Nous sommes actuellement le 22 Octobre 2021, 08:32

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Pique-nique à Hanging Rock
MessagePublié: 17 Août 2013, 16:28 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 14 Janvier 2013, 00:12
Messages: 35
Si vous ne l'avez point vu, je vous conseille fortement de le regarder; je veux parler de Pique-nique à Hanging Rock de Peter Weir (1975), adapté du livre (non-traduit) de Joan Lindsay. L'histoire : en 1900, en Australie, les jeunes filles d'un riche pensionnat partent pique-niquer au pied d'un immense rocher, le Hanging Rock. Alors que les jeunes adolescentes s'endorment, quatre d'entre elles sont "attirées" par la montagne et s'engouffrent, comme en transe, dans les galeries rocheuses. Seule l'une d'entre elles, effrayée, s'enfuit et rejoint le groupe. Des battues sont organisées pour retrouver les trois disparues (ainsi qu'une des enseignantes qui semble s'être également volatilisée), tandis que le pensionnat sombre dans la peur et la paranoïa.

Évidemment, je ne vous parlerais pas de ce film si il n'avait aucun lien avec le paranormal. C'est là que ça devient intéressant. Tout est fait pour que le spectateur puisse émettre les hypothèses les plus folles. Extraterrestres ? Mysticité aborigène ? Ou simplement meurtre ? Mais si il ne s'agit "que" d'un meurtre, pourquoi cette transe ?

Entre critique des mœurs d'une société coloniale en perdition et ambiance homoérotique (si si), Peter Weir offre un portrait sublime d'une Australie sauvage et mystique.

Petite précision : c'est un film contemplatif. Il ne faut surtout pas s'attendre à ce que la cause de la disparition des trois jeunes filles soit révélée. Toutefois, Joan Lindsay (l'auteure du livre), avait écrit un chapitre intitulé The secret of Hanging Rock, où le mystère est dévoilé, et qui n'a été publié que trois ans après sa mort. L'éditeur avait préféré le supprimer. Essayez de ne le lire que quand vous aurez retourné l'histoire dans votre tête pendant un petit mois.
Je pense que le réalisateur l'a lu car j'ai cru remarquer des indices.
Je ne ferais qu'un commentaire : c'est loin d'être réaliste comme explication !

Pièce jointe:
Picnic at Hanging rock 01.jpg
Picnic at Hanging rock 01.jpg [ 237.23 Kio | Consulté 7523 fois ]


Dernière édition par Ferlokof le 03 Août 2015, 13:50, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 17 Août 2013, 19:10 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 7011
Localisation: Massif central. Par là.
J'ai eu l'occasion de regarder Pique-Nique à Hanging Rock il y a un paquet d'années (je devais être ado), et il m'avait marqué : les paysages australiens, la musique, la disparition énigmatique des 3 filles... concourent à créer une ambiance très particulière.
On sent que le film s'est nourrit du rapport particulier qu’entretenaient les colons venus d'Europe vis à vis de l'Australie : "nouveau" pays et en même temps, une terre très ancienne et mal connue. Les aborigènes aux coutumes païennes, la faune exubérante, les phénomènes naturels inexpliqués... Pas étonnant qu'à une certaine époque, les colons aient cru dur comme fer à la réalité du yowie, du bunyip ou au caractère paranormal des min min lights.

Mais je m'égare. Bref, oui, Pic-nic at Hanging Rock est un très bon film, et j'encourage ceux qui ne l'ont pas vu à le regarder. :)

Ferlokopf > Il avait été rediffusé il y a quelques temps sur Arte, c'est à cette occasion-là que tu l'as découvert ?

Ferlokof a écrit:
Toutefois, Joan Lindsay (l'auteure du livre), avait écrit un chapitre intitulé The secret of Hanging Rock, où le mystère est dévoilé, et qui n'a été publié que trois ans après sa mort. L'éditeur avait préféré le supprimer. Essayez de ne le lire que quand vous aurez retourné l'histoire dans votre tête pendant un petit mois.
Je pense que le réalisateur l'a lu car j'ai cru remarquer des indices.

C'est l'histoire...
Spoiler :
... des 3 filles qui se changent en lézard pour rentrer dans une fissure des rochers ?


Quels éléments du film te font pencher pour cette explication ?

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Août 2013, 11:38 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5285
Localisation: Großostn
J'aime bien les films d'horreur un peu contemplatifs comme Razorback qui se passe aussi en Australie, ou d'autres comme Pumpkinhead ou Sauna. Je marque celui-là sur ma liste. 8-)

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Août 2013, 11:51 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 7011
Localisation: Massif central. Par là.
On ne peut pas vraiment dire que Pic-nic at Hanging Rock soit un film d'horreur...

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Août 2013, 12:02 
Übertypografer
Übertypografer
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 26 Novembre 2008, 18:29
Messages: 5285
Localisation: Großostn
Oui, je me suis mal exprimé. Un film d'ambiance un peu mystérieux, quoi. :ugeek:

_________________
Ungl unl . . . rrlh . . . chchch . . .
[H.P. Lovecraft, The Rats in the Wall, 1923]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Août 2013, 17:05 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 14 Janvier 2013, 00:12
Messages: 35
Oui en effet Arte l'a diffusé le 5 août, et je l'ai découvert à cette occasion (Merci Arte !).
Ce n'est certes pas un film d'horreur mais la montagne inspire un certain effroi et glace le sang.

Il y a une ambiance très féminine (Sofia Coppola s'est inspirée de ce film pour "Virgin Suicides") et les rapports entre les personnages sont plutôt complexes, d'où cette ambiance homoérotique entre les jeunes filles du pensionnat qui entrent dans leurs premiers émois sexuels mais qui sont totalement coupées du monde. Il est même possible de voir dans Hanging Rock une représentation phallique suprême. Mais ce serait pousser le bouchon un peu loin :roll: (Freud approuverait :think: ).

Outre la dimension sensuelle, c'est vrai qu'il y a ce contraste entre cette société aristocrate ultra-civilisée et cette terre sauvage remplie de mystères.
Il y a tellement d'interprétations possibles, de rapport entre le mystique, l'érotique, la civilisation... La citation de Poe clamée au début du film ("Tout ce que nous voyons ou paraissons n’est qu’un rêve dans un rêve.") a le mérite de conférer une dimension métaphysique, genre "Inception" en plus philosophique et en plus subtil quoi (noooooon je n'ai pas aimé "Inception" et je le clame haut et fort).

Ar Soner, l'article sur le Bunyip est passionnant ! :shock:

Spoiler :
En effet c'est bien de cela qu'il s'agit. Les filles tombent dans une sorte de faille temporelle et se transforment en serpent, sauf la troisième qui est retrouvée parce qu'un rocher lui tombe dessus et bloque au passage le trou où les autres se sont engouffrées, d'où la blessure sur le sommet de son crâne que le médecin constate. En fait j'ai pas vraiment tout compris parce que mon anglais est un tout petit peu merdique et ça a même pas été traduit. Apparemment, plus elles approchaient du trou et plus tout se bloquait dans le temps, par exemple elles enlèvent leurs corsets et ceux-ci restent bloqués en l'air, immobiles, ils ne tombent pas et ils n'ont pas d'ombre; il y a aussi un phénomène psychique qui se produit, la faille temporelle modifie leur état d'esprit : dans le film, plus elles évoluent et plus leur conscience métaphysique se développe, une des quatre disparues ne peut s'empêcher de faire une réflexion sur l'absence de sens de la vie et compare les humains à des fourmis. Ce qui est plutôt étrange parce que l'éducation qu'on leur donne ne peut pas permettre une telle clairvoyance (enfin je pense). Pourquoi cette transformation en reptile ? Je ne sais pas. L'Homme était-il un reptile à la base avant toutes ces évolutions qui l'ont amené à la civilisation ? Peut-être que se rapprocher de cet état primaire leur a permis de prendre conscience de l'état humain, d'où cette transe et cette fascination philosophique pour l'Être.


Oui, Herr Magog, il est à voir au moins pour les paysages et la musique ! :P


Pièces jointes:
Description du fichier: Hé hé. C'est-y pô un indice mon bon monsieur ?
Picnic at Hanging Rock 4.jpg
Picnic at Hanging Rock 4.jpg [ 198.88 Kio | Consulté 7521 fois ]
Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Août 2013, 19:25 
Sonne toujours deux fois
Sonne toujours deux fois
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 05 Août 2008, 17:27
Messages: 7011
Localisation: Massif central. Par là.
Ferlokof a écrit:
Il est même possible de voir dans Hanging Rock une représentation phallique suprême. Mais ce serait pousser le bouchon un peu loin :roll: (Freud approuverait :think: ).

En même temps, voilà quoi...

Image


Citer:
Spoiler :
Pourquoi cette transformation en reptile ? Je ne sais pas. L'Homme était-il un reptile à la base avant toutes ces évolutions qui l'ont amené à la civilisation ? Peut-être que se rapprocher de cet état primaire leur a permis de prendre conscience de l'état humain, d'où cette transe et cette fascination philosophique pour l'Être.

Spoiler :
Ah, c'est bien vu, pour les scinques à côté de la fille rescapée ! ;)

Possibilité à explorer également : un lien avec la mythologie aborigène, où la frontière animal/homme est souvent abolie et où de nombreux ancêtres et héros mythiques du Temps du Rêve se changent régulièrement en animaux.
Je ne serais pas surpris que l'auteure de la nouvelle se soit inspirée d'une vision "romantico-métaphysico-spiritualiste" de la mythologie aborigène, comme beaucoup d'Occidentaux la concevaient à l'époque.

_________________
There is a curse.
It says :
« May you live in interesting Times. »


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Août 2013, 19:44 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 21 Octobre 2011, 14:19
Messages: 982
Voir ce film sur grand écran et en séance de nuit est une expérience marquante (surtout quand on en sort pour déboucher sur un boulevard parisien, paysage assez pauvre en grands canyons et en lézards géants... :| )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 18 Août 2013, 22:31 
Membre
Membre
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 14 Janvier 2013, 00:12
Messages: 35
Spoiler :
Possibilité à explorer également : un lien avec la mythologie aborigène, où la frontière animal/homme est souvent abolie et où de nombreux ancêtres et héros mythiques du Temps du Rêve se changent régulièrement en animaux.
Je ne serais pas surpris que l'auteure de la nouvelle se soit inspirée d'une vision "romantico-métaphysico-spiritualiste" de la mythologie aborigène, comme beaucoup d'Occidentaux la concevaient à l'époque.


En effet ça semble plus plausible comme explication et surtout beaucoup plus recherché.
Décidément, je suis quelque peu choqué et outré du niveau de connaissance et de culture générale des internautes de ce site :think: *S'en va plein de honte*

♫ Musique d'attente ♪

Suis revenu !

"Tout ce qui existe a son origine dans le Rêve. Les dingos existent parce qu’il y a un Rêve de Dingo et ainsi de suite pour tout, et une fois mort on se fond à nouveau dans le Rêve.
Les croyances aborigènes sont liées au totémisme. Chaque homme descend de l’un d’eux et même est une partie de lui et ainsi il existe des hommes-goannas, des hommes-kangourous. Les Aborigènes pensent que chaque individu est donc relié à l’un de ces Esprits Ancestraux mais aussi à tout ce qu’il a créé, par exemple les dingos, qu’il dit alors être ses frères et qu’il ne peut donc chasser ou manger, mais aussi les sites, comme les points d’eau, les rochers, les arbres, qui deviennent autant de sites sacrés."

Ça donne envie de s'intéresser à la culture aborigène, en tous cas.

Ah oui en effet le retour à la réalité devait être difficile :wtf:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
MessagePublié: 20 Août 2013, 15:39 
Banni
Banni
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscription: 18 Juillet 2009, 11:49
Messages: 2349
Ça a l'air chiant ... :mrgreen:

_________________
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ]  Atteindre la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher:
Atteindre:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze