcer un semblant d'approche préventive –l'incidence était alors relativement faible. Mais, comme l'observe David Simard, «l'anticipation présidentielle n'aura finalement été que rhétorique. Depuis son allocution, les nouvelles entrées hospitalières et en soins critiques hebdomadaires ont été multipliées par 7 environ, les hospitalisations en cours ont refranchi le seuil des 10.000, les soins critiques en cours celui des 2.000, et, même si le ratio eu égard aux cas positifs a baissé grâce à la vaccination, on compte désormais une centaine de décès par jour en moyenne. Si la couverture vaccinale progresse et a franchi le seuil de 60% de schéma vaccinal complet au niveau national, face au variant Delta et au relâchement précipité des mesures barrières, elle n'est pas suffisante pour empêcher une circulation virale entraînant une dégradation significative de la situation hospitalière.»

En cause? Un large défaut de politique «d'aller vers» les personnes touchées par les inégalités aux soins pour les amener à la vaccination ainsi que, dans le même temps, une volonté de miser sur le tout-vaccinal alors que les vaccins –tout aussi cruciaux qu'ils soient– n'empêchent pas à 100% la contamination et la transmission du virus. Dans le même ordre d'idées, le pass sanitaire n'a été qu'une incitation mal foutue à la vaccination et jamais un véritable outil pour limiter drastiquement la circulation virale.

À l'heure actuelle, la prévention anti-Covid, du moins ce qui a trait aux interventions non médicamenteuses, reste le parent pauvre des politiques gouvernementales.

Ce n'est pas parce que le sida se traite mieux que l'avoir n'est rien
La question du déficit de culture de prévention en France se retrouve également au sein de certaines populations durant la crise sanitaire. La prévention contre le Covid –c'est-à-dire le respect des gestes barrières ainsi que les restrictions sanitaires– a pu être perçue par certains comme opposée à une idée du «bien-vivre»: il semblait alors préférable de poursuivre une vie dite normale avec sorties au cinéma, au café ou au restaurant et de risquer d'attraper le virus (et de le transmettre) plutôt que d'adopter une attitude préventive.

Ces mêmes personnes ont préféré croire que le gouvernement interdisait de prescrire certains médicaments pour imposer des mesures coercitives et les empêcher de vivre, ou du moins de «bien vivre». Or, comme le rappelle David Simard: «Historiquement, et telle qu'elle a été déployée par l'hygiénisme protestant, la notion de bien-vivre consistait à adopter des mesures permettant de ne pas tomber malade.»

Afin de soutenir la thèse du défaut de culture de la prévention en France, on pourrait établir des liens avec la pandémie de VIH/SIDA qui sévit depuis plus de quarante ans. Ici, la comparaison est difficile tant cette dernière pandémie est marquée par le sceau de la stigmatisation, de l'homophobie, de la transphobie, de la putophobie et du racisme, et par le caractère plus fréquemment létal de l'infection ainsi que par ses modes de transmission.

«Aujourd'hui, l'annonce d'une séropositivité demeure un cataclysme pour la personne.»
Gabriel Girard, sociologue de la santé
Gabriel Girard, sociologue de la santé qui travaille sur le VIH et la santé des hommes gays, raconte: «Au début de la pandémie, dans les années 1980, les médecins faisaient ce qu'ils pouvaient mais le biomédical était totalement impuissant et les gens mouraient en nombre. Même si elles sont arrivées assez tard, notamment avec la création d'Act Up, la prévention et la notion de réduction des risques se sont imposées, au point même que certaines personnes ont arrêté d'avoir des relations sexuelles.» Aujourd'hui, avec l'arrivée des traitements qui rendent la charge virale indétectable et le virus intransmissible, la prévention a-t-elle été mise de côté?

Ce n'est pas si simple. «Il pourrait y avoir une idée selon laquelle être contaminé par le VIH ne serait pas “si grave” mais la sérophobie est si intense que ce type de discours ne prend pas. En outre, le discours sur “indétectable = intransmissible” est complexe. Si les choses ont beaucoup changé sur le plan médical, cela n'est pas le cas sur le plan des représentations. Aujourd'hui, l'annonce d'une séropositivité demeure un cataclysme pour la personne», assure le sociologue.

Il admet: «Il y a une culture de la thérapeutique désormais. Avec l'arrivée des antirétroviraux, la pandémie de VIH/sida a été reprise en main par le biomédical.» La conséquence de ce tout-thérapeutique est que les personnes séropositives sous traitement déplorent un manque de suivi et d'écoute. Dès lors que l'on dépasse la prescription et le suivi des analyses, il n'y a plus grand monde...

À LIRE AUSSI La sérophobie, le dernier symptôme à abattre du VIH

Du côté de la prévention, nous sommes donc dans une espèce de zone grise où la situation est pour le moins paradoxale. Si bien évidemment personne ne souhaite attraper le VIH et que la stigmatisation des personnes séropositives demeure malheureusement considérable, le port du préservatif tend à diminuer et les jeunes ont moins la culture du test que les personnes qui ont grandi dans les années 1980. Cela peut s'expliquer par une diminution du sentiment de risque et par un gros manque de campagnes de prévention, campagnes qui, ces dernières années, ont été pour le moins frileuses.

Il existe en outre de vraies réticences à prescrire la PrEP (prophylaxie pré-exposition) aussi bien aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, aux personnes trans, aux travailleurs et travailleuses du sexe et femmes cisgenres hétérosexuelles. «En matière de VIH, la prévention demeure intimement liée à la morale», regrette Gabriel Girard.

On voit bien comme il est difficile d'établir des généralités tant le contexte influe sur la relation à la prévention. Reste que lorsque le biomédical peut faire le job ou est supposé pouvoir le faire, la prévention a tendance à être mise en second plan, sinon totalement de côté.


http://www.slate.fr/story/215778/covid-19-france-malade-deficit-culture-prevention-traitement-sida-vih-arrogance-medecine-scientifique-francaise

J'ai trouvé que cet article était pas mal intéressant, pour remettre en perspectives les problématiques liées au virus, au pour/contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale, dont parlait Métro dans un autre sujet (c'est ce qui m'a fait penser à poster cet article), etc... et voir les choses sous un autre angle.

On dit souvent qu'en médecine occidentale, on paye le médecin quand on est malade pour vous soigner, alors qu'en médecine orientale, on le paye à l'inverse quand on reste en bonne santé... A mon sens, le manque de prévention (notamment quand on voit que les malades les plus gravement atteints ou décédés du Covid avaient aussi d'autres facteurs de comorbidités qui étaient, eux, parfaitement évitables) a beaucoup joué dans l'impact sanitaire et humain du virus.
ça serait intéressant de voir les politiques (et même en l'espèce les médecins qui ont eu voix à ce chapitre dans tous les médias) se poser les bonnes questions.

Mais comme en matière d'environnement, on ne peut que constater qu'ils ne se les posent surtout pas (sans doute parce qu'elles fâchent un peu trop), et c'est bien ça le plus désolant... :|

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 17 Septembre 2021, 10:17 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 18 Novembre 2020, 12:02
Messages: 493
Chimère a écrit:
Citer:
..........
On dit souvent qu'en médecine occidentale, on paye le médecin quand on est malade pour vous soigner, alors qu'en médecine orientale, on le paye à l'inverse quand on reste en bonne santé... A mon sens, le manque de prévention (notamment quand on voit que les malades les plus gravement atteints ou décédés du Covid avaient aussi d'autres facteurs de comorbidités qui étaient, eux, parfaitement évitables) a beaucoup joué dans l'impact sanitaire et humain du virus.
... :|


En effet, en Asie, le bon médecin est celui qui n'a aucun malade devant sa porte, tout au contraire de chez nous où le médecin coté, le grand professeur que tout le monde s'empresse de consulter, est celui qui a de longues files d'attente devant le secrétariat de son service à l'hôpital, ou à la porte de son cabinet.

Mais alors, direz-vous, comment font-ils pour vivre, les médecins asiatiques ? C'est simple : ils font essentiellement de la médecine préventive. Pas que, mais essentiellement. Les gens viennent les consulter pour se faire prescrire des régimes alimentaires, des traitements à base de plantes...ou pour recevoir des séances d'acupuncture. Tout cela s'ajoutant au fait que, toujours à titre préventif, beaucoup de gens y compris à un âge très avancé pratiquent des arts martiaux doux du genre Chi gong, Tai chi etc...

Dans cet esprit et d'un point de vue pratique, je pense qu'il serait urgent chez nous, en France (je ne sais pas comment c'est, ailleurs, en Europe) de réintroduire dans le cursus des études médicales, de vrais modules obligatoires par exemple en nutrition, et surtout en herboristerie. Modules actuellement considérés comme superflus, ou au mieux optionnels, au nom d'une idéologie pernicieuse du moindre coût et de la "performance" (les guillemets s'imposent !).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 450 messages ]  Atteindre la page Précédent  1 ... 41, 42, 43, 44, 45

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze