Encyclopédie du paranormal - Épidémie de danse de 1518

     Épidémie de danse de 1518


Évènement de l'an 1518 au cours duquel des dizaines d'habitants de Strasbourg se mirent à danser sans raison apparente, jusqu'à l'épuisement ou la mort


Selon le récit qui en est généralement fait, l'épidémie aurait commencé en juillet 1518, lorsqu'une femme appelée Frau Troffea commença à danser dans les rues de Strasbourg et ne s'arrêta pas avant quatre ou six jours. D'autres personnes l'imitèrent : à la fin de la semaine, 34 personnes dansaient et, à la fin du mois, 400. Des dizaines d'entre eux n'y auraient pas survécu et auraient succombé à l'épuisement ou à des crises cardiaques.

Représentation de l'épidémie de danse

Si l'on en croit certaines descriptions, les victimes auraient eu l'air apeurées et désespérées et ne semblaient pas prendre tirer plaisir du fait de danser. Des nobles inquiets auraient demandé conseil à des médecins, qui auraient écarté la possibilité d'une cause astrologique ou surnaturelle à l'épidémie et déclaré qu'elle était due à une « maladie naturelle ». Pensant que cela permettrait de résoudre le problème, les autorités de l'époque encouragèrent les gens à danser, notamment en faisant construire une scène et en payant des musiciens.

S'il semble établi que l'épidémie de danse a bien eu lieu, ses causes restent mystérieuses à l'heure actuelle. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour l'expliquer :

  • Selon l'historien John Waller, l'épidémie aurait été causée par une forme d'hystérie collective?, due aux conditions de vie difficiles : la région avait été le siège d'hiver très froids, d'été très chauds, de tempêtes, de famines et d'épidémies diverses.
  • Pour d'autres, comme l'auteur Eugene Backman, le responsable de l'épidemie serait l'ergotisme (ou feu de Saint Antoine). L'ergotisme, causé par l'ingestion de seigle infecté par l'ergot, provoque notamment des convulsions et des hallucinations. John Waller pense toutefois qu'il est peu probable que l'ergotisme soit responsable de l'épidémie de danse car il entraîne notamment une diminution de l'irrigation des membres, ce qui rendrait difficile le fait de danser.

Autre représentation de l'épidémie

  • Selon le sociologue Robert Bartholomew, l'épidémie de danse était un rituel extatique d'une secte hérétique.
  • Enfin, la danse de Saint Guy (ou chorée de Sydenham) provoque des mouvements involontaires. Dans les croyances catholiques, une prière à Saint Guy ou le fait de danser devant une représentation du Saint permettrait d'empêcher les convulsions causées par la chorée ou l'épilepsie. Bien que les symptômes de la chorée soient similaires à ceux de l'épidémie de danse, cette hypothèse n'explique pas comment autant de gens auraient pu développer ces symptômes simultanément.

L'épidémie de danse de Strasbourg n'est pas un cas isolé : plusieurs évènements similaires ont eu lieu, en particulier en Europe entre le 14ème et le 18ème siècle. Une épidémie de fou rire aurait également eu lieu en Tanzanie en 1962.


Des réactions ou des remarques au sujet de cet article ?
Venez en parler avec les rédacteurs et autres lecteurs sur le forum.


Traduction anglaise : Dancing Plague of 1518

Localisation : Strasbourg, Saint-Empire romain germanique, France actuelle, Europe

Date : Juillet 1518 (début de l'épidémie)

Articles connexes :

Sources et liens complémentaires :

Article 'Dancing Plague' and Other Odd Afflictions Explained, Jennifer Viegas, 1er août 2008
Article Dancing plague of 1518
Article Dancing Mania
Article Mystery explained? 'Dancing Plague' of 1518, the bizarre dance that killed dozens, Paul Wallis, 13 août 2008

Catégories : E ; Évènements ; Histoire
Auteur : Paul Binocle
Mise en ligne : 01/07/10
Dernière modification : le 10/07/12 à 16:46