Encyclopédie du paranormal - Apparition mariale

     Apparition mariale


Manifestation auditive et/ou visuelle de la Vierge Marie


Le terme d'apparition mariale regroupe différentes formes de manifestations supposées de la Vierge Marie :

  • Les découvertes fortuites et mises à jour de statues anciennes, parfois considérées comme étant des manifestations divines
  • Des statues et tableaux à l'effigie de la Vierge Marie pleurant des larmes d'huile ou de sang.
  • Des dessins et formes apparus sur différents supports physiques
  • Des halos et lueurs de différentes couleurs se déplaçant dans le ciel
  • Les songes et rêves, particulièrement évoqués dans les témoignages les plus anciens
  • Les apparitions physiques

Dans ce dernier cas de figure, les témoins auraient prétendu apercevoir la Vierge Marie elle-même sous une forme humaine, de façon plus ou moins réaliste, leur adressant un message destiné à être transmis au plus grand nombre. Ces apparitions pouvaient se manifester de manière sporadique à raison d'une seule et unique fois, ou se répéter dans le temps à intervalles réguliers.

La Vierge apparaissant à Saint Louis de Toulouse (huile sur bois de Lorenzo Lotto)

Les premières apparitions mariales sont mentionnées dès le IVème siècle après J.C. Par la suite, les visions et miracles se seraient multipliés à travers les époques et dans de nombreux pays, plus particulièrement en France et en Italie. On retrouve également de nombreuses références à la Vierge dans bon nombre de légendes et coutumes locales, ce qui rend difficile leur référencement exact. En France, on estime toutefois à plusieurs centaines le nombre de ces apparitions. Par ailleurs, certains points communs se retrouvent au fil des témoignages recensés. Dans la plupart des cas d'apparitions mariales, les témoins se trouvaient être des enfants ou des individus de modeste condition (bergers, bûcherons, ouvriers...). Pour beaucoup, cet état de fait s'avérait révélateur des principes bibliques selon lesquels chacun, petits et grands de ce monde, peut être amené à recevoir la parole de Dieu.

Les apparitions, miracles et autres manifestations mariales donnaient généralement lieu à la construction de différents édifices religieux destinés à honorer la Vierge venue délivrer son (ses) message(s), et à rappeler l'endroit de sa venue. Beaucoup de témoins d'apparitions se convertissaient, entraient dans les ordres, ou menaient une vie de piété en accord avec les écrits évangéliques.

D'un point de vue théologique, l'apparition mariale occupe une place privilégiée au sein de l'Eglise. Elle est le moyen de rencontrer la réalité invisible de Dieu, des anges ou des Saints dans un but salutaire à l'Homme.

Les messages

Dans la plupart des messages adressés par la Vierge Marie, on retrouve des thèmes abordés de façon régulière :

  • La prière, méditation
  • La pénitence
  • La conversion
  • La dévotion
  • L'amour de l'autre

Dans leur forme, les messages énoncés lors des apparitions mariales reprennent donc généralement les principales valeurs rencontrées dans la Bible. Toutefois, on trouve aussi quelques messages à caractère prophétique annonçant de nombreuses catastrophes naturelles, mais aussi un avenir plus serein pour le monde qui serait amené à vivre dans la paix.

Entre 1981 et 1985, les apparitions mariales se seraient ainsi multipliées dans la petite ville de Kibeho au Rwanda. Parmi les messages adressés à des adolescents, la Vierge aurait annoncé des malheurs innombrables et incessants pour un monde en rébellion contre Dieu et vivant dans le pêché.

A Anguera au Brésil, un homme du nom de Pedro Regis recevrait chaque semaine depuis vingt ans des messages de la Vierge Marie, obtenus par le biais de l'écriture automatique. En 2009, le Brésilien aurait reçu un message annonçant le séisme survenu le 27 février 2010 au Chili. Dans un autre message daté du 23 mars 2010, Marie aurait prophétisé un avenir douloureux pour l'humanité en ces termes :

La Terre tremblera et les abîmes surgiront. Mes pauvres enfants porteront une lourde croix. La Terre perdra son équilibre et des phénomènes étonnants [extraordinaires] auront lieu.

Parmi les 3000 messages adressés à Pedro Regis, la Vierge aurait par ailleurs annoncé la possible fin de l'Église catholique romaine et la décadence du Vatican.

Quelques apparitions célèbres

  • La rue du Bac

La rue du Bac située à Paris est un cas d'apparition mariale intéressant, puisqu'on y retrouve pour la première fois un message à caractère prophétique délivré par la Vierge Marie. Au cours de la nuit du 18 au 19 juillet 1830, Catherine Labouré, une jeune novice de la maison des Sœurs de Saint Vincent de Paul, aurait été tirée de son sommeil par ce qui lui sembla être une apparition d'enfant. La vision aurait invité la jeune fille à se rendre à la chapelle où devait l'attendre la Sainte Vierge qui devait lui annoncer de grands malheurs pour la France, à l'aube de la révolte dans la capitale, devant aboutir quelques jours plus tard à l'éviction de Charles X.

La Vierge serait ensuite réapparue à Catherine Labouré le 27 novembre de la même année. L'apparition mariale aurait ainsi demandé à faire frapper une médaille devant apporter protection et guérison à tous ceux qui la porterait. Cette médaille, réalisée sur les indications de la Vierge elle-même se compose d'un M surmonté d'une croix, de douze étoiles, d'une couronne d'épines et d'un cœur transpercé par une épée. Réputée pour avoir accompli des miracles, la médaille se verra plus tard attribuer le statut de miraculeuse. Si les apparitions mariales de la Salette n'ont jamais été reconnues par l'Eglise, la médaille miraculeuse est en revanche commémorée lors de la fête liturgique du 27 décembre.

Recto-verso de la médaille miraculeuse
  • La Salette

C'est en 1846 près de Grenoble, que deux enfants âgés de 12 et 15 ans faisaient paître leurs troupeaux dans les alpages surplombant leur village. Les enfants auraient alors aperçu une belle dame en pleurs, s'adressant à eux en français et en patois. Les enfants décrivirent l'apparition comme étant enveloppée de clarté, portant un crucifix sur sa poitrine, des roses entourant sa tête, sa taille et ses pieds. L'apparition leur aurait adressé un message destiné à être communiqué autour d'eux.

Après une longue enquête menée dès 1851 par l'évêque de Grenoble, cette apparition mariale fût reconnue comme présentant toutes les caractéristiques de l'authenticité. La décision, confortée par des guérisons miraculeuses qui se seraient produites sur le site, se trouva confirmée quatre ans plus tard par le nouvel évêque, Mgr Ginoulhiac, en dépit de nombreuses oppositions. Un pèlerinage fût alors édifié dès le 25 mai 1852, date de pose de la première pierre. Le pèlerinage de la Salette a fait l'objet d'une lettre du Pape Jean-Paul II à l'occasion du 150ème anniversaire de l'apparition de la Vierge en ces lieux.

  • Lourdes

Figurant parmi les plus hauts lieux de pèlerinages français, Lourdes doit sa réputation aux célèbres apparitions mariales dont Bernadette Soubirous, une enfant du village, aurait été le témoin.

La première apparition se serait manifestée en 1858, alors que la jeune Bernadette alors âgée de 14 ans, se promenait avec sa sœur afin de ramasser du bois mort. Elle ressentit d'abord ce qu'elle qualifia comme étant un coup de vent, avant d'être interpelée par une dame vêtue de blanc près de la grotte de Massabielle située à proximité. La Vierge aurait invité la jeune fille à se mettre en prière, avant de disparaître. Bernadette décrivit l'apparition comme portant une robe et un voile blancs, ainsi qu'une ceinture bleue, et une rose jaune sur chaque pied.

La grotte de Massabielle à Lourdes (photographie de Manuel Gonzàlez Olaechea y Franco)

Par la suite, la jeune fille aurait été le témoin de dix huit apparitions réparties entre le 11 février et le 16 juillet de la même année 1858. Lors de la neuvième manifestation mariale, la Vierge aurait demandé à Bernadette de baiser la terre en signe de pénitence, puis de boire à la fontaine. Ne la trouvant pas, c'est en grattant la terre que la fillette aurait mis à jour une source aujourd'hui considérée comme étant miraculeuse.

Bien qu'accompagnée par de nombreux curieux et croyants, Bernadette se disait seule à apercevoir ces visions. En raison d'un afflux massif de visiteurs, la grotte fût alors fermée au public. C'est en 1862, alors que les apparitions furent officiellement reconnues par l'Église, que débutèrent les premiers travaux qui devaient aboutir à la construction de sanctuaires. Une basilique et une église, situées au dessus de la grotte, furent les premiers éléments de ce pèlerinage qui accueille chaque année environ six millions de visiteurs.

  • Pontmain

Ce petit village situé en Mayenne dans le Pays de la Loire aurait lui aussi fait l'objet d'apparitions célèbres. Pontmain est un cas particulier puisque les apparitions mariales auraient été observées de façon collective par six jeunes enfants âgés de 4 à 12 ans.

Les enfants de Pontmain (photographie de Georges Bertin)

La première apparition se serait manifestée le 17 janvier 1871 en fin d'après-midi, derrière une maison du village. Les enfants décrivirent la vision comme étant l'œuvre d'une belle dame, vêtue d'une robe bleu foncé comportant de brillantes étoiles d'or à cinq pointes. Bien que des témoins se trouvaient alors présents au moment des faits, les enfants semblaient les seuls à apercevoir l'apparition. Alors que la foule présente sur les lieux entonnait des litanies, une banderole serait apparue dans le ciel, laissant apercevoir un message annonçant : Priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher.

Après enquête réalisée par le clergé, l'apparition fut reconnue le 2 février 1872 comme étant authentique. Afin de commémorer la visite de la Vierge, une église transformée plus tard en basilique fût érigée entre 1873 et 1877.

  • Fatima

Le cas de Fatima au Portugal présente une caractéristique particulière, puisque les apparitions successives de la Vierge (au nombre de six) auraient été précédées et annoncées par la visite d'un ange.

La première apparition mariale à Fatima aurait eu lieu le 13 mai 1917. Aux trois jeunes enfants bergers témoins de la vision, la Vierge leur aurait demandé de se présenter le treize de chaque mois, à la même heure. A six reprises, les enfants, accompagnés par une foule à chaque fois plus nombreuse, auraient assisté à l'apparition mariale qui les invitait à prier pour obtenir la fin de la guerre et la paix du monde.

Lors de sa dernière apparition du 13 octobre 1917, la Vierge, devant une foule de 70 000 personnes, serait apparue près de Saint Joseph et de Jésus Christ, bénissant le monde. C'est elle qui aurait également demandé de bâtir une chapelle en son honneur, devenue aujourd'hui l'un des lieux de pèlerinage les plus connus et les plus visités. Cette célèbre apparition connue sous le nom de danse du soleil se serait manifestée à midi, comme la Vierge l'aurait elle-même annoncé. Les nombreux témoins présents auraient vu une lumière entourant l'apparition qui se présenta sur un chêne avant de s'élever dans les airs, projetant sa lumière sur le soleil. L'astre se serait alors mis à trembler avant de tourner sur lui-même, projetant autour de lui des rayons lumineux imitant les couleurs de l'arc en ciel. Les témoins purent observer ce phénomène solaire sans se trouver incommodés par de quelconques brûlures ou gênes oculaires.

Fatima a fait l'objet de nombreuses controverses au sujet de certaines révélations apportées par la Vierge Marie, et connues sous le nom des trois secrets de Fatima. Ce message divisé en trois parties distinctes ne devait être communiqué publiquement qu'à des dates bien précises, et apporter entre autres des éléments importants quant à l'avenir de la Russie.

  • La première partie des trois secrets se composerait d'une description très précise relative à l'Enfer, relatée sous forme de vision.
  • Dans la deuxième partie de son message, la Vierge aurait délivré une prophétie annonçant la conversion de la Russie dont le rayonnement devait s'étendre au monde entier, et l'annonce du règne universel du Coeur immaculé de Marie. Selon la prophétie, la non réalisation de cette consécration devait amener de lourdes conséquences exprimées en ces termes : La Russie répandra ses erreurs dans le monde entier, suscitant guerres et persécutions contre l’Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint Père aura beaucoup à souffrir et différentes nations seront anéanties.
  • La troisième partie du secret est celle qui a amené le plus de polémiques avant et après sa révélation officielle le 26 juin 2000. Cette partie de message à caractère allégorique devait, selon les indications de la Vierge elle-même, être divulguée en 1960, date selon laquelle le monde aurait été en mesure d'en comprendre le sens. Parmi les controverses liées à ce troisième secret, il a notamment été reproché au Vatican d'avoir intentionnellement voulu faire disparaître certaines informations importantes. L'authenticité du message rendu public lors de la conférence de presse du 26 juin 2000 a également été remise en cause. Rome aurait ainsi été suspecté d'avoir divulgué de fausses informations et d'en avoir caché d'autres, soupçons démentis par le Saint Siège. Parmi les différentes théories ayant trait à ce troisième secret, il a été avancé que le message non divulgué se rapporterait à une potentielle invasion islamique de l'Europe, et à la destruction du Vatican.

Après de nombreuses oppositions, la consécration de la Russie aurait été effectuée dans le plus grand secret, ce qui selon certains catholiques et fatimistes aurait été à l'origine de la fin de la guerre froide et de la chute de l'U.R.S.S.

La position de l'Eglise

Bien que nombreux et variés à travers le temps et les époques, les témoignages d'apparitions mariales sont depuis toujours observés avec une rigoureuse réserve par l'Église catholique qui, aujourd'hui, en a officiellement reconnu quinze dont voici la liste officielle :

  • Guadalupe (Mexique) en 1531
  • Le Laus (France) en 1644
  • Aparecida (Brésil) en 1717
  • Rome (Italie) en 1842
  • La Salette (France) en 1846
  • Lourdes (France) en 1858
  • Pontmain (France) en 1871
  • Gietrzwald (Pologne) en 1877
  • Fatima (Portugal) en 1917
  • Beauraing (Belgique) en 1932
  • Banneux (Belgique) en 1933
  • Amsterdam (Pays-Bas) en 1945
  • Akita (Japon) en 1973
  • Betania (Vénézuela) en 1976
  • Kibeho (Rwanda) en 1981

Dans son encyclique du 8 septembre 1907, le Pape Pie X donne des précisions sur la position de l'Église, qui, en cette matière, use d'une telle prudence qu'elle ne permet point que l'on relate ces traditions dans des écrits publics, sinon avec de grandes précautions et après insertion de la déclaration imposée par Urbain VIII. Encore ne se porte-t-elle pas garante, même dans ce cas, de la vérité du fait. Simplement elle n'empêche pas de croire des choses auxquelles les motifs de foi humaine ne font pas.

En définitive, et malgré le statut véridique que leur confère ou non l'Eglise, les apparitions mariales n'entrent donc pas dans le dogme catholique, et constituent ainsi un sujet de croyance libre et propre à chacun(e).

Comme pour tout témoignage en lien avec le surnaturel et les apparitions, les critères d'authenticité utilisés par l'Eglise sont de trois ordres : historiques, psychologiques et théologiques. Lors de l'étude d'un cas d'apparition mariale se pose donc la question de savoir si les révélations sont ou non conformes aux messages de la tradition apostolique et si la teneur de ces messages apporte une réelle valeur spirituelle.

Dans la plupart des cas, les témoins d'apparitions subissent des interrogatoires longs et fastidieux destinés à analyser plus en profondeur le témoignage, afin d'y déceler de possibles incohérences ou contradictions, voire d'éventuelles pathologies mentales.

Il en est de même dans le cas des apparitions collectives, les témoins étant généralement auditionnés individuellement dans le but d'éviter les concertations entre les observateurs, d'où des risques de fraudes toujours possibles. Cette méthode a souvent permis de mettre à jour des éléments propres à faire avancer les enquêtes. Ce fût notamment le cas lors de l'apparition de Pontmain, lorsqu'au cours d'un interrogatoire l'une des enfants affirma n'avoir rien vu, se contentant simplement de répéter ce que les autres disaient.

Les apparitions non reconnues

Parmi les nombreuses apparitions supposées de la Vierge Marie, nombreuses sont celles qui n'ont jamais été officiellement reconnues par l'Eglise catholique. Si certaines d'entre elles continuent à faire l'objet d'études et à alimenter les débats, d'autres au contraire ont été rejetées soit pour suspicion de fraude, soit parce que ces manifestations étaient considérées comme étant l'œuvre du Diable.

L'apparition présumée de Medjugorge en Bosnie-Herzégovine est un exemple d'apparition mariale ayant largement été soumis à controverse. La Vierge y apparaitrait régulièrement à six Croates depuis 1981, date à laquelle éclata un conflit entre les franciscains alors propriétaires de l'église, et l'évêque qui souhaitait la reprendre.

Analysé par les autorités ecclésiastiques, le témoignage des Croates fût rapidement remis en cause et suspecté d'être un canular. Cela n'empêcha pas quelques partisans des apparitions d'annoncer publiquement des affirmations concernant la position favorable du Vatican à ce sujet, obligeant ainsi le Cardinal Joseph Ratzinger à prononcer un démenti en 1998. Dans son communiqué, il qualifia ces affirmations comme étant de pures inventions. Dans le cas de Medjugorge, attester de la réalité des messages reçus par la Vierge Marie est d'autant plus difficile qu'il n'en existe aucune compilation dûment recensée.

Certaines apparitions, si elles n'ont pas obtenu les faveurs de l'Eglise, ont parfois été reconnues par d'autres biais. C'est le cas de Zeitun en Egypte, où plusieurs apparitions mariales se seraient produites dès le 2 avril 1968, et auraient été vues par une foule nombreuse de chrétiens et musulmans. Si ces apparitions n'ont pas été rendues officielles par l'Eglise, elles ont en revanche été reconnues par le patriarche copte d'Egypte, indépendant de Rome.

Explications possibles

Si bon nombre de manifestations mariales sont encore parfois considérées comme étant des miracles, il subsiste toutefois une part de doute légitime quand à leur interprétation et explication qui peuvent trouver leur origine de diverses manières :

  • Le cas de l'apparition de Pontmain prenait place dans un contexte particulier, puisque le pays était alors en guerre contre la Prusse qui menaçait d'envahir la région. C'est également à cette période qu'eurent lieu de nombreuses épidémies, mais aussi des catastrophes naturelles qui furent pour un grand nombre interprétées comme étant des signes. A Fatima, le contexte était là encore difficile puisque les apparitions se manifestèrent en pleine guerre mondiale, à un moment où le pays était ravagé par le conflit. Il est dès lors possible d'envisager que dans ces différents cas de figure, les apparitions mariales aient pu, pour beaucoup de témoins, constituer une intervention divine en réponse aux attentes d'un peuple en situation de détresse. Une situation d'autant plus délicate que les témoins d'apparitions se trouvaient bien souvent être des individus de condition modeste, sans éducation particulière, et donc largement influençables par de potentiels individus peu scrupuleux faisant figure d'autorité. Le phénomène de manipulation mentale et de conditionnement psychologique est un élément non négligeable qui n'est pas exclure, et qui aurait par exemple pu contribuer dans certains cas à entretenir une ferveur religieuse ayant tendance à s'essouffler.
  • Pour bon nombre de sceptiques, les apparitions mariales ne sont que le fruit d'hallucinations auditives et/ou visuelles, perçues aussi bien individuellement que de manière collective. Les témoins étant bien souvent très croyants, il est possible qu'un contexte de fervente piété ait pu jouer un rôle dans certaines apparitions, leur octroyant alors un aspect mystique particulièrement prononcé.
  • Dans un certain nombre de cas au moment des apparitions, les témoins se trouvaient dans un état proche de la transe ou de l'état modifié de conscience. Lors de l'apparition mariale de 1932 à Beauraing en Belgique, les quatre enfants témoins de la vision semblaient parfaitement étrangers à ce qui se passait autour d'eux, ne manifestant aucune réaction aux expériences menées par des médecins afin de déterminer la profondeur de leur état. Au cours des apparitions, les enfants furent ainsi à plusieurs reprises piqués, éblouis, pincés ou brulés par des allumettes, sans jamais donner le moindre signe de douleur ou de réaction physiologique. Cet état modifié de conscience se retrouve également dans le cas de l'apparition de la Vierge à Bernadette Soubirous qui, là encore, ne présenta aucun signe de réaction en réponse à des stimuli externes.
  • La paréidolie peut elle aussi dans certains cas jouer un rôle dans l'explication des phénomènes. Un jeu de lumière, un reflet du soleil, une ombre, peuvent induire le(s) spectateur(s) en erreur, en les amenant à interpréter un phénomène naturel comme un signe divin. Ce type d'erreur d'interprétation peut aussi se retrouver dans le cas de prétendues apparitions sur différents supports physiques.
  • Dans le cas des statues et icônes pleurant des larmes d'huile et de sang, les analyses effectuées n'ont bien souvent permis de mettre à jour aucun système de réservoir ni tout autre mécanisme interne ou externe permettant l'insertion d'un quelconque liquide. Il est cependant possible qu'un problème de condensation puisse être à l'origine de ces manifestations.
  • Enfin, certaines manifestations mariales ont parfois été assimilées à la possible visite d'extraterrestres, de par la nature même des phénomènes. Dans le cas de Medjugorge, certains témoins auraient ainsi aperçu des boules lumineuses situées sur le lieu des apparitions. Selon d'autres observateurs, le ciel aurait dansé.

Des réactions ou des remarques au sujet de cet article ?
Venez en parler avec les rédacteurs et autres lecteurs sur le forum.


Article apparenté : Ange

Sources et liens complémentaires :

Article de 2005 de Ivan Dugandzic : La signification théologique des apparitions mariales''
Page Apparition mariale
Page Secrets de Fatima

Ouvrage complémentaire :

  • Apparitions et maisons hantées de Catala Pascale, Paris, Presses du Chatelet (2004)

Catégories : A ; Phénomènes ; Mythes et folklore
Auteur : Linele
Mise en ligne : 19/07/10
Dernière modification : le 05/01/13 à 20:26