Encyclopédie du paranormal - Au hasard

Page choisie : Hommes-singes de Staline

     Hommes-singes de Staline


Expériences supposément commanditées par Staline pour créer des hybrides d'homme et de singe


L'histoire


Cette version de l'histoire est la plus répandue ; on peut cependant en trouver plusieurs variantes sur Internet.

Dans les années 1920, le chef d'état soviétique Joseph Staline aurait eu l'intention de créer une armée de super-guerriers hybrides mi-hommes mi-singes, en s'appuyant sur les recherches du biologiste russe Ilya Ivanov.
Staline aurait sollicité le scientifique Ilya Ivanov, forcé alors de se détourner de ses recherches sur l'insémination artificielle chez les chevaux, dans le but de créer un super-soldat.

Joseph Staline en 1930

L'objectif de Staline aurait été la création d'un être humain insensible à la douleur et capable de manger n'importe quoi. Cette nouvelle race humaine aurait constitué à la fois une nouvelle force de travail, à une époque où l'Union soviétique connaissait une phase d'industrialisation particulièrement soutenue et ambitieuse... et une machine de guerre vivante au service de l'Armée Rouge. L'homme-singe aurait allié la robustesse des grands singes, la docilité d'un animal et la capacité à réaliser des tâches intellectuelles complexes comme un homme.

Des expériences auraient donc été réalisées par Ivanov d'une part en Afrique de l'Ouest, par insémination artificielle en injectant du sperme humain dans l'utérus de singes femelles (des chimpanzés dans la plupart des versions du récit) ; et d'autre part, dans un laboratoire en Géorgie - le pays d'origine de Staline - en inséminant des femmes avec du sperme de chimpanzé. Les cobayes humaines étaient volontaires ou ignoraient tout des expériences, selon la version du récit considérée.

Il est toutefois reconnu dans la plupart des versions de l'histoire que ces expériences auraient débouché sur des échecs répétés.

Venant à manquer de singes, Ilya Ivanov tenta de persuader une riche héritière cubaine de lui en prêter quelques uns pour poursuivre ses études, mais l'histoire parvint aux oreilles des journalistes américains. Une article fut publié dans le New-York Times pour exposer les expériences d'Ivanov au grand public.

Discrédité, ses coûteuses expériences s'étant révélées être un fiasco total, Ivanov fut arrêté par le GPU - la police politique - en 1930 pour être envoyé dans le goulag ; sa peine fut cependant commuée en un exil dans la République du Kazakhstan, où Ivanov mourut en 1932. Certaines versions de l'histoire sous-entendent qu'Ivanov fut assassiné pour effacer toutes les traces existantes de ses expériences.


Les faits avérés : les expériences d'Ilya Ivanov


L'histoire se base sur un fond de vérité : le biologiste russe Ilya Ivanovitch Ivanov (1870-1932) a réellement existé, de même que ses expériences d'hybridation entre l'homme et le singe.

Diplômé de l'université de Kharkov en Ukraine en 1896, Ivanov a travaillé dans différentes réserves naturelles et instituts zootechniques entre 1910 et 1930. Ses travaux sur les techniques d'insémination artificielle ont été à l'origine d'avancées considérables concernant la reproduction des chevaux. Il fut ensuite l'un des premiers scientifiques à créer de nouveaux hybrides interspécifiques par insémination artificielle, dont un zébroïde (hybride d'âne et de zèbre), un zubroń (hybride de bison européen et de bovin domestique), ainsi que des hybrides de rongeurs, d'oiseaux notamment.

Ilya Ivanovitch Ivanov en 1927
(Source : )

Par la suite, Ilya Ivanov fut effectivement impliqué dans un projet ayant pour but la création d'hybrides hommes-chimpanzés. Dès 1910, il évoqua la possibilité d'hybridation homme-singe par insémination artificielle à un congrès de zoologistes en Autriche. La Révolution Russe en 1917 mit cependant un terme provisoire à ses travaux, lui coupant toute subvention et moyens matériels.

En 1924, Ivanov obtint l'autorisation de l'Institut Pasteur, auquel il travaillait alors, pour s'établir à Kindia en Guinée française. Après de nombreuses démarches infructueuses, il réussit à obtenir en 1925 l'autorisation du gouvernement soviétique ainsi que des moyens financiers pour pouvoir y mener ses expériences. Il reçut le soutien notable de Nikolai Gorbunov, ancien secrétaire de Lénine et à la tête du département des institutions scientifiques.
Cependant, après un faux départ à Kindia (où les chimpanzés n'étaient pas sexuellement matures), Ivanov dut s'installer à Conakry en 1926 pour enfin y commencer ses expériences dans un jardin botanique.

Ilya Ivanov utilisa du sperme humain dans le but d'inséminer artificiellement trois femelles chimpanzés capturées dans la nature, mais les expériences échouèrent et les chimpanzées ne furent pas enceintes. Les expérimentations d'Ivanov rencontrèrent une certaine résistance de la part du gouvernement colonial français, aussi le scientifique ne put-il pas réaliser ses expériences d'hybridation avec des femmes humaines comme il l'espérait.

Après ces échecs, Ilya Ivanov retourna en Union Soviétique l'année suivante et s'installa à Sukhumi en Géorgie. Il y créa un centre de primatologie (qui existe toujours à l'heure actuelle) où il fit transférer divers singes. Toujours avec le soutien de Gorbunov, Ivanov projeta de réaliser de nouvelles expériences, cette fois-ci avec du sperme de singes et des femmes pour cobayes. Une branche de l'Académie Communiste mit en place une commission pour superviser les expériences d'Ivanov ; elle prévoyait de recruter au minimum 5 femmes volontaires et de créer une charte déontologique pour encadrer les expériences.
Mais en 1929, lorsque la première volontaire fut trouvée et avant le début programmé des expériences, le seul singe post-pubère restant à Sukhumi (un orang-outan) mourut. Ivanov demanda alors la livraison de cinq nouveaux chimpanzés.

Chimpanzé commun (Pan troglodytes) pris en photo en captivité au zoo de Leipzig (Crédit : Thomas Lersch)


Cependant, la tourmente politique et idéologique qui agitait l'URSS en 1930 fit perdre leur position à de nombreux scientifiques impliqués dans les expériences de Sukhumi, dont Gorbunov. Ivanov fut lui aussi critiqué pour des raisons politiques, et arrêté à la fin de l'année. Il fut condamné à cinq ans d'exil à Alma Ata, au Kazakhstan, où il travailla à l'Institut Vétérinaire jusqu'à sa mort en 1932.


Un canular partiel ?


La plus ancienne référence connue au sujet des hommes-singes de Staline se trouve dans un article paru en 2004 dans Na grani Nevozmozhnogo (На грани невозможного, littéralement « Au bord de l'impossible »), un mensuel russe sensationnaliste consacré au paranormal.
La nouvelle fut par la suite reprise par le magazine américain Fate dans son numéro d'Avril 2005, puis par la revue écossaise The Scotsman en décembre de la même année.

L'article du Na grani Nevozmozhnogo prétend se baser sur des « archives officielles récemment découvertes »... Or, le journal ne donne pas davantage d'informations concernant l'origine ou la nature de ces « archives ». Les médias russes parus en 2004 ne disent pas un mot non plus au sujet de ces archives.

En réalité, et contrairement à ce qui est affirmé dans les articles traitant de l'affaire des hommes-singes :

  • Ivanov n'a pas été contraint par Staline de se consacrer aux expériences sur les singes. Il n'existe en toute rigueur aucune source indiquant que Staline ait jamais eu de contact direct avec Ilya Ivanov (il ne le connaissait d'ailleurs pas personnellement).
    Au contraire : la difficulté que connut Ivanov pour trouver des appuis financiers à ses débuts en 1924, puis les nombreux retards et échecs que traversèrent ses expériences faute de moyens, pour finir par son arrestation en 1930, semblent contredire que ses expériences aient reçu un fort soutien de la part des autorités soviétiques.
  • il n'y a a priori aucune source historique indiquant que le gouvernement soviétique ait jamais eu l'intention de créer un super-soldat homme-singe. Si les têtes pensantes du Parti Communiste de l'Union Soviétique pensaient effectivement que le communisme permettrait l'apparition d'un « nouvel homme », cette évolution était supposée se faire naturellement (via la mise en place d'une « nouvelle société ») et elle concernait tout citoyen soviétique indépendamment de sa classe sociale, de son origine ethnique et nationale... Pour cette raison, le gouvernement soviétique s'est toujours montré défavorable à l'eugénisme.
    En outre, la conception du « nouvel homme soviétique », beau, robuste, instruit et dévoué à la Révolution socialiste, est très éloignée de celle d'une race de créatures monstrueuses mi-hommes mi-singes.

« Si tu veux être comme ça, entraîne-toi ! », affiche de propagande célébrant le « nouvel homme soviétique » (1951)

  • les documents concernant les expériences d'Ivanov existent, mais ne sont pas secrets, ont été révélés bien avant 2004, et ne suggèrent pas que l'objectif fut de créer un super-guerrier.
    Ilya Ivanov n'a jamais poursuivi d'objectifs eugénistes, mais semblait plutôt motivé par la curiosité scientifique.

L'histoire des hommes-singes de Staline est donc vraisemblablement une simple version sensationnalisée de faits authentiques et déjà connus (les expériences d'Ilya Ivanov), auxquels on a ajouté des éléments erronés ou que l'on peut raisonnablement supposer comme inventés de toutes pièces (faute de sources historiques vérifiables pour les justifier)


D'un point de vue scientifique, l'hybridation entre l'homme et les grands singes est improbable (et ce malgré leur proximité phylogénétique) en raison d'un certain nombre de barrières génétiques et physiologiques (nombre de chromosomes différents, marqueurs membranaires à la surface des spermatozoïdes propres à chaque espèce...).
Si les croisements au sein d'une même espèce donnent naissance à des individus plus robustes en raison de l'effet d'hétérosis, les hybrides issus de croisements interspécifiques ont généralement une santé fragile, sont peu vigoureux et présentent de nombreux troubles physiologiques et comportementaux... L'intérêt de créatures hybrides d'homme et de singe est donc très faible, si l'objectif est d'en faire une armée de super-soldats forts et disciplinés.


Impact dans la culture populaire


Un parallèle intéressant peut être réalisé entre l'histoire des hommes-singes de Staline et la nouvelle fantastique et satirique Cœur de Chien (en russe : Собачье сердце) de Mikhail Bulgakov. Écrite en 1925, elle raconte comment un chien errant est transformé en être humain suite à diverses expériences de chirurgie pratiquées sur lui par un savant ; livré à lui-même, l'hybride devient un membre important du parti communiste et incarne aux yeux de tous l'exemple parfait du « nouvel homme soviétique ».
La nouvelle, très populaire en Russie et ayant donné lieu à diverses interprétations théâtrales et cinématographique, a pu inspirer dans une certaine mesure les hommes-singes de Staline.

Un épisode de l'émission américaine MonsterQuest (ayant pour titre Stalin's ape man) eut pour base le récit provenant de The Scotsman.
Depuis, de nombreuses références sont apparues sur le Net concernant ce supposé projet, souvent sur des sites anti-évolution, car Staline aurait eu selon eux l'intention de démontrer la validité de la théorie de l'évolution en prouvant ainsi que les hommes et les singes sont apparentés, ainsi qu'en voulant "améliorer l'homme". L'histoire des hommes-singes de Staline est également souvent citée dans les discours s'opposant à la démarche scientifique, en tant que source de dérives contraires à l'éthique.


Des réactions ou des remarques au sujet de cet article ?
Venez en parler avec les rédacteurs et autres lecteurs sur le forum.


Traduction anglaise : Stalin's ape-men

Localisation : les expériences d'Ilya Ivanov ont été réalisées à Conakry en Guinée, Afrique ; puis elles ont été initiées à Sukhumi en Géorgie, Europe

Date : les seules expériences effectivement réalisées par Ilya Ivanov se sont déroulées en 1926.

Sources et liens complémentaires :

Article sur Ilya Ivanovitch Ivanov
Article sur l'Humanzee
Article original sur les hommes-singes de Staline publié par The Scotsman
Article original sur les hommes-singes de Staline publié dans Na grani Nevozmozhnogo

Auteur : Anty ; Ar Soner
Mise en ligne : 19/05/11
Dernière modification : le 10/07/12 à 17:26