Encyclopédie du paranormal - Station de nombres

     Station de nombres


Stations radio hautes fréquences diffusant des messages codés, généralement sous la forme de suites de nombres


Bien que la plupart des stations de nombres diffusent des suites de nombres prononcées par une voix féminine automatisée, il arrive qu'il s'agisse de nombres prononcés par une voix d'homme ou d'enfant, de Morse voire de bruits pré-enregistrés divers, allant de notes de musique à des chants de baleine.


Fonction

Bien qu'aucun gouvernement ne l'ait reconnu officiellement jusqu'ici, il est généralement admis que les stations de nombres sont des moyens de communication utilisés par divers gouvernements de part le monde pour transmettre des informations à des espions travaillant sous couvertures sans compromettre celle-ci.

Un porte-parole du Department of Trade and Industry britannique (chargé du contrôle des émissions radio dans le pays) aurait dit à journaliste du Daily Telegraph, en 1998 : « [Les stations de nombres] sont ce que vous pensez qu'elles sont. Elles ne devraient pas intriguer les gens. Elles ne sont pas destinées au public, dirons-nous. ». Aux États-Unis, des espions Cubains ont été jugés pour avoir capté et décodé des signaux émanant d'une station de nombre de la Dirección de Inteligencia cubaine. Lors d'un tel procès en 1998, un agent du FBI confirma à la barre que les espions cubains utilisaient un ordinateur doté du programme adapté pour décoder les messages transmis par la station de nombre surnommée Atención.

Une hypothèse veut que certaines des stations de nombres soient liées au trafic de drogue, cependant, les stations émettrices utilisées dans ce but devraient être de moindre puissance et n'émettre que de façon irrégulière, afin d'éviter que les autorités ne puissent les localiser par triangulation. Beaucoup de stations de nombres émettent pourtant de manière régulière pendant des mois voire des années (bien que certaines d'entre elles aient été la cible de tentatives de brouillage), ce qui laisse à penser que leur fonctionnement est approuvé par le gouvernement, même en admettant qu'il n'en est pas directement responsable. De plus, le fonctionnement d'une station émettrice d'ondes courtes dans la bande de radiodiffusion internationale nécessite une installation électrique conséquente, peu susceptible d'être disponible dans les régions isolées où les drogues sont cultivées.


Historique

Selon les auteurs de The Conet Project, un ensemble de quatre CD d'enregistrements de stations de nombres, ces dernières existent depuis la première guerre mondiale au moins et sont donc presque aussi anciennes que la radio elle-même.

Couverture de The Conet Project, représentant une antenne émettrice

Le phénomène semble avoir pris de l'ampleur durant la guerre froide, période durant laquelle l'URSS est suspectée d'avoir utilisée des stations de nombre de très haute puissance (500 kW) situées à l'est de l'Oural pour transmettre des messages à des espions en mission dans l'ouest de l'Europe, au nord de l'Afrique voire en Amérique du Nord.

Dans les années 80 et 90, des radioamateurs Américains ont cherché à localiser des stations de nombre et dans les environs de Warrenton (en Virginie). Ils ont ainsi pu déterminer qu'elles étaient émises par des antennes situées à l'intérieur de bases militaires.

Le phénomène connaît une faible augmentation depuis les années 90.


Technologie

Les sources des stations de nombres sont généralement des émetteurs en ondes courtes de puissance comprise entre 10 et 100 kW, du même type que ceux utilisés pour les autres transmissions radio en ondes courtes.

L'utilisation de simples émissions radio non cryptées pour la transmissions de messages à des espions peut sembler désuète, mais présente des avantages. Pour les capter, il suffit pour les capter de disposer d'une radio, objet facile à obtenir pour des espions sur le terrain et ne pouvant pas servir de preuve de leurs activités, contrairement à du matériel de pointe. En comparaison, les satellites sont plus coûteux : tous les gouvernements ne disposent pas nécessairement de satellites utilisables pour transmettre des informations à leurs espions.


Nomenclature

L'association britannique ENIGMA 2000, qui étudie les stations de nombres, les désigne chacune par un code composé d'une lettre suivie de deux chiffres. La lettre correspond au type de son diffusé ou (lorsqu'il s'agit de mots) à la langue de diffusion de la station, selon la convention suivante :

  • E : anglais
  • G : allemand
  • S : langue slave
  • V : toutes les autres langues
  • T : langue inconnue
  • M : Morse (indépendamment de la langue)
  • X : autres types de son. X est généralement suivi de une ou plusieurs autres lettres pour spécifier le type de son. Il est possible que certaines des stations classées dans cette catégorie ne soient pas de « vraies » stations de nombres et n'accomplissent pas la même fonction que les stations de nombres plus conventionnelles.

De nombreuses stations de nombres sont toutefois mieux connues par leur surnom que par la désignation choisie par ENIGMA 2000. Ces surnoms proviennent souvent de mots reconnaissables utilisés par ces stations (annonçant par exemple le début et la fin de la transmission, comme dans le cas de la station cubaine Atención) ou sont basés sur la langue et la zone d'émission présumée.

Enregistrement de la station britannique surnommée « The Lincolnshire Poacher »


Des réactions ou des remarques au sujet de cet article ?
Venez en parler avec les rédacteurs et autres lecteurs sur le forum.


Traductions anglaises : Number station ou Numbers station

Synonymes : « radio de nombres » est parfois utilisé

Articles apparentés :

Liens complémentaires :

Page Number Station
Section Radio du ''Canard Volant Non Identifié
Téléchargement gratuit et légal des quatre CD constituant The Conet Project, enregistrements de stations de nombres

Catégories : S ; Conspirations ; Phénomènes
Auteur : Paul Binocle
Mise en ligne : 27/09/09
Dernière modification : le 10/07/12 à 17:59