Nous sommes actuellement le 30 Juillet 2021, 17:15

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 443 messages ]  Atteindre la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 45  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 06 Mars 2020, 10:19 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4607
Comment l'épidémie de coronavirus affecte nos relations humaines
La peur de la contamination génère des comportements individualistes et la recherche de boucs émissaires.
Par
Marine Le Breton
06/03/2020 04:17 CET | Actualisé il y a 26 minutes

Comment l'épidémie de coronavirus affecte nos relations humaines
CORONAVIRUS - Depuis quelques semaines, relations humaines et interactions sociales ont changé. Quand certains fuient à l’autre bout de la rame de métro au premier éternuement, d’autres ont cessé de se serrer la main pour se faire des checks du pied à la place.

“Des habitudes vont être prises. Je pense qu’à la fin de la semaine les Parisiennes et les Parisiens auront pris l’habitude de ne plus se serrer la main, de se taper le coude ou de se taper le pied, et de se sourire”, déclarait le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, le 1er mars.

Si le fait de se taper dans le pied fait sourire, il s’agit avant tout d’un comportement téléguidé, dans le sens où c’est le gouvernement lui-même qui conseille d’éviter la poignée de main.

D’autres attitudes, en revanche, sont les conséquences de la véritable psychose qui s’est installée, notamment depuis que l’Italie est devenue l’un des principaux foyers de l’épidémie. Supermarchés pris d’assaut, ruée sur les masques dans les pharmacies, angoisse permanente ont été constatés en Italie, puis en France. Insultes de certaines personnes perçues comme malades, stigmatisation de certaines communautés — asiatiques en premier lieu — sont légion depuis quelques semaines.


Individualisme exacerbé
En cela, Covid-19 a déjà opéré un changement dans les interactions sociales. Des conduites qu’Anne-Marie Moulin, médecin et philosophe, spécialiste des maladies tropicales, contactée par Le HuffPost, ne comprend pas: “Nous vivons dans un monde de virus, pourtant, tout à coup, nous venons d’entrer dans une psychose, une alerte permanente, prévenue et entretenue par les médias”, regrette-t-elle.

Pour le psychologue clinicien Samuel Dock, co-auteur de “Le nouveau malaise dans la civilisation”, ces agissements s’expliquent du fait que “le corps est l’objet chéri de notre époque contemporaine, il doit être choyé”, explique-t-il, auprès du HuffPost. Sauf que subitement, sans prévenir, une “force mystérieuse qu’on ne peut pas contrôler vient menacer ce corps qu’on voudrait immortel”, ajoute-t-il. Cette perte de contrôle nous donne le sentiment de devenir vulnérables face à une menace invisible.

“Nous sommes à un moment où la culture occidentale devient narcissique, où il faut encore plus se retrancher sur ce corps et se soustraire à nos relations à l’autre”, poursuit le psychologue. En d’autres termes, l’individualisme pourrait atteindre son paroxysme.

“C’est comme dans Titanic, une fois qu’on n’est plus dans la raison, on est dans l’instinct et c’est chacun pour soi. La peur de manquer, cette anticipation de pénuries, démontre une individualité qui va à l’encontre de l’instinct grégaire”, avance de son côté la psychiatre Christine Barois, contactée par Le HuffPost.

Ce que l’on perçoit comme une atteinte portée à notre corps nous donne la légitimité pour ne plus entrer en contact avec d’autres. On achète des masques pour se protéger soi-même et non pas les autres, alors même que c’est inefficace.

Pour Christine Barois, cette manière d’agir n’est que provisoire. “Très vite, tout va revenir à la normale. Comme après un attentat, tout le monde est suspicieux, mais ça ne durera pas, parce qu’il faut savoir relativiser et raison garder”, estime-t-elle.

Recherche de boucs émissaires
L’autre effet de cette ”épidémie de la peur”, c’est la stigmatisation de certaines personnes. Preuve en est avec le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus, lancé fin janvier par J., une jeune femme d’origine coréenne pour “sensibiliser sur la question du racisme décomplexé qui a lieu en ce moment”.

Comme bien d’autres personnes d’origine asiatique, elle avait constaté qu’elles étaient la cible d’insultes, attaques ou attitudes racistes, en raison de l’amalgame fait entre elles et le coronavirus.

“Il faut que la menace du virus prenne une forme, il faut la représenter pour la contourner. C’est le modèle des phobies. C’est aussi une pratique paranoïaque, dans le sens où autrui est forcément mauvais: je ne dois pas le toucher, je dois même contre-attaquer”, analyse Samuel Dock.

Pour Patrick Rateau, professeur en psychologie sociale à l’université de Nîmes, co-auteur de “Les peurs collectives”, cette “volonté de stigmatisation” est comme un “besoin naturel ou inné: on recherche un coupable”, explique-t-il auprès du HuffPost. Cette volonté “se démultiplie sous le coup de la peur. La peur, en effet, réduit l’espace de pensée. Elle prend des chemins qui sont plus simples et accessibles, et ce sont souvent des stéréotypes”, explique-t-il. “C’est simple, il y a nous, les personnes saines, d’un côté, et les autres, de l’autre”, résume-t-il.

Aussi regrettables que soient ces attitudes, force est de constater qu’elles ont toujours existé en cas d’épidémie. Anne-Marie Moulin explique, dans une interview au Monde, que “les réactions irrationnelles de ce type sont le lot de toutes les épidémies”. Elle revient ainsi sur celles de peste ou de choléra et les travaux de l’historien Jean Delumeau: “Le bouc émissaire est en effet une constante. Lors d’une grande catastrophe, le mouvement premier est d’accuser autrui (…) Pour canaliser les émotions populaires, les populations ou leur gouvernement désignent donc un objet qui va permettre de transformer l’angoisse en peur. D’où le rôle du bouc émissaire”, détaille-t-elle.

Sphère intime
Ce rejet de l’autre vient en partie du fait que “tout le monde porte en soi une angoisse existentielle. Elle est ici fixée sur un bouc émissaire, ce qui permet d’expurger ses émotions”, nous explique-t-elle, ajoutant qu’il s’agit d’un comportement disproportionné en ce qui concerne l’épidémie de coronavirus.

Reste à savoir comment nous réagirons lorsque que cet autrui que nous fuyons ou désignons comme bouc émissaire sera notre compagne, notre enfant, notre collègue. “C’est toute la question: comment vivre en famille en cet instant si narcissique?”, s’interroge Samuel Dock.

Ce psychologue entrevoit deux possibilités. La première, pour les personnes les plus “hypocondriaques”, sera “une posture de défiance, même envers leur famille, qui ne sera préservée qu’un temps”. La seconde sera la perception de “la famille comme un exutoire, un autre corps à protéger que l’on oppose au corps malade”, estime-t-il.

Alors que nous en sommes au stade 2 de l’épidémie avec 423 cas positifs et sept décès, le gouvernement envisage désormais le passage au stade 3. Ce qui ne devrait pas apaiser les craintes ni les réactions qui s’ensuivent, bien au contraire.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/comment-le-coronavirus-affecte-nos-relations-humaines_fr_5e5f8d0fc5b63aaf8f5fdcf6


Citer:
Après le coronavirus, on va vers "une grande révolution" économique promet cette chercheuse
Anne-Sophie Alsif est la cheffe économiste du Bureau d’informations et des prévisions économiques

ÉCONOMIE - Des usines à l’arrêt en Chine, une carte satellite de la Nasa qui montre un ciel dégagé des émissions de gaz à effet de serre, des vols suspendus… Le tableau déclenché par la crise du coronavirus a de quoi faire rêver les citoyens écologistes qui attendent avec impatience la fin des échanges effrénés qui ont cours depuis l’accélération de la mondialisation dans les années 1980.

Alors vit-on une nouvelle ère, une répétition générale pour un nouvel ordre économique mondial ou tout va-t-il reprendre son cours avec le printemps si l’épidémie est endiguée? Pour tenter d’y voir plus clair, Le HuffPost a interrogé Anne-Sophie Alsif, la cheffe économiste du Bureau d’informations et des prévisions économiques (Bipe).

“Une accélération du changement”
La chercheuse nous apprend que la transition écologique des entreprises et la relocalisation ont commencé bien avant cette crise sanitaire, mais que le coronavirus aura forcément un impact sur “l’accélération” de ce changement.

Le HuffPost: Quel est l’impact du coronavirus sur l’économie mondiale?

Anne-Sophie Alsif: Par rapport à l’épidémie de SRAS il y a dix ans, le poids de la Chine dans l’économie a doublé. À l’époque, les usines en Chine étaient surtout des activités de textile ou d’assemblement à faible valeur ajoutée. Aujourd’hui, ce sont des segments de la chaîne à très haute valeur ajoutée, donc il y a un impact bien plus important, notamment sur les stocks. Beaucoup d’entreprises internationales ont leurs plus grosses entreprises en Chine. Les secteurs les plus touchés par les conséquences du coronavirus sont la chimie, le secteur pharmaceutique et l’agroalimentaire. Mais il est encore trop tôt pour tirer un bilan.

L'appréciation du risque pour les entreprises va forcément être revue à la hausse
Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste du Bureau d’informations et des prévisions économiques (Bipe)
Pour quelles raisons?

On verra si les cas continuent de se développer avec le printemps. Il est difficile de se rendre compte de l’impact sur l’économie à ce stade, mais un impact est possible sur ces secteurs.

Pensez-vous que ce ralentissement mondial de l’économie est une forme de ballon d’essai vers un nouveau système économique?

Il y avait déjà la crise du protectionnisme (ou guerre commerciale, NDLR) et la transition écologique, maintenant il y a le coronavirus. Ce n’est pas le coronavirus qui va changer à lui seul le modèle de production des entreprises, mais c’est un facteur supplémentaire pour l’accélération. L’appréciation du risque va forcément être revue à la hausse.

Beaucoup d’entreprises se disent qu’il faut qu’elles se diversifient, qu’elles ne peuvent plus tout miser sur une seule usine principale en Chine, il leur faut des usines au plus près du consommateur final. On voyait déjà ce phénomène qui commençait à percer dans le secteur textile afin de répondre plus rapidement aux besoins du consommateur. Il y a eu une relocalisation dans ce secteur et maintenant d’autres secteurs s’interrogent, notamment le pharmaceutique qui produit énormément en Chine et qui se pose désormais sérieusement la question.

Il faut minorer ce discours catastrophiste. Des IPhone pourront être produits au Bangladesh
Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste du Bureau d’informations et des prévisions économiques (Bipe)
Le secteur aérien est-il celui qui est le plus impacté et cela peut-il durer?

Air France a communiqué 200 à 250 millions de pertes annuelles. La fédération aéronautique parle de 30 milliards. Ce sont eux les principaux perdants. Après, on aura aussi des conséquences sur le tourisme dont il faudra observer l’impact. Les touristes chinois consomment énormément en France avec un panier par personne équivalent à 1500 euros. Mais souvent, vous avez un effet rebond qui vient annuler l’effet économique, comme on l’a vu au moment du SRAS. Il faut être prudent sur les effets à court terme.

On parle aussi d’une possible pénurie d’iPhone ou de produits d’électroménager si le virus continue à se propager. Qu’en pensez-vous?

Ce sont des produits qui connaissent un ralentissement de la demande car les consommateurs sortent moins et n’ont pas tendance à acheter ces produits sur internet. C’est le cas pour les voitures également: le secteur de l’automobile subit de plein fouet la crise. Cet impact sur la demande relativise l’impact sur les stocks dont je vous parlais plus haut. Mais il faut minorer ces discours catastrophiques. Beaucoup d’activités sont relocalisées dans d’autres pays de la région comme le Bangladesh ou le Vietnam qui sont beaucoup moins chers. On aura donc la possibilité d’avoir d’autres fournisseurs très rapidement.

Ce qu’on vit actuellement est-il “la répétition générale” d’une nouvelle économie plus relocalisée et plus verte qu’on verrait émerger dans un futur proche?

C’est une vraie possibilité. Toute la mondialisation des années 1980 était un mouvement vers la fin des barrières avec des coûts de transports inexistants. Le seul critère pour une entreprise était d’aller là où c’était compétitif. Aujourd’hui, avec le réchauffement climatique, les coûts réapparaissent. C’est donc un réflexe purement économique que les entreprises habillent avec du marketing en disant “on relocalise pour l’environnement”.



Les entreprises savent qu'il y aura de plus en plus de taxes environnementales
Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste du Bureau d’informations et des prévisions économiques (Bipe)
Avec la numérisation, beaucoup de secteurs passent d’une production uniforme à des produits plus singuliers, plus personnalisés, adaptés à chacun. Cette évolution de la demande n’est plus compatible avec de larges stocks transportés pendant un mois en paquebot depuis la Chine. Il faut pouvoir réagir vite. Avant, il n’y avait pas de coût car le pétrole était utilisé par tous, il n’y avait aucune taxe écologique et aucune norme environnementale. Maintenant il y a des taxes aux frontières et les entreprises savent qu’il y en aura de plus en plus.

On dirait que la grande gagnante de cette crise est la planète… Est-ce durable?

L’image satellite de la Nasa montre qu’il n’y a plus de pollution au-dessus de la Chine, donc c’est très positif pour l’écologie en Chine, mais on ne peut pas laisser un pays sans activité, ce n’est pas soutenable. À moyen terme, les entreprises auront moins intérêt à produire en Chine. On va vers une grande révolution. Avant, on voulait un grand marché pour produire énormément sans contrainte, là on pense l’inverse. On va relocaliser sans entraver les échanges.

Relocaliser sans entraver les échanges… Ça semble paradoxal…

C’est paradoxal si on garde la vision d’avant. Aujourd’hui, il y a beaucoup de risques. On va essayer d’être indépendant du reste du monde tout en étant compétitif. Il faut être plus proche du consommateur sans privilégier le national qui n’est pas un argument économique. C’est cet équilibre qu’il faudra trouver.



https://www.huffingtonpost.fr/entry/apres-le-coronavirus-on-va-vers-une-grande-revolution-economique-promet-cette-chercheuse_fr_5e6121a8c5b69d641c0c2ee5?ncid=other_trending_qeesnbnu0l8&utm_campaign=trending




Personnellement, j'ai pas fait spécialement de grosses réserves, mais j'ai toujours un peu d'avance de toute façon (pour la bonne et simple raison que j'aime pas faire les courses, et que je me dis que tant qu'à y être autant pas y aller pour rien. Et puis il y a rien que je déteste tant que d'être obligée d'aller faire les courses parce que le frigo est vide, mais que j'ai pas envie/je suis fatiguée/malade/il fait moche/j'ai la flemme... :mrgreen: Je dois avouer que de plus en plus, je me rends compte que ma flemme est le moteur de mes modes de consommation, d'ailleurs... :think: ).

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2020, 12:44 
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 14 Juillet 2009, 09:12
Messages: 601
En attendant le virus se rapproche de chez moi avec le foyer dans le Haut-Rhin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2020, 13:10 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 2838
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Quand on voit toutes ces vagues de panique et d'achats en catastrophe, on se dit quand-même que les gens sont débiles :roll:

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2020, 13:25 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6996
Localisation: Massif central. Par là.
skinner67 a écrit:
En attendant le virus se rapproche de chez moi avec le foyer dans le Haut-Rhin.

Il vient te chercher, fuis, malheureux ! :mrgreen:

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 07 Mars 2020, 19:29 
Rédacteur
Rédacteur
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 14 Juillet 2009, 09:12
Messages: 601
Inutile de fuir c'est la fin des temps. :twisted:

C'était prédit dans les combattants par Adèle Haenel en 2014 8-)

https://www.lefigaro.fr/cinema/quand-le-film-les-combattants-avec-adele-haenel-predisait-le-coronavirus-20200307

:mrgreen: :mrgrin: :shifty:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 08 Mars 2020, 23:27 
Monomaniaque psychorigide
Monomaniaque psychorigide
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 10 Février 2011, 19:40
Messages: 1608
Je crois qu'il faut s'attendre à une nouvelle explosion de la contagion en France. A cause de la CONNERIE de 3500 guignols qui ont décidé de se masser à Landerneau déguisés en Schtroumpfs, mais l'important, c'est qu'ils ont battu le record, n'est-ce pas ? :evil:

Citer:
Dans le Finistère, Landerneau bat le record du plus grand rassemblement de Schtroumpfs du monde

Landerneau (Finistère) entre dans le Livre Guinness des records, avec le plus grand rassemblement de Schtroumpfs jamais organisé. 3 500 petits hommes bleu et blanc se sont réunis dans la ville, ce samedi 7 mars 2020.

Ils ont relevé le défi haut-la-main : réunir 3 500 Schtroumpfs, à Landerneau (Finistère), ce samedi 7 mars 2020. Avec ce rassemblement, la ville vient de battre le record du monde, qui était jusqu’à présent détenu par Lauchringen, en Allemagne, avec 2 762 Schtroumpfs.

Dans le Finistère, ce pari complètement fou a été lancé par l’association du Carnaval de la lune étoilée, notamment par son vice-président, Alain Péron. Un moyen, pour lui, d’annoncer le défilé des dix-neuf chars du carnaval communautaire sur les bords de la rivière Elorn, dimanche 5 avril 2020, dans le cœur de ville.

Sous un ciel clément, ce samedi 7 mars 2020, dès 17 h, la magie opère et les rues de la ville deviennent le théâtre d’un grand village bleu et blanc. De nombreux commerçants et des associations du territoire portent des costumes et des centaines de Schtroumpfs classiques, de grands Schtroumpfs et, bien sûr, de belles Schtroumpfettes envahissent Landerneau.

Vers 18 h, dans une ambiance très familiale et festive, le rassemblement grossit et le parking de Saint-Ernel est en pleine effervescence et devient une forêt bleue. Plus de 150 bénévoles ont été mobilisés pour cet événement.

À pied, à vélo, en voiture, en car, en train… Tous les moyens sont bons pour participer à ce rassemblement qui entrera au Livre Guinness des records.

Ci-dessous une vidéo montrant l’effervescence qui a gagné Landerneau avec ce rassemblement Schtroumpfement impressionnant.

Ils ont relevé le défi haut-la-main : réunir 3 500 Schtroumpfs, à Landerneau (Finistère), ce samedi 7 mars 2020. Avec ce rassemblement, la ville vient de battre le record du monde, qui était jusqu’à présent détenu par Lauchringen, en Allemagne, avec 2 762 Schtroumpfs.

Dans le Finistère, ce pari complètement fou a été lancé par l’association du Carnaval de la lune étoilée, notamment par son vice-président, Alain Péron. Un moyen, pour lui, d’annoncer le défilé des dix-neuf chars du carnaval communautaire sur les bords de la rivière Elorn, dimanche 5 avril 2020, dans le cœur de ville.

Sous un ciel clément, ce samedi 7 mars 2020, dès 17 h, la magie opère et les rues de la ville deviennent le théâtre d’un grand village bleu et blanc. De nombreux commerçants et des associations du territoire portent des costumes et des centaines de Schtroumpfs classiques, de grands Schtroumpfs et, bien sûr, de belles Schtroumpfettes envahissent Landerneau.

Vers 18 h, dans une ambiance très familiale et festive, le rassemblement grossit et le parking de Saint-Ernel est en pleine effervescence et devient une forêt bleue. Plus de 150 bénévoles ont été mobilisés pour cet événement.

À pied, à vélo, en voiture, en car, en train… Tous les moyens sont bons pour participer à ce rassemblement qui entrera au Livre Guinness des records.

Ci-dessous une vidéo montrant l’effervescence qui a gagné Landerneau avec ce rassemblement Schtroumpfement impressionnant.

« Il fallait oser. C’est génial. L’ambiance est top », s’enthousiasme le groupe de Schtroumpfs et Schtroumpfettes, venu de Vendée. « On trouve l’idée super. Battre les Allemands, c’était l’objectif », confie Annie.

Tout près des Vendéens, des jeunes de Guivapas et des jeunes de Quimper reconnaissent « avoir eux du mal à trouver des costumes ». En effet, les boutiques landernéennes ont été dévalisées très rapidement.

La fête bat son plein lorsque le gong retentit. Durant cinq minutes, les participants se figent afin qu’un drone photographie le rassemblement pour attester du nombre de personnes.

« Nous sommes ravis, c’est une très grande réussite. Ce record va faire du bruit dans Landerneau » s’exclament Cyril Tanguy et Pascal Soun, qui invitent tout le monde, le 5 avril, pour faire à nouveau une grande fête costumée.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/la ... csNefJYxwU


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Mars 2020, 11:40 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 2838
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
De toutes façons, l'Italie a pris les devants et a placé en quarantaine un quart de sa population — réaction tout à fait raisonnable quand on songe qu'à peu près 1 Italien sur 100.000 est déjà contaminé par le coronavirus.

Une source, mais à peu près toute la presse en parle.

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Mars 2020, 11:59 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 2838
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Pardon pour le double-post, mais j'ai trouvé une carte intéressante :
Image

Il faut néanmoins garder à l'esprit que l'âge moyen (!) des victimes était de quatre-vingt un ans.

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Mars 2020, 12:26 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4607
... Et que proportionnellement, un même virus fait moins de morts en France qu'aux Etats-Unis.
Coïncidence ? Je ne pense pas... :roll:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 09 Mars 2020, 12:35 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 2838
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Oh mais enfin, tu sous-entends qu'un pays sans sécurité sociale et où les gens peuvent littéralement s'endetter en passant un test de dépistage aurait un taux de mortalité plus élevé ? Quelle idée ?! :mrgrin:

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 443 messages ]  Atteindre la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 45  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 22 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze