Nous sommes actuellement le 29 Juillet 2021, 13:10

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 51 messages ]  Atteindre la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
MessagePublié: 13 Mai 2021, 21:08 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6996
Localisation: Massif central. Par là.
Jérimadeth a écrit:
Sinon Ar, tu fais des conférences gesticulées :shock: ?

Oui, à destination du grand public ou d'étudiants. Le but était de transmettre les outils de base de la zététique, en s'intéressant à la thématique du complotisme... mais comme dit ci-dessus, j'avais de plus en plus l'impression de hurler avec la meute et de parler d'un sujet déjà vu et revu.
Les prochaines auraient dû être sur d'autres thèmes (j'avais imaginé les crop-circles, par exemple), mais le Covid a stoppé toute la programmation culturelle de l'Université qui me sollicitait. Je m'y remettrai peut-être quand tout cela sera fini... ou pas, je verrai.

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Mai 2021, 09:28 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 18 Novembre 2020, 12:02
Messages: 446
Ar Soner a écrit:
Jérimadeth a écrit:
Sinon Ar, tu fais des conférences gesticulées :shock: ?

Oui, à destination du grand public ou d'étudiants. Le but était de transmettre les outils de base de la zététique, en s'intéressant à la thématique du complotisme... mais comme dit ci-dessus, j'avais de plus en plus l'impression de hurler avec la meute et de parler d'un sujet déjà vu et revu.
Les prochaines auraient dû être sur d'autres thèmes (j'avais imaginé les crop-circles, par exemple), mais le Covid a stoppé toute la programmation culturelle de l'Université qui me sollicitait. Je m'y remettrai peut-être quand tout cela sera fini... ou pas, je verrai.


Je me demande parfois si les lobbies et autres groupes d’influenceurs en tous genres, dont l’existence et l’action sont bien réelles en ce qu’ils s’efforcent en permanence de peser sur le pouvoir législatif du Parlement et sur les décisions politiques afin de préserver leurs intérêts particuliers, ne sont pas ceux qui, paradoxalement (en apparence) répandent et entretiennent sur toutes sortes de sujets les rumeurs complotistes les plus grossières et les plus débiles. L’idée étant de discréditer d’avance, en la qualifiant justement de complotiste, avec tout ce que ce qualificatif comporte dès lors de ridicule dans l’esprit du public, toute mise en cause citoyenne raisonnée et argumentée de l’action d’un de ces lobbies sur un sujet spécifique (par exemple, les glyphosates). Autrement dit, je me demande si la notion de complotisme n’a pas été au fil du temps sciemment dévoyée afin de déployer un écran de fumée destiné à détourner l’attention du public de ces influenceurs puissants qui tirent souvent les ficelles, en coulisses, de la vie politique.
Disant cela, je m’attends bien entendu à être taxé à mon tour de complotisme !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 14 Mai 2021, 18:50 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6996
Localisation: Massif central. Par là.
patto a écrit:
Je me demande parfois si les lobbies et autres groupes d’influenceurs en tous genres [...] ne sont pas ceux qui, paradoxalement (en apparence) répandent et entretiennent sur toutes sortes de sujets les rumeurs complotistes les plus grossières et les plus débiles. L’idée étant de discréditer d’avance, en la qualifiant justement de complotiste, avec tout ce que ce qualificatif comporte dès lors de ridicule dans l’esprit du public, toute mise en cause citoyenne raisonnée et argumentée de l’action d’un de ces lobbies sur un sujet spécifique (par exemple, les glyphosates).

C'est possible, mais il faudrait le démontrer.

Il est à peu près certain que quelques lobbies font déjà de l'entrisme auprès des influenceurs. Les cas de l'ANDRA, du gouvernement macronien ou de l'Union Européenne qui avaient convié des Youtubeurs à des "journées de travail" avaient fait parler d'eux. Mais il s'agit de structures publiques, et leurs opérations évoluent à la frontière du lobbying et de la contre-information...
Il y a moult raisons de penser que le lobbying par les entreprises privées sur les réseaux sociaux existe déjà, via l'animation de groupes d'utilisateurs fictifs ou la création de vidéos de propagande suggérées ensuite aux utilisateurs par les algorithmes... mais je n'ai pas réussi à trouver de source journalistique sérieuse sur ce sujet. Par exemple et pour prendre un exemple personnel, Facebook s'acharne à me mettre en recommandation des publications de ce groupe (qui défend une vision clairement "conservatrice" du monde agricole) : je serai très surpris qu'il ne soit pas en réalité un paravent derrière lequel se cache une grande structure de l'agriculture française (un syndicat type FNSEA ou un organisme du type Interbev, par exemple).

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 23 Mai 2021, 15:19 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 22 Mai 2019, 12:49
Messages: 158
De mon côté j'ai tendance à penser que les multiple tentatives de groupes industriels pour instrumentaliser la science via la multiplication d'études destinée à noyer le poisson sur la nocivité de certains produits, à effectivement eu pour effet de créer une méfiance des gens à l'égard de la science.
Plus généralement la nature du débat publique actuel, où chaque groupe lance les avis les plus tranchés possible (et les plus simplistes aussi), tout en partant du principe que ses adversaires sont forcément cons ou malveillants, participe à la désintégration de la société.

_________________
Le jour viendra que, par une étude suivie de plusieurs siècles, les choses actuellement cachées paraîtront avec évidence, et la postérité s'étonnera que des vérités si claires nous aient échappé.

Sénèque.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 25 Juin 2021, 10:12 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4607
Citer:
« Théories du complot »… de quoi ne parle-t-on pas ?
24 juin 2021, 19:23 CEST
Auteurs
Julien Giry
Chercheur post-doctoral, Université de Tours

Emmanuel Kreis
Historien, École pratique des hautes études (EPHE)

Déclaration d’intérêts
Emmanuel Kreis a reçu des financements de recherches de la Fondation pour la mémoire de la Shoah de 2004 à 2007 (financement doctoral) et de la Mairie de Paris en 2008 (financement doctoral).

Julien Giry ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.

Partenaires
Université de Tours

Université de Tours apporte un financement en tant que membre adhérent de The Conversation FR.

Voir les partenaires de The Conversation France

Le 28 mars 2020, l’institut de sondage IFOP, la Fondation Jean‑Jaurès et le site Internet Conspiracy Watch publient un sondage : « L’Épidémie dans l’épidémie : thèses complotistes et Covid-19 ». Ce sondage reprend une étude américaine similaire publiée par le Pew Research Center quelques jours auparavant.

Les sondés se sont vus demander si le Covid-19, selon eux, « était apparu de manière naturelle », « a été développé intentionnellement dans un laboratoire », « a été fabriqué accidentellement dans un laboratoire », « n’existe pas réellement » ou enfin s’ils ne se prononçaient pas. Si le Pew Research Center se contente de noter que 43 % des américains « ont répondu correctement qu’il était apparu probablement de manière naturelle » et que 23 % « ont mentionné une théorie marginale apparue dans les médias et sur les réseaux sociaux », l’institut français qualifie cette croyance que le Pew Research Center nomme « théorie marginale » de « théorie du complot ».

À lire aussi : Origine de la Covid-19 : l’hypothèse de l’accident de laboratoire doit-elle être étudiée d’un point de vue scientifique ?

Ce qualificatif se retrouve dans les différents articles de presse consacrés à ce sondage, certains n’hésitant pas à titrer : « coronavirus : plus d’un quart des Français croient au complot ». Il est pourtant notable qu’aucun item ne mentionne le moindre complot.


Au regard des connaissances scientifiques du moment, l’origine du SARS-CoV-2 semble bien naturelle, et l’idée d’un développement en laboratoire peut être considérée comme une théorie marginale ou fausse, mais en aucun cas être qualifiée de « théorie du complot ». Depuis quelques mois, l’hypothèse de la fuite de laboratoire n’est même plus écartée de manière catégorique par le consensus scientifique.

Il est légitime au regard de cet exemple parmi tant d’autres de s’interroger du point de vue des sciences sociales sur la manière dont la terminologie et l’étiquette « théorie du complot » s’est imposée dans l’espace public et quels en sont les usages.

Une marotte
Renvoyée jusque dans les années 2000 à une marotte des « droites extrêmes » et aux souvenirs de l’Affaire Dreyfus (1894-1906) ou de l’État français (1940-1944), l’étude académique des « théories du complot », en dépit de quelques travaux pionniers, a longtemps constitué un angle mort pour les sciences sociales francophones.

Pourtant, l’étude des « conspiracy theories » s’était largement développée dans le monde académique anglo-saxon après la fin de la Seconde Guerre mondiale, notamment avec Karl Popper, Richard Hofstadter, David Brion Davis ou Richard Thurlow.

Cependant, depuis les années 2000 et l’intérêt suscité par les attentats du 11-Septembre, cette thématique a su s’imposer et donner naissance à une production pluridisciplinaire d’ampleur, aux approches diverses. La qualification, l’étiquette, voire le mot-valise, de « théories du complot » a dans le même temps été l’objet d’un processus de « naturalisation » tout à la fois académique, médiatique et politique.


Ce graphique a été réalisé par sondage dans les archives du journal Le Monde de 1975 à 2020 (l’année 2020 tient uniquement compte de l’occurrence théories du complot). Julien Giry et Emmanuel Kreis
En effet, tout se passe comme si cette catégorie, ou plutôt cette « formule », faisait immédiatement sens au point qu’il serait inutile et vain d’en interroger les significations, les présupposés, les conditions sociales d’émergence et de production, les usages et les effets qu’elle induit sur les acteurs sociaux.

Qu’il s’agisse d’approches fonctionnalistes, de recherches en psychologie sociale ou en science politique, nombre de travaux tendent à faire des « théories du complot » un objet clé-en-main, une catégorie intelligible et anhistorique, qu’il ne semble pas utile d’interroger en tant que telle.

Les effets de labellisation
Ces approches qui ignorent les effets de labellisation et de (dis)qualification qu’elles mettent en jeu tendent à considérer leur objet comme une cause de l’anomie ou du manque de cohésion au sein de nos sociétés. Il conviendrait de combattre les théories du complot et les acteurs qui les portent comme des groupes de « losers », de radicaux, de « marginaux » ou de « paranoïaques » œuvrant à saper les fondements de nos démocraties libérales idéalisées.

Dans certains cas, ces études scientifiques, mais également nombre de productions journalistiques et de discours politiques, sont marqués par une approche passionnelle ou militante, pas toujours exempte de présupposés idéologiques.

Ils tendent ainsi à regrouper sous la dénomination unique « théories du complot » des croyances, des représentations, des pratiques et des discours critiques, marginaux ou radicaux qui, même s’ils peuvent présenter des liens, méritent d’être distingués et interrogés.


Après la prise de parole polémique de Jean‑Luc Mélenchon promettant que des incidents émailleraient la prochaine présidentielle, le débat a moins porté sur le contenu des propos que sur l’identification de leur auteur à la sphère complotiste.
La conspiration comme système idéologique
La conspiration comme système idéologique et symbolique, la peur provoquée par des complots fictifs, imaginaires ou impossibles à démontrer, au même titre que l’hypothèse de l’existence de complots derrière divers événements historiques, les dénonciations de certains groupes d’influence ou think-tanks, les expressions de diverses croyances alternatives, les phénomènes de rumeurs, les fausses informations, les « extrémismes » politiques et religieux, voire certaines approches critiques en sciences humaines et sociales, forment ainsi un ensemble hétéroclite dans bien des cas convoqué sans distinctions lorsqu’il s’agit d’évoquer les « théories du complot ».

Un exemple emblématique de cet usage « fourre-tout » de la catégorie « théorie(s) du complot » nous est fourni par un sondage réalisé en 2018 par l’IFOP pour le compte de la Fondation Jaurès et du site Conspiracy Watch, blog puis site visant à combattre les « théories du complot ».

Cette étude a vu sa méthodologie vivement critiquée à bon droit au sein du champ académique et médiatique.

Celle-ci plaçait sur le même plan les « explications alternatives » de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, l’adhésion à des préjugés racistes, la croyance en une Terre plate ou encore la consultation régulière de l’horoscope. Repris tel quel, sans rigueur ni précaution, par plusieurs médias (Europe 1, Le Figaro, France Info, BFM, les Inrock, Libération, etc.), ce sondage fut à l’origine de titres catastrophistes et anxiogènes selon lesquels 79 % des français croyaient aux « théories du complot » !


Un outil de contrôle social ?
La variété des acteurs, des idéologies, des pratiques et des arguments auxquels sont apposé le qualificatif de « théorie du complot » témoigne de sa faiblesse conceptuelle, du moins dans certains usages. Le label extrêmement générique de « théories du complot » est ainsi largement utilisé comme un simple motif infamant.

Il vise à discréditer ou à disqualifier des énoncés contestataires au sein des champs du pouvoir et des médias, devenant in fine un outil de contrôle social.

L’opposition aux « théories du complot » permet de stigmatiser et de discriminer autant que de légitimer les institutions médiatiques, politiques ou scientifiques établies. Elle explique à peu de frais les défiances et les oppositions qu’elles suscitent, ou plutôt occulte leurs causes profondes : mal-représentation, coupure élites/peuple, diverses formes d’exclusion sociale, déclin des structures d’encadrement et de socialisation, aggravation des inégalités sociales et économiques, etc.

Toute tentative de compréhension ou d’explication de ces phénomènes, en particulier lorsqu’elle provient des sciences sociales, est aussitôt largement balayée au motif qu’elle participerait d’une « culture de l’excuse ». Cette approche en termes d’opposition frontale peut apparaître, par certains aspects, aussi inquiétante que les productions qu’elle dénonce.

Aussi, au-delà des « théories du complot » en tant que telles, il semble nécessaire interroger dans une perspective critique deux aspects. D’une part, les discours et les usages de cette labellisation infamante et (dis)qualifiante mis en œuvre par des chercheurs issus de différentes disciplines des sciences humaines et sociales. D’autre part, les interactions entre ces approches académiques divergentes et les champs médiatique et politique au travers du développement d’un militantisme « anti-complotiste », dont il s’agit de comprendre les conditions sociales d’émergence et les formes de mobilisations.



https://theconversation.com/theories-du-complot-de-quoi-ne-parle-t-on-pas-162485

Il semblerait qu'on interroge de plus en plus la notion de "théorie(s) du complot", et la facilité avec laquelle la classe politique et les médias mainstream y recourent...

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Juin 2021, 10:01 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 6996
Localisation: Massif central. Par là.
Chimère a écrit:
Il semblerait qu'on interroge de plus en plus la notion de "théorie(s) du complot", et la facilité avec laquelle la classe politique et les médias mainstream y recourent...

Oui, et ce n'est pas une mauvaise chose, comme j'ai déjà dû l'écrire ailleurs sur le forum. Les premiers à avoir dénoncé cet usage intempestif du qualificatif de "complotiste", devenu un carton rouge qu'on dégaine pour jeter le discrédit sur tout ce qui sort du droit chemin intellectuel, ce sont d'ailleurs les organismes de critique des médias (ACRIMED en tête).

Ce qui m'embête un peu plus, c'est que j'ai eu l'occasion dernièrement d'échanger avec des complotistes. Des vrais de vrais, hein, du genre qui adhère à toutes les théories marginales (climatoscepticisme ; opposition de principe à la médecine moderne avec l'idée qu'on pourrait uniquement se soigner à l'homéopathie, à la naturopathie et au jeun intermittent ; complot des élites pour mettre en place un nouvel ordre mondial, passant par le vaccin anti-COVID et le déploiement de la 5G afin de contrôler la population...).
... Et eux aussi ont bien compris l'usage dévoyé de la critique du complotisme qui est faite par les médias mainstream. Du coup, plus moyen de leur mettre le nez dans leur caca et de pointer du doigt leur authentique tendance conspirationniste, sans se faire traiter de suppôt de BFM-TV... :roll:

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Juin 2021, 11:26 
E = mc 3 ou 4
E = mc 3 ou 4
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 01 Décembre 2013, 09:58
Messages: 4127
Entendu ce matin sur France Inter, à propos de la difficulté de vacciner 100% des personnels d'EHPAD : une infirmière a refusé en arguant du fait qu'elle ne voulait pas se retrouver avec 'un bras aimanté'...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Juin 2021, 11:39 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 18 Novembre 2020, 12:02
Messages: 446
DragoMath a écrit:
Entendu ce matin sur France Inter, à propos de la difficulté de vacciner 100% des personnels d'EHPAD : une infirmière a refusé en arguant du fait qu'elle ne voulait pas se retrouver avec 'un bras aimanté'...


Quoi ??? un "bras aimanté" ? C'est hallucinant !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Juin 2021, 11:58 
Ni gros, ni moustachu
Ni gros, ni moustachu
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 24 Avril 2014, 08:31
Messages: 2838
Localisation: Juste derrière vous. Ne vous retournez pas.
Hallucinant, c'est le mot !

Citer:
Si le Pew Research Center se contente de noter que 43 % des américains « ont répondu correctement qu’il était apparu probablement de manière naturelle » et que 23 % « ont mentionné une théorie marginale apparue dans les médias et sur les réseaux sociaux », l’institut français qualifie cette croyance que le Pew Research Center nomme « théorie marginale » de « théorie du complot ».

J'ai lu l'article très en diagonale parce que je me perds assez vite dans les trucs pas du tout mis en forme comme ça, mais cette phrase m'a interpellé. Pourquoi, "correctement" ? C'est un test scolaire ? Il y a tant de gens qui en doutent qu'il faille le rappeler ?
Sans compter que comme l'article le précise plus loin, l'hypothèse d'un virus en partie artificiel n'est plus aussi déconsidérée maintenant que l'an dernier — il y avait d'ailleurs un très bon article à ce sujet dans le Courrier International.

_________________
« C'est une paralysie du sommeil. Ou bien un orbe. » (vieille sagesse zététique).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 28 Juin 2021, 17:37 
Lueur dans la nuit
Lueur dans la nuit
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 13 Août 2008, 12:14
Messages: 4607
Citer:
... Et eux aussi ont bien compris l'usage dévoyé de la critique du complotisme qui est faite par les médias mainstream. Du coup, plus moyen de leur mettre le nez dans leur caca et de pointer du doigt leur authentique tendance conspirationniste, sans se faire traiter de suppôt de BFM-TV...


J'ai envie de demander, la faute à qui ?... :mrgreen:

_________________
Même si on ne nous laisse qu'une ruelle exiguë à arpenter, au-dessus d'elle il y aura toujours le ciel tout entier.
Etty Hillesum, Une vie bouleversée


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 51 messages ]  Atteindre la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze