Nous sommes actuellement le 29 Juillet 2021, 04:47

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Cas de vampirisme historiques
MessagePublié: 27 Novembre 2008, 19:12 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5268
Localisation: Großostn
Bon, moi, comme je vous l'ai déjà dit dans mon sujet de présentation, je pense écrire sur les différents cas les plus célèbres de vampirisme[1]. Pas des cas récents (tueurs en série appelés "vampires" par la presse, ni des pseudo-gothiques qui se complaisent dans l'hématophagie, i tutti quanti), mais des cas "originaux" les plus connus, autrement dit XVIIè - XVIIIè siècles, quand les affaires ont commencé à être "médiatisées".

Je travaille en ce moment sur le cas de Petar Blagojević (plus connu sous le nom de Peter Plogojowitz), ce sera pas un article super-long, mais bon je vous le montrerai quand j'aurais fini et relu pour que vous puissiez voir si on peut améliorer/ajouter des choses.

Je compte aussi faire des articles sur :
- Le cas d'Arnaut Pavle (ou Arnold Paole)
- Les autres cas de vampirisme rapportés à cette même période[2], j'essayerais de trouver plus d'informations sur trois cas en particulier :
+ Michael Casparek
+ Sava Savanović
+ Johannes Cuntius
- Les cas de "morts qui mâchent et grognent comme des porcs" dans leurs tombes.

Peut-être (si je suis motivé) ferais-je aussi un article sur le Manuscrit de Wojnicz (ou Voynich), et peut-être (mais vraiment pas sûr) sur des bestioles cryptozoologiques.


[1] d'où le titre
[2] J'essayerais de retrouver mes récits sur les trois zozos... J'en avais trouvé, mais c'était y a un certain temps, et j'ai perdu les liens. =/

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 27 Novembre 2008, 20:54 
Empereur du chat
Empereur du chat
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 12 Août 2008, 22:57
Messages: 1895
Citer:
- Les cas de "morts qui mâchent et grognent comme des porcs" dans leurs tombes.


Je suis curieux, je ne connaissais pas. Je ne connais pas trop les histoires de vampires, mais j'espère que tu feras mieux que dans les sites genre Diablus. :lol:

_________________
Da funky emperor !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Novembre 2008, 08:50 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4607
Bien ! :)
En plus, je ne les connais pas, ces petits vampires...

Mais, juste comme ça... il manque la Comtesse ( ou Marquise ?... ) Bathory ?

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Novembre 2008, 10:59 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5268
Localisation: Großostn
Ah, la fameuse "Comtesse sanglante" Erzsébet Báthory !

Non, je n'aborderais pas son cas je pense, parce qu'elle n'a rien à voir avec le vampirisme de façon directe. C'était "juste" vraisemblablement une sadique qui aimait torturer des jeunes filles qu'elle faisait enlever... mais elle ne s'est pas relevé de sa tombe pour visiter les vivants ! En fait, c'est un peu comme pour le Prince Vlad Drăculea ; on a dit que c'était une vampire à cause des histoires qui racontent qu'elle se baignait dans le sang, tout ça. Mais ce n'était pas un cas de vampirisme dans le sens strict du terme. ;)

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Novembre 2008, 11:13 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4607
Ah oui... tu ne comptes faire des articles dans ce cadre que des personnes qui se prenaient vraiment pour des vampires ou que l'ont pris pour des vampires, en fait ?

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Novembre 2008, 13:21 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5268
Localisation: Großostn
Oui, dans mon cas, je n'étudierais que les cas de vampirisme "avérés", c'est-à-dire les cas où l'on mentionne directement des faits vampiriques : morts qui visitent les vivants, nombreuses personnes qui meurent de fatigue en peu de temps, plus les autres phénomènes comme :
- cauchemars mettant en scène les morts
- autres phénomènes bizarres (lait qui tourne, eau qui se transforme en sang, bétail qui meurt, j'en passe et des meilleures...)

À partir de Petar Blagojević, le mot vampire sera même directement mentionné dans les rapports officiels. En gros, je ne vais voir que pour les cas de vrais vampires, au sens créature surnaturelle et non pas tyran ou tueur sanguinaire.

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Novembre 2008, 21:14 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5268
Localisation: Großostn
Et hoplaboum, je vous montre ainsi céans mon "premier" article.

*************

Peter Plogojowitz


Modeste paysan serbe du XVIIIème siècle, qui devint mondialement célèbre post-mortem pour avoir été un des cas de vampirisme comptant le plus de témoignages.

Petar Blagojević (ou Петар Благојевић en cyrillique, Peter Plogojowitz étant la version autrichienne) était un inoffensif paysan serbe, qui vivait tranquillement dans son petit village de Kisiljevo, en Serbie, au début du XVIIIème siècle. Il s’éteignit à l’âge de 62 ans, en début Septembre 1725. Jusque-là, rien qui ne sorte de l’ordinaire ; mais c’est après sa mort que notre homme entra dans l’histoire.


I. Les faits

Deux versions de l’histoire existent, toutes deux répertoriées notamment dans le Traité sur les Esprits, et sur les Vampires, ou les revenans de Hongrie, de Moravie, &c. de Dom Augustin Calmet (1746).

Dans la première version de l’histoire, trois jours après avoir été mis en terre, le corps de feu Petar Blagojević sortit de sa tombe. Au soir, il se dirigea tout droit vers sa maison, où son fils lui ouvrit : là, Petar réclama à manger. Le fils obéit immédiatement, le mort entra alors, se restaura et repartit aussitôt. Le lendemain, le fils raconta toute l’histoire à ses voisins, et on s’attendit alors à un retour du revenant ; mais la nuit suivante fut tranquille.
Le soir d’après, par contre, le mort apparut une nouvelle fois à son fils et réitèra la demande faite deux jours plus tôt. On ne sait pas si, cette fois-ci, le fils accepta, mais on retrouva son cadavre dans son lit au matin suivant. Le même jour, une étrange épidémie se répandit parmi les habitants de Kisiljevo : cinq ou six personnes tombèrent subitement malades, perdant toutes leurs forces et devenant anémiques. Elles moururent peu de temps après.

Dans la deuxième version, une dizaine de semaines après son inhumation, Blagojević sortit du tombeau et rendit visite à sa femme, afin qu’elle lui « donne ses souliers ». La pauvre femme, terrorisée, quitta le village quelques jours après cet incident. Dans cette version, les agressions vampiriques sont rapportées plus explicitement : Petar Blagojević aurait visité la nuit des habitants pendant leur sommeil, et les aurait étouffé à tel point qu’en huit jours, neuf personnes de tous âges décédèrent.

L’affaire devenant grave, on avertit l’officier en charge de la zone, ainsi que le curé, et on leur demanda d’exhumer Petar Blagojević sous peine de fuir le village. L’officier et le prêtre finirent par accepter.
Quand le tombeau fut ouvert, on constata un certain nombre d’éléments laissant penser que l’homme était bien un Vampyr :
- Le corps ne dégageait aucune mauvaise odeur, malgré le temps passé sous la terre (plus de dix semaines).
- Il paraissait vivant et bien formé, mis à part le nez qui semblait être "un peu flétri et desséché".
- Les cheveux et la barbe du défunt avaient poussé.
- De nouveaux ongles avaient poussé, les anciens étaient tombés au fond de la tombe.
- Le corps semblait avoir mué, la peau semblait blanchâtre et morte, et une nouvelle peau apparaissait en-dessous.
- Les pieds et les mains étaient intacts.
- Du sang frais coulait de la bouche.
Les habitants, disant aussitôt que ce sang appartenait aux victimes qu’il avait fait mourir plus tôt en les étouffant, allèrent chercher un grand pieu qu’ils enfoncèrent dans la poitrine du cadavre. Du sang frais jaillit alors en abondance de la blessure et par les autres orifices du corps (bouche, nez et oreilles), et le mort éjacula ("Il rendit aussi quelque chose par la partie de son corps que la pudeur ne permet pas de nommer", d’après Calmet). On jeta alors le corps dans un bûcher, et le vampire fut réduit en cendres.


II. La légende

Le cas de Petar Blagojević est entré dans la légende comme le premier cas de vampirisme historique bénéficiant d’une enquête et de rapports complets. L’officier chargé de faire le rapport, M. Frombald, fut celui qui utilisa pour la toute première fois le mot vampire dans un texte, de façon officielle.

“[…] dergleichen personen, so sic vanpiri nennen […]”

Cette histoire fut récupérée par nombre d’auteurs de l’époque et fut très vite connue dans l’Europe entière : Michæl Ranft le rapporte dans son De Masticatione Mortuorum in Tumulis en 1728, suivi un an plus tard par le Marquis d’Argens qui en parle dans ses Lettres Juives. En 1746, Dom Augustin Calmet consacre un chapitre au cas Blagojević dans son célèbre Traité sur les Apparitions des Esprits, et sur les Vampires, ou les Revenans de Hongrie, de Moravie, &c.

*************

La deuxième partie pourrait être complétée, mais je n'a pas d'autres idées pour l'instant. Si vous avez des opinions à émettre sur le texte (fond et/ou forme), des modifications/améliorations/ajouts à proposer... n'hésitez surtout pas !

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Novembre 2008, 22:32 
Grand matou
Grand matou
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 29 Juillet 2008, 20:26
Messages: 6447
Page du wiki correspondante : http://www.paranormal-encyclopedie.com/ ... witz_Peter

_________________
:binocle: Sage à ses heures, idiot le reste du temps.
Horaire inconnu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Janvier 2009, 19:26 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5268
Localisation: Großostn
Et voici mon deuxième article, sur les "morts mâcheurs" !

Citer:
Les morts mâcheurs


Au sortir du Moyen-âge, toutes sortes de superstitions étranges couraient les campagnes. On y trouvait bien évidemment les sorciers et les loups-garous, mais c'est aussi à cette époque qu'est né le mythe du vampire, avec les croyances de "morts qui mâchent dans leurs tombeaux".

C'est aux alentours des XVIe et XVIIe siècles que se développent, en Allemagne et les pays d'Europe Centrale, un certain nombre de croyances, qui vont contribuer au mythe du vampire moderne. Ces croyances touchent aux cadavres fraîchement enterrés : en effet, des témoignages racontent que des gens passant à côté des cimetières entendent des bruits étranges. Des grognements, des ronflements, des grondements, assimilés à des "sons de porcs qui mâchent". Les rumeurs courent ainsi, et prennent de plus en plus d'ampleur ; au XVIIe siècle, l'Europe entière entend ses morts mâcher et grogner, à tel point que des traités très sérieux vont même être écrits sur le sujet.


I. Aspect folklorique

Pour les paroissiens, paysans et petites gens en général, tout est très clair. Si les morts mâchent, il n'y a pas d'explication compliquée au phénomène : c'est qu'ils ont faim ou qu'ils essayent de sortir de terre, donc qu'un esprit malin ou un démon s'est emparé du cadavre. Ils se plaignent donc auprès de l'autorité religieuse (curé, abbé, prêtre…) et des magistrats, qui dans certains cas ordonnent des exhumations des "morts".
D'après les témoignages, on retrouve parfois les cadavres avec le suaire dans la bouche, qu'ils étaient en train de dévorer. Dans certains cas, il s'agissait même de leur "voisin" direct qu'ils sont en train de mastiquer, voire leur propre chair (membres ou entrailles). Bien entendu, des mesures d'urgence sont prises immédiatement : les corps suspects sont sortis de leurs tombes, empalés à l'aide d'un pieu planté en pleine poitrine, démembrés, décapités et brûlés.

Au fur et à mesure que "l'épidémie" de morts mâcheurs se répand, on utilise des moyens de prévention sommaires pour empêcher ce genre d'actes post-mortem. Entre autres, on a :
- Enterrer le mort à l'envers, c’est-à-dire face contre terre. Certains pensaient qu'en mâchant et en grattant la terre, le vampire désirait sortir de sa tombe : en l'enterrant ainsi, on sécurisait les gens, étant donné que le vampire allait creuser pour s'enfoncer dans la terre, et pas pour sortir.
- Dérivé de la méthode précédente : déposer une grille une une grande plaque sur le corps pour empêcher sa remontée à la surface.
- Placer un objet sous le menton du décédé (généralement une grosse motte de terre) pour lui empêcher d'ouvrir la bouche.
- Dérivé de la méthode précédente : attacher soigneusement un foulard tout autour de la tête du mort, afin que le fonctionnement des mâchoires soit entravé.
- On pouvait également les enterrer avec une grosse pièce d'argent (ou une pierre) dans la bouche. Les propriétés de l'argent étaient reconnues contre les créatures du Diable (notamment les loups-garous). Avec cette pièce qu'il ne pourrait pas avaler et qu'il serait condamné à mâcher pour des années et des années, la population s'assurait la tranquillité.

Une autre signification à ce masticage de linges mortuaires commença également à se dessiner : créature maléfique, le vampire qui ne pouvait sortir de son tombeau mâchait le linge dans lequel il avait été enterré, et déclenchait ainsi des épidémies (il est bon de préciser qu'à cette époque, la peste noire et d'autres maladies faisaient des ravages dans toute l’Europe). Quand il n'y avait pas d'épidémies, le vampire du folklore s'attaquant traditionnellement à sa famille, il décimait ses propres parents en mangeant ses chairs. On trouve ainsi plusieurs cas rapportés (notamment dans le célèbre Malleus Maleficarum de Kramer et Sprenger) de morts exhumés avec leurs suaires complètement engagés dans le gosier, alors qu’une épidémie mystérieuse ravageait la ville. Comme par hasard, les troubles cessaient quand le vampire était neutralisé… raison de plus pour prendre quelques précautions avant d'enterrer son mort.

Deux traités importants sur le sujet voient le jour, tous deux en Allemagne : De Masticatione Mortuorum de Philip Rohr (1679), suivi par le De Masticatione Mortuorum in Tumulis de Michael Ranft (1728).


II. Explications scientifiques.

Parmi les premiers à expliquer ce phénomène de façon rationnelle, ont trouve les deux auteurs mentionnés ci-dessus. Dom Augustin Calmet, dans son Traité sur les Apparitions des Esprits, & sur les Vampires, ou les Revenans de Hongrie, de Moravie, &c. rapporte leurs conclusions. Selon Rohr et Ranft, les différents cas observés de morts déterrés qui avaient dévoré leurs suaires ou leurs membres venaient tout simplement d’hommes qui n'avaient pas été enterrés après un examen attentif, et qui étaient en fait toujours vivants. Sont donnés par exemple le cas d'un habitant de Bar-le-Duc ayant abusé d'eau de vie, qui – apparemment tombé dans le coma éthylique – fut précipitamment enterré. La nuit, on entendit de grands bruits dans la fosse, et quand on le déterra le lendemain, on découvrit qu'il s'était dévoré les chairs des bras. Ils citent aussi le cas d'Henri, Comte de Salm, qui fut également mis en terre trop rapidement. La nuit, on entendit des hurlements, et le lendemain on le trouva tout retourné, face contre terre. Les inhumations précipitées n'étaient pas des plus rares, en ces temps où la médecine n'était pas aussi avancée qu'aujourd'hui et où la Peste Noire tuait des centaines de milliers de personnes...

Aujourd'hui, les scientifiques connaissent mieux les phases de la décomposition, qui peuvent aussi expliquer une partie des cas. La formation de gaz, par la décomposition des chairs, entraîne une distension de l'abdomen. Lorsque ces gaz s'échappent ou se forment, on peut entendre des gargouillements ou autres bruits qui sous terre peuvent aisément passer pour des grognements ou des mâchonnements auprès d'un passant inquiet.

Plus tard, ces croyances finirent par devenir de plus en plus discrètes, pour disparaître finalement des rapports officiels.


Voilà ! Toute critique acceptée, avant sa mise en ligne ! :)

Je rajoute mes sources ci-dessous :
- Traité sur les Apparitions des Esprits, & sur les Vampires, ou les Revenans de Hongrie, de Moravie, &c., Dom Augustin Calmet
- Manuel du Chasseur de Vampires, Constantine Gregory
- De l’art de mâcher son linceul : enquête sur le vampire masticateur, de Richard Monvoisin

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Janvier 2009, 21:23 
Seigneur Canard
Seigneur Canard
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 28 Août 2008, 23:18
Messages: 1945
Tu as un travail de Richard Monvoisin sur ce thème ici, à toutes fins utiles : http://www.observatoire-zetetique.org/p ... ecritId=80

_________________
Je suis le grincement dans les poutres. Le battement d'ailes dans la cheminée. Les petites marques de dents dans la pêche. Je suis BATMAN FRUGIVORE. - Charles Montgomery Plantagenet Schicklgruber Burns.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze