Encyclopédie du paranormal - Protocoles des Sages de Sion

     Protocoles des Sages de Sion


Faux document publié au début du XXème siècle destiné à alimenter la propagande antisémite


Les Protocoles des Sages de Sion, parfois surtitrés « Programme juif de conquête du monde », se présentent sous la forme d’un document supposé être les comptes rendus de vingt-quatre réunions secrètes tenues par un conseil de sages juifs, réunions ayant pour objectif d’établir un plan de domination mondiale.
Les Protocoles prennent ainsi la forme d’un programme décliné en vingt-quatre points, énoncé par un « Sage de Sion » à l’attention des chefs du peuple juif afin d’instituer une hégémonie juive mondiale au cours des prochaines années.

Couverture d'une édition française des Protocoles des Sages de Sion, 1920

Ils sont publiés dans un premier temps, et partiellement, en 1903 dans le journal russe Znamia puis, dans une version complète, en 1905 et 1906 par le moine mystique itinérant Sergheï Nilus.
Durant les quinze années suivantes, les Protocoles circulent dans les cercles restreints de la police secrète et des antisémites russes.
Avec la Révolution d'Octobre en 1917, et la fuite en masse de Russes anti-révolutionnaires (on comptait parmi eux un certain pourcentage d'antisémites) vers l'Europe de l'ouest, l'aire d'influence des Protocoles s'élargit. Ils ne deviennent cependant célèbres à l'échelle internationale qu'en 1920 lorsqu'ils sont traduits en allemand (janvier) puis en anglais (février).

Si l’origine fallacieuse du document est désormais établie, c’est dès 1909 que le comte Alexandre du Chayla, un aristocrate français, émet de sérieux doutes quant à l’authenticité du document. Il rencontre en effet Sergheï Nilus qu’il qualifie « d’illuminé pour qui la question de l’authenticité du texte importait peu ».
Dans son édition du 8 mai 1920, le Times de Londres tend à démontrer le caractère authentique du pamphlet. Mais cette enquête sera réfutée un an plu tard par le même journal, qui reconnaît son erreur dans un article intitulé « la fin des Protocoles ».

Sergheï Nilus

En effet, les Protocoles s’inspirent très largement, au point de le plagier, du Dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu publié à Bruxelles en 1864.

A titre d’exemple :

  • « Les hommes aspirent tous à la domination, et il n'en est point qui ne fût oppresseur, s'il le pouvait ; tous ou presque tous sont prêts à sacrifier les droits d'autrui à leurs intérêts » (Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, 1ère partie, premier dialogue, septième intervention de Machiavel)
  • « Tout homme a soif du pouvoir : chacun aimerait à être un dictateur si seulement il le pouvait, et bien rares sont ceux qui ne consentiraient pas à sacrifier le bien-être d’autrui pour atteindre leurs buts personnels » (Protocoles des Sages de Sion, Premier Protocole)

Si les doutes concernant l’authenticité furent émis assez tôt, restaient à déterminer l’auteur de ce faux et les raisons qui l’y ont poussé. Ce n’est que durant les années 90 que la lumière fut faite grâce à l’ouverture des archives soviétiques et du travail d’un historien russe, spécialiste des publicistes de la fin du XIXème : Mikhail Lepekhine.

Au cours de ses recherches, un personnage attire son attention : Mathieu Golovinski, un fonctionnaire du département de la presse de Saint-Pétersbourg chargé de surveiller la ligne de conduite de la presse, en diffamant et en dénonçant, par des faux, les journalistes n’adoptant pas un ton favorable à l’évangélisation des peuples païens et hostile envers les personnes de confession juive.

Mathieu Golovinski, © Coll.M.Lepekjine

Néanmoins, l’arrivée au pouvoir du tsar Nicolas II change l’air du temps et Mathieu Golovinski s’exile à Paris puisqu’il est dorénavant considéré comme un mouchard par ses anciens collègues.
C’est à Paris qu’il fait la rencontre de Pierre Ratchkovski, contre-révolutionnaire réactionnaire ultra orthodoxe dont l’obsession est de convaincre le tsar qu’un complot judeo-maçonnique se cache derrière le mouvement révolutionnaire libéral et réformateur.
Le tsar étant plus réfractaire que ses prédécesseurs à ce type de thèses, Ratchkovski commande le faux document des Protocoles à Golovinski, qui s’adonne à Paris aux mêmes activités de propagande et de diffamation que celles effectuées à Saint-Pétersbourg.

A l’origine, le document n’était destiné qu’au tsar seul, afin de le convaincre que la modernisation industrielle et financière de la Russie est l’expression d’un plan juif de domination du monde. Ratchkovski confie ce document à Serge Nilus qu’il imagine devenir le confesseur du tsar, chose qui n’arrivera jamais.

C’est donc par l’intermédiaire de Sergheï Nilus que ce document arrive dans la sphère publique.

Les protocoles ont eu une influence considérable sur les sociétés du XXème siècle puisqu’ils ont constitué une propagande utilisée par certains gouvernements.
Si leur caractère fallacieux ne fait plus aucun doute, ils sont toujours considérés comme authentiques par certains acteurs contemporains, résolument antisémites.


Autre nom : « Programme juif de conquête du monde »

Traduction anglaise : The Protocols of the Elders of Zion

Date : 1903 (première publication)

Liens complémentaires :

Article du journal l'Express écrit par Eric Conan et traitant de "L'origine des Protocoles des Sages de Sion : les secrets d'une manipulation antisémite

Sur les Protocoles des Sages de Sion

Sur le dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu


Auteur : Raizen
Mise en ligne : 27/11/08
Dernière modification : le 10/07/12 à 17:51