Nous sommes actuellement le 26 Juillet 2021, 18:19

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 15 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Conan Doyle
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 18:05 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 15 Juillet 2009, 13:35
Messages: 56
Localisation: Villeneuve d'Ascq
Sir Arthur Ignatius Conan Doyle, dit également Conan Doyle, est un écrivain écossais du XIXième et XXième siècle (22 mai 1859–07 juillet 1930), célèbre pour ses romans policier qui mettaient en scène le très célèbre "Sherlock Holmes", et le Professeur Challenger dans "Le Monde Perdu".

Voici un sujet sur l'un de mes écrivains préférés Sir Arthur Conan Doyle,
l'envie d'écrire sur cet auteur m'est venu simplement et naturellement car en dehors de sa grande carrière littéraire, je souhaitais parler de son intérêt, de ses travaux et de ses expériences qu'il mena toute sa vie sur le paranormal pour essayer de prouver l'existence de l'au-delà. Voici le plan de l'article :

- Petite biographie
- Le doute selon Doyle
- La psychographie
- Doyle et le spiritisme
- Doyle et le mystère de Cottingley
- Doyle et sa littérature



Petite biographie.
Pièce jointe:
250px-Conan_doyle.jpg
250px-Conan_doyle.jpg [ 15.84 Kio | Consulté 3797 fois ]


Sir Arthur Ignatius Conan Doyle est un écrivain du XIXème siècle née le 22 mai 1859 à Edimbourg en Ecosse.
Issu d'une famille nombreuse et catholique, il rejettera le christianisme pour devenir agnostique après un séjour dans un collège jésuite que l'enseignement n'aura pas convaincu.
C'est en 1876 qu'il s'inscrira à la faculté de médecine d'Edimbourg, ce qui donnera une orientation totalement extraordinaire au reste de son existence.
Il rencontra en effet à la faculté de médecine deux professeurs (le professeurs Joseph Bell, et le professeur Rutheford)dont il s'inspirera pour la création de deux personnages de fiction mondialement connus, le célèbre détective Sherlock Holmes, et le professeur Challenger héros de son roman "Le monde Perdu".
Conan Doyle se passionne pour la photographie également, il écrira d'ailleurs de nombreux articles dans une revue spécialisées de 1881 à 1884.
C'est vers 1887 que Sir Conan Doyle déjà diplômé de médecine et de chirurgie commence à s'intéresser au spiritisme et qu'il organise alors des séances de spiritisme occasionnellement à son domicile.
Le début de son existence étant partagée entre son incroyable carrière littéraire et de nombreux voyages, ses travaux sur le paranormal ne débuteront que très tardivement.

Le doute selon Doyle

Avant de parler de ses expériences et de ses travaux, il semble nécessaire de préciser quelques détails sur notamment sa conception de la notion de "preuve" qu'il utilisé pour démontrer la véracité de ses expériences.
Cette notion joua un rôle déterminant sur ses croyances religieuses et ses croyances au paranormal.
Il reconnaît ne pouvoir « croire » en ce qui n’est pas « prouvé », et affirme que sa nature le porte à rejeter ce qu'il appelle "la foi aveugle", il voulait toujours une vraie démonstration, chose que malheureusement la religion n'a jamais pu lui apporter d'où son éloignement du catholicisme.

Citer:
Pour lui, une fois la véracité des manifestations métapsychique avérée, il se demandait à quelle réalité et quelle vérité elle devait s'afférer pour les légitimer. Il se demandait par quelle intelligence ces manifestations paranormales étaient-elles conduites, par la présence de médium ?
Ou tout simplement par la conscience collective d'un groupe ?
Source : http://www.cairn.info/revue-ethnologie- ... ge-623.htm


Ce sont des questions malheureusement qui resteront ouvertes, car Conan Doyle pense que l'absence de fraude démontre irrémédiablement la "preuve" d'une action supra-normale.
Une telle manière de concevoir la science sur un pur plan de raisonnement logique peut parfois étonner de l'homme qui inventa Sherlock Holmes.
Mais les croyances de Doyle vacillaient entre sa nature scientifique et son envie de croire qu'un "Au-delà" existait.

Doyle n'était pas tout à fait objectif voir cohérent dans ses raisonnements, on y trouvé parfois des contradictions flagrantes.
Doté d'un rationalisme acquis par sa formation scientifique, et visible dans sa littérature, il débordait parfois d'enthousiasme sur certains cas.
Par exemple Doyle était photographe, comme je l'ai écrit dans l'article, il a étudié la photographie pendant 4 années.
Et bien Doyle qui connaissait la psychographie et qui l'avait observé auprès de William Hope, connaissait le principe de retouche des photos pour avoir reconnus quelques invraisemblances, comme par exemple pour le photographe américain William H. Mumler qui avait été poursuivit devant les tribunaux pour supercherie, Doyle ne s'était pas laisser tromper.
Et pourtant face aux explications du Major Hall-Edwards dans l'affaire de Cottingley, il reste de marbre.
Il était tellement facile de reproduire ces clichés et il n'a même pas essayé de les reproduire, pourtant l'homme de science qu'il était, en suivant ce principe de preuve qu'il défendait, aurait pu grâce à cela, arriver aux mêmes conclusions que le Major.

Au début quand il commença à s'intéresser au spiritisme, Doyle le spirite parler du bout des lèvres pour laisser le Doyle scientifique parler à voix haute, vers la fin de sa vie plus précisément après la mort de sa femme et plus tard celle de son fils ce fut malheureusement l'inverse.

Conan Doyle disait autre chose qui en dit long sur sa manière de voir les choses, il disait que toutes absences de fraude avérée sur une manifestation paranormale était une preuve de l'existence de cette manifestation. Parallèlement quand il parlait de religion il disait qu'elles n'étaient pas fiable car il ne se satisfaisait pas des preuves qui ne suivaient pas le principe de la "démonstration" au sens scientifique.




La psychographie.

Pour en venir aux expériences de Conan Doyle et le paranormal, nous avons vu précédemment l'intérêt qu'il portait à la photographie, en effet il portait un vif intérêt à la psychographie, la psychographie signifie "photographie d'esprit ou psychique".
Cela signifie que lors de la prise de la photographie, juste à côté de la personne prise en photo on peut voir le spectre d'une personne décédée apparaitre en sur-impression sur la plaque photographique.
Une fois le cliché développé on voit clairement apparaitre une entité que l'on nommait "extra". Il apparaissait très souvent un halo de lumière autour du spectre que les spirites considéraient comme étant une masse ectoplasmique.
Les premières psychographies apparurent en semblerait il vers 1850.
En 1860 un certains William H. Mumler de Boston fit l'objet d'un scandale quand il publia ses clichés, il fut même poursuivit en justice, car il fut accusé de fraude mais la cour de Boston décida de l'acquitter.
C'est vers 1870 que la psychographie apparut au Royaume-Uni, mais Doyle n'y porta qu'un intérêt tardif. Ce n'est en effet qu'en 1919 que Doyle s'y intéresse lors de sa conversion officielle au mouvement spirite.
Il écrira un livre "The Case for Spirit Photography" qui traite de cas de psychographies prisent par le célèbre photographe William Hope.
Il relate avec précision les expériences qu'il partagea avec le psychographe, notamment lors de sa première expérience il vit sur une photographie sur laquelle on pouvait clairement voire une masse ectoplasmique signée d'un certains T.Colley qui était lui même psychographe. Doyle était déçu de cette première expérience, il aurait préféré recevoir un message de son fils décédé durant la bataille de la Somme.
C'est lors d'une assemblée de la "Society for Study of Supernormal Pictures" que William Hope prit une photographie de groupe sur laquelle figurait, Doyle, son épouse, et une vingtaine de membre présent ce jour là.
Sur cette photographie on peut voir apparaitre une masse blanche qu'ils interprétèrent comme étant le visage d'un spectre.

Voici d'ailleurs le fameux cliché et quelques cliché d'époque pour illustration.


Pièce jointe:
loadimg.php.jpg
loadimg.php.jpg [ 40.03 Kio | Consulté 3795 fois ]


Photographie prise par William Hope, avant 1922 (3 × 5 pouces), à l’occasion de la réunion annuelle de la Society for the Study of Supernormal Pictures. À gauche de la rangée du milieu, on reconnaît Lady et Lord Conan Doyle. La flèche indique l’endroit où apparaît l’esprit (un « extra » non identifié) (© The American Photography Museum, 2000.


Pièce jointe:
loadimg.php1.jpg
loadimg.php1.jpg [ 53.3 Kio | Consulté 3786 fois ]


Photographie prise par William Hope le 5 septembre 1919 (3 × 3,5 pouces), où l’on voit le révérend Charles L. Tweedale avec son épouse. L’esprit, ou « extra », est feu F. Burnett (© The American Photography Museum, 2000, site : http://www.photographymuseum.com).

Et voici un lien à voir absolument avec un petit Diaporama des clichés de William Hope.
http://www.flickr.com/photos/nationalme ... 8823/show/


Doyle et le spiritisme

Concernant Doyle et et les séances de spiritisme, il n'existe malheureusement pas beaucoup d'écrits à ce sujet, on sait seulement qu'il se réunissait avec des personnalités de l'époque curieuses de découvrir ce nouveau divertissement.
Il devint même ami avec le grand magicien Harry Houdini qui prenait plaisir avec talent à démasquer les faux médiums de l'époque.
Conan Doyle pensait que Houdini possédait de véritables pouvoirs paranormaux, il croyait qu'Houdini utilisait ses pouvoirs pour contrer les médiums et ainsi les faire passer pour des charlatans.
C'est pour cela d'ailleurs qu'ils se fâchaient de temps en temps sur des points de désaccord. Il existe d'ailleurs une anecdote véridique très drôle au sujet de Doyle et de Houdini lors d'une séance de spiritisme.

Doyle tenta à plusieurs reprise de convaincre lson ami Harry Houdini du bien fondé du spiritisme. Ensemble, ils participèrent à une séance de spiritisme et établir un contact avec la mère défunte d'Houdini. Celle-ci fut décrite par Jean Doyle(épouse de Conan Doyle) comme portant un crucifix. Houdini s'offusqua car sa mère était juive et fut mariée à un rabbin. Ce à quoi Doyle lui rétorqua qu'elle avait certainement du se convertir dans l'au-delà !
Cette histoire eut un impact énorme sur leur amitié, car la mère d'Houdini était juive et ne parlait pas du tout l'anglais, mais Doyle qui ne manquait pas d'argument, en lui affirmant qu'elle avait pu apprendre la langue dans l'Au-dela.

Doyle lors de sa convertion au spiritisme mentalement très fragile, son épouse décédée depuis quelques années, son fils et son beau frère périrent en 1916 lors de la bataille de la Somme et sa mère venait de décéder.
Il ne cessera depuis sa conversion d'essayer d'entrer en contact avec ces proches défunts.
Doyle s'était remarié, mais pour ne pas arranger les choses, Jean Doyle pratiquait l'écriture automatique, ce qui pour lui était une porte ouverte pour le contact avec les membres de sa famille disparus, ce qui gardait le vieil homme dans un espoir constant.

Houdini ne désespérait pas de convaincre Doyle que par des moyens très simple, il pouvait reconstituer des expériences en apparence surnaturelle, un peu comme les médiums.

Citer:
Houdini montre à Doyle et à ses amis un tableau d’ardoise ordinaire, qu’il les laisse examiner à leur guise. Aux deux coins supérieurs du tableau, des trous ont été percés par lesquels de longues cordes sont insérées et nouées. À l’autre extrémité de ces cordes se trouvent des cochets. Houdini montre également aux participants quatre petites billes de liège, une bouteille d’encre blanche, ainsi qu’une cuillère. Il demande ensuite à Doyle de suspendre le tableau à l’aide des cordes et des crochets, n’importe où dans la pièce, de sorte qu’il soit bien en vue de tous. Ceci fait, il l’invite à examiner les billes de liège et, afin de s’assurer qu’elles ne sont pas truquées, d’en choisir une et de la couper en deux à l’aide de son propre couteau. Ce qui est fait. Doyle choisit ensuite une autre bille qui est déposée avec la cuillère dans la bouteille d’encre où on l’imbibe en la retournant avant de l’y laisser. À ce moment, Houdini invite Doyle à sortir de la salle, à marcher dans la direction de son choix et aussi loin qu’il le souhaite et d’écrire sur un papier qu’il lui remet et à l’aide de son propre stylo, les mots qu’il voudra. Puis de revenir dans la salle avec ce papier dans sa poche.

Lorsque cela fut fait, Houdini invite Doyle à sortir à l’aide de la cuillère la bille de liège de l’encrier puis de la faire toucher le côté gauche du tableau et de la lâcher. Ce qui se produit alors semble absolument inconcevable. La bille semble d’abord attirée par le tableau et s’y fixe, toute seule. Puis elle se met à bouger tout doucement, toujours toute seule, laissant une trace blanche qui compose des lettres. Quand elle s’immobilise, on peut lire : « Mene, mene, tekel upharsin », qui sont, très précisément, les mots qu’avait écrits Conan Doyle!

La solution de ce mystère a été révélée des années plus tard par un biographe de Houdini . Doyle, qui a souvent raconté l’histoire, a oublié un petit détail, qui lui paraissait sans doute insignifiant : à son retour, Houdini lui a demandé de voir le papier, pour s’assurer qu’il était bien plié. Il ne l’a pas ouvert, bien entendu. Mais il lui a substitué un autre papier plié, vide, qu’il a rendu à Doyle. Il a ensuite lu le message et durant la conversation qu’il a eue avec ses spectateurs et le discours qu’il a tenu devant eux il l’a, par le biais d’un code secret, révélé à un complice. Ce complice, par une ouverture secrète dans un mur et d’un angle où son geste était invisible, a pu faire passer une baguette extensible contenant un aimant qui a rejoint l’arrière du tableau. La bille de liège choisie par Doyle avait fait l’objet d’une substitution et celle qui était dans l’encre avait un centre de métal.
Source : http://nbaillargeon.blogspot.com/2008/1 ... le_25.html


Fin de la première partie.


Dernière édition par Aragorn le 09 Août 2009, 19:36, édité 9 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 18:09 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 15 Juillet 2009, 13:35
Messages: 56
Localisation: Villeneuve d'Ascq
Voici donc la deuxième partie.


Doyle et le mystère de Cottingley.

En 1917, deux jeune filles du nom d'Elsie Wright (16 ans) et Frances Griffith (10 ans) ont montré des photos prises à Cottingley, sur ces photos on y voyait apparaitre des fées et des gnomes avec lesquelles elles avaient soit disant l’habitude de jouer.
Tout commenca en juillet 1917, Frances qui rentra chez elle compètement trempé car elle était tombée dans le Cottingley Glen pour ne pas se faire disputer, inventa une histoire farfelue pour ne pas se faire gronder. Sa mère qui n'était pas dupe et exaspérée par le mensonge de sa fille, a punit et l'envoya dans sa chambre. Les deux malicieuses jeunes filles décidèrent d'ajouter de soit disante preuve à leurs dires et demandèrent au père d'Elsi, Arthur Wright, deleurs prêter son appareil photo. Arthur face à l'entêtement des deux demoiselles céda et leur confie l'appareil aux jeunes filles qui partent vers l’étang.

A leur retour Arthur décide de développer les photos, il demande à Elsie quelle était l'origine des bouts de papier qu'il voyait apparaitre sur les clichés; Elsie prétendit qu'il s'agit des fameuses fées, mais son père connaissant les talents artistiques de sa fille qui étudie au Bradford Art College depuis l’âge de 13 ans et qui dessine des fées depuis un petit moment lui interdit de toucher à l'appareil photo.
Lorsque Conan Doyle est en train de rassembler des témoignages en vue d'un article sur les fées, il rencontre un certain Mr.Gow qui est le rédacteur en chef du magazine Light, Gow lui apprend que quelqu'un détiendrait des clichés de fées. N'imaginant pas un instant la supercherie il demande à les voir.
Quelques jours plus tard il se rend dans le Yorkshire, il souhaite ensavoir plus sur ces clichés et rend visite à la famille Wright.
En interrogeant les deux fillettes, Elsie et Frances racontèrent entretenir une véritable relation amicale avec les gnomes et les fées de la forêt.
Conan Doyle n'en revient pas il veut consulter les clichés, et il veut en prendre pas dessus tout.
Doyle voulant publier les clichés demande une expertise auprès de photographes réputés, mais l'expertise se fera auprès de photographe fortement imprégnés par la tendance spiritualiste de l'époque.
Sans surprise il authentifièrent les clichés pour lesquels les laboratoires Kodak n'ont pas voulu donner de certificats d'authentification.

Voici quelques clichés prit à l'époque.
Pièce jointe:
cottingley1.jpg
cottingley1.jpg [ 18.49 Kio | Consulté 3772 fois ]

Pièce jointe:
cottingley2.jpg
cottingley2.jpg [ 19.25 Kio | Consulté 3768 fois ]

Pièce jointe:
cottingley3.jpg
cottingley3.jpg [ 10.92 Kio | Consulté 3774 fois ]


Après leurs publications, Doyle se conforte dans son idée, il est sûr d'avoir une preuve irréfutable sous la main.De ce fait il va refuser toutes les explications rationnelles et va même jusqu'à ignorer les appels à la prudence conseillé par la communauté scientifique.
Cette affaire prenant de l'ampleur un camp de sceptique se créa naturellement mené par le Major Hall-Edwards.
C'est le Major Hall-Edwards qui trouvera l'explication la plus plausible.
Il indiquera la méthode suivante :

Citer:
"Cette photo a pu être truquée de deux manières. Soit les petits personnages féeriques ont été collés sur du carton, découpés et disposés près de la jeune fille, de telle sorte qu'elle ne pouvait pas les voir, et l'ensemble de la photographie originale a été tirée sur une plaque,
soit la photographie originale, sans fée, a pu être agrémentée de petits personnages découpés dans une quelconque revue. La photo aurait alors été rephotographiée et, avec une prise de vue bien réalisée, aucun photographe ne pourrait jurer que le deuxième négatif n'était pas l'original."
Source : "Les fées sont parmi nous -une enquête inédite" traduction du livre original de Conan Doyle "The Coming Of The Fairies" (1997)


Doyle resta de marbre, il se fâcha même encore une fois quelques temps avec son ami Harry Houdini au sujet de cette histoire. Il soutiendra cette affaire jusqu'à sa mort.
Mais Doyle restait prudent sur certains aspect de l'affaire, Doyle ne souhaitait pas que l'on mélange les croyances spirites au mystère de Cottingley.
Il précisait souvent que le mystère de Cottingley n'avait strictement rien à voir avec le prolongement de la vie dans l'Au-delà, il aimait d'ailleurs rappeler au sujet de cette affaire :

Citer:
"Cette étrange histoire n'a vraiment rien à voir avec le prolongement de la vie dans l'Au-Delà"
Source : "The Coming Of The Fairies" d'Arthur Conan Doyle.


Et également

Citer:
"Je serais désolé si mes arguments en faveur du spiritisme étaient d'une quelconque manière entachés par l'exposé de cette très étrange histoire qui n'a vraiment rien à voir avec le prolongement de la vie dans l'au-delà."
Source : "The Coming Of The Fairies" d'Arthur Conan Doyle.


Il souhaitais garder une certaines cohérence et surtout sauver une partie de sa crédibilité au cas ou ses dires seraient utilisés contre lui et surtout contre ses croyances.

C'est au début des années 1980, qu'un journaliste du "British Journal of Photography", Geoffrey Crawley se pencha sur la question.
Il décida de contacter Kodac pour le demander de se pencher à nouveau sur l'affaire. Grâce aux nouvelles techniques de l'époque, il fut persuadé que l'on pouvait prouver la supercherie. Il se pencha sur la question de 1982 à 1986.
Malheureusement je n'ai pas trouvé de traces de cette étude faite par Kodac.
A l'apparition de l'article, le journaliste reçu une lettre de neuf page écrite par Elsie Wright qui vivait encore et avait 80ans.
Elle écrivit ceci dans la lettre :

Citer:
"Mon père m'a dit que je devais raconter immédiatement comment j'avais fait ces photos, alors, comme la plaisanterie était mon fait, j'ai pris Frances à part pour en discuter sérieusement. Mais elle m'a suppliée de ne rien raconter, parce que depuis l'article dans le Strand Magazine , on la taquinait à l'école (NDA : le nom des protagonistes s'était bien sûr éventé assez vite).
J'avais aussi de la peine pour Conan Doyle. Nous avions lu dans les journaux qu'on lui adressait des commentaires désagréables à cause de l'intérêt qu'il portait au spiritisme, et maintenant on se moquait de lui parce qu'il croyait à nos fées.(...) Il venait de perdre son fils à la guerre (NDA : blessé gravement durant la bataille de la Somme, celui-ci était mort de la grippe espagnole, ainsi d'ailleurs que le frère cadet de Conan Doyle) et le pauvre homme essayait certainement de se consoler comme il le pouvait avec des choses qui ne sont pas de ce monde."

Doyle perdit énormément en crédibilité à cause de cette histoire, mais il soutint sa légitimité jusqu'à sa mort.


Doyle et sa littérature.

Pour les lecteurs de Sir Arthur, on peut constater que sa passion pour le spirite n'a pas énormément découlé sur son oeuvre litttéraire.
On peut noter également qu'il a à son actif quelques contes de terreurs comme, "L'Horreur en plein ciel", "L'Entonnoir de cuir", "De nouvelles catacombes".
Il aborde le thème dans sherlock Holmes en prenant pour exemples le "Chien des Baskerville" ou encore "Le Vampire du Sussex", mais le paranormal n'aura pas une place prépondérante dans son oeuvre littéraire.
Heureusement il laissa derrière lui un héritage littéraire, qui fait de lui l'un des plus grands écrivains de l'époque victorienne.

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Conan_Doyle
http://www.sherlockholmesonline.org/
http://www.siracd.com/life_spirit.shtml
http://www.jesuismort.com/biographie_ce ... e-1395.php
http://nbaillargeon.blogspot.com/2008/1 ... le_25.html
http://www.cairn.info/revue-ethnologie- ... ge-623.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Cottingley_Fairies
http://www.zetetique.org/cottingley.html
http://www.cottingleyconnect.org.uk/fairies.htm
http://www.cottingley.net/cfconten.shtml


Dernière édition par Aragorn le 09 Août 2009, 19:30, édité 9 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 18:26 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 15 Juillet 2009, 13:35
Messages: 56
Localisation: Villeneuve d'Ascq
Voilà j'espère que cet article vous a plu, je l'ai fait avec beaucoup de plaisir, car cet auteur m'a apporté le plaisir de la lecture et m'a fait aimer la littérature étant enfant jusqu'à aujourd'hui.
Aujourd'hui encore je me régale de son oeuvre en relisant ses livres.
En tout cas merci de l'attention que vous m'avez accordé. ;)


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 20:57 
Grand matou
Grand matou
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 29 Juillet 2008, 20:26
Messages: 6447
Ca me paraît très bien ! :D

Quelques petites choses à changer par-ci par-là mais je m'en occuperai au moment de la mise en ligne. Je me demande par contre si nous ne gagnerions pas à parler des fées de Cottingley plus en détail dans un article qui leur serait consacré, en ne mentionnant dans cet article-ci que le rôle de Conan Doyle dans cette affaire.

Qu'en pensent les autres ?

_________________
:binocle: Sage à ses heures, idiot le reste du temps.
Horaire inconnu.


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 21:20 
Seigneur Canard
Seigneur Canard
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 28 Août 2008, 23:18
Messages: 1945
J'ai essentiellement survolé l'article mais il me paraît excellent. Il ne manque plus que les sources.

J'ai toutefois du mal à éclaircir un passage :

Aragorn a écrit:
Quand Doyle met en avant ses expériences il met en avant le sens "personnelle" de ces dites expériences, généralement quand les cas ou les apparitions sont accompagnées de sensations extraordinaires comme de forts courants d'air, des voix etc...
Quand il vit ses expériences, il privilégie la preuve scientifique pour démontrer leurs caractères paranormal plutôt que le contenu et l'importance de l'expérience elle même.
Il reconnaît ne pouvoir « croire » en ce qui n’est pas « prouvé », et affirme que sa nature le porte à rejeter ce qu'il appelle "la foi aveugle", il voulait toujours une vraie démonstration, chose que malheureusement la religion n'a jamais pu lui apporter d'où son éloignement du catholicisme.


Veux-tu dire par là que Conan Doyle faisait bien la part des choses entre son vécu personnel subjectif, et les preuves objectives nécessaires pour emporter son adhésion ? J'avoue ne pas bien comprendre. :oops:

Sinon, j'ai appris beaucoup de choses, notamment sur l'affaire de Cottingley. J'ignorais par exemple que le père était au courant : j'en étais resté à l'aveu tardif d'Elsie. C'est d'ailleurs assez surprenant : sachant qu'il se doutait de ce dont il s'agissait, pourquoi n'a-t-il pas mis le holà quand l'affaire s'est emballée ? S'est-il finalement laissé embobiner par les fillettes ?

Je pense aussi, comme Paul, qu'il serait mieux de résumer très succinctement l'affaire en se limitant au rôle joué par Conan Doyle. On pourrait ici imiter Wikipedia : juste en-dessous du titre de la section consacrée à Cottingley, en mettant "Article principal : Les fées de Cottingley", avec le lien.

_________________
Je suis le grincement dans les poutres. Le battement d'ailes dans la cheminée. Les petites marques de dents dans la pêche. Je suis BATMAN FRUGIVORE. - Charles Montgomery Plantagenet Schicklgruber Burns.


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 21:33 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6996
Localisation: Massif central. Par là.
Je suis également de l'avis qu'il faudrait séparer cet article en deux parties : un sur Conan Doyle, et une autre sur l'affaire des fées de Cottingley proprement dite... Quitte à résumer le rôle que Doyle a tenu dans l'histoire des fées.
Dans chacun des deux cas, il faudra un peu étoffer car il me semble qu'il y a encore des choses à dire.

Certains passages de l'article manquent un poil de cohérence, par exemple :
Citer:
[...]Doyle se conforte dans son idée et refuse toutes les explications rationnelles et ignore les appels à la prudence conseillé par la communauté scientifique, la solution ayant été trouvé par le camp des sceptiques en 1920 par le Major Hall-Edwards.

C'est-à-dire ? Quelle était la solution trouvée par les sceptiques dès 1920 ?
Citer:
Au début des années 80, un journaliste eut l'idée de demander à Kodak de se pencher à nouveau sur la question. Les techniques ayant évolué, il pensait qu'on était aujourd'hui capable de l'élucider de manière certaine.

... Et quels ont été les résultats de ces analyses ?

EDIT : il serait même probablement encore plus pertinent d'extraire la partie où tu parles de la psychographie, et d'en faire un article à part entière : c'est un vaste sujet qui le mérite bien.

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 23:04 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 15 Juillet 2009, 13:35
Messages: 56
Localisation: Villeneuve d'Ascq
La première partie de cette réponse s'adresse a Cortex, et Ar Soner trouvera également la réponse concernant le procédé utilisé par le Major Hall-Edwards qui excusez d'avoir oublier de le préciser, était un pionnier dans l'étude des rayons X il était l'un des radiologues les plus réputé d'Angleterre.

Cortex a écrit:
Veux-tu dire par là que Conan Doyle faisait bien la part des choses entre son vécu personnel subjectif, et les preuves objectives nécessaires pour emporter son adhésion ? J'avoue ne pas bien comprendre.


C'est pour cela que j'y ai mis une partie consacrée à la notion de "doute selon Doyle" avant d'entrer dans la partie "paranormal" de ses activités qui résume très bien sa manière de voir les choses.
Doyle n'était pas tout à fait objectif voir cohérent dans ses raisonnements, on y trouvé parfois des contradictions flagrantes.
Doté d'un rationalisme acquis par sa formation scientifique, et visible dans sa littérature, il débordait parfois d'enthousiasme sur certains cas.
Par exemple Doyle était photographe comme je l'ai écrit dans l'article il a étudié la photographie pendant 4 années.
Cependant lorsque le major Hall-Edwards conclut en indiquant la méthode qui était la suivante :

"Cette photo a pu être truquée de deux manières. Soit les petits personnages féeriques ont été collés sur du carton, découpés et disposés près de la jeune fille, de telle sorte qu'elle ne pouvait pas les voir, et l'ensemble de la photographie originale a été tirée sur une plaque,
soit la photographie originale, sans fée, a pu être agrémentée de petits personnages découpés dans une quelconque revue. La photo aurait alors été rephotographiée et, avec une prise de vue bien réalisée, aucun photographe ne pourrait jurer que le deuxième négatif n'était pas l'original."

Et bien Doyle qui connaissait la psychographie et qui l'avait observé auprès de William Hope, connaissait le principe de retouche des photos pour avoir reconnus quelques invraisemblances, comme par exemple pour le photographe américain William H. Mumler qui avait été poursuivit devant les tribunaux pour supercherie, Doyle ne s'était pas laisser tromper.
Et pourtant face à l'explication du Major facile à recréer, il reste de marbre.
Il n'a même pas essayé de les reproduire, pourtant l'homme de science qu'il était, en suivant ce principe de preuve qu'il défendait, aurait pu arrivée aux mêmes conclusions que le Major.

Au début quand il commença à s'intéresser au spiritisme, Doyle le spirite parler du bout des lèvres pour laisser le Doyle scientifique parler à voix haute, vers la fin de sa vie plus précisément après la mort de sa femme et plus tard celle de son fils ce fut malheureusement l'inverse.

Conan Doyle disait autre chose qui en dit long sur sa manière de voir les choses, il disait que toutes absences de fraude avérée sur une manifestation paranormale était une preuve de l'existence de cette manifestation. Parallèlement quand il parlait de religion il disait qu'elles n'étaient pas fiable car il ne se satisfaisait pas des preuves qui ne suivaient pas le principe de la "démonstration" au sens scientifique.
J'espère avoir répondu au mieux à ta question.


Dernière édition par Aragorn le 20 Juillet 2009, 23:31, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 23:30 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 15 Juillet 2009, 13:35
Messages: 56
Localisation: Villeneuve d'Ascq
Citer:
Au début des années 80, un journaliste eut l'idée de demander à Kodak de se pencher à nouveau sur la question. Les techniques ayant évolué, il pensait qu'on était aujourd'hui capable de l'élucider de manière certaine.

... Et quels ont été les résultats de ces analyses ?



Je ne connais malheureusement pas le résultat de ces analyses, mais je pense que cela mérite d'effectuer une recherche plus approfondie.

Qui plus est Ar Soner, j'avais encore des tas et des tas de choses à dire,
j'ai du synthétisé au mieux, car j'avais franchement peur d'étouffer le topic en entier, car nous abordons plusieurs sujets différents à travers les expériences de Doyle ; c'est pour cela qu'au départ je voulais créer un Topic sur le sujet, pour pouvoir développer chaque partie, et intervenir sur chacune d'elle avec un peu plus de profondeur comme entre autre avec la psychographie et le mystère de Cottingley , deux sujets auxquels j'aurais pu consacré des pages et qui résument à eux seuls une partie de la vie de Sir Arthur Conan Doyle.

En tout cas merci de m'avoir lu, j'espère que vous aurez trouvé cela intéressant. ;)


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 20 Juillet 2009, 23:47 
Seigneur Canard
Seigneur Canard
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 28 Août 2008, 23:18
Messages: 1945
Aragorn a écrit:
J'espère avoir répondu au mieux à ta question.


Oui. À tel point que je pense qu'il serait utile d'intégrer ces précisions à ton texte. :)

_________________
Je suis le grincement dans les poutres. Le battement d'ailes dans la cheminée. Les petites marques de dents dans la pêche. Je suis BATMAN FRUGIVORE. - Charles Montgomery Plantagenet Schicklgruber Burns.


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 21 Juillet 2009, 08:28 
Cultiste joviale
Cultiste joviale
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 16 Juillet 2009, 09:37
Messages: 764
Juste pour signaler que pour l'article sur Lovecraft, je ne pourrais pas vraiment pas l'écrire sérieusement avant à la fin de l'année (événements persos oblige), donc si quelqu'un ne veut pas attendre jusque là, il peut s'atteler à la tâche. Désolée ! :(

_________________
Winter is coming...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 15 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze