Encyclopédie du paranormal - Rencontre de Kelly-Hopkinsville

     Rencontre de Kelly-Hopkinsville


Rencontre du troisième type dans une ferme du Kentucky en 1955



Les évènements

L'observation eut lieu lors de la nuit de 21 au 22 août 1955 dans la ferme de la famille Sutton, située entre les villes de Kelly et de Hopkinsville, dans le Kentucky.

Ce soir là, la famille Sutton reçoit la visite de deux membres de la famille Taylor, si bien que sept adultes et quatre enfants sont présents dans la ferme ce soir-là : la veuve et matriarche de la famille Glennie Lankford (50 ans), ses enfants, Lonnie (12 ans), Charlton (10 ans) et Marie (7 ans), les deux fils issus de son mariage précédent, Elmer "Lucky" Sutton (25 ans) et John "Charley" Sutton (21 ans), leurs femmes, Vera (29 ans) et Alene (27 ans), le frère de cette dernière, O.P. Baker (30 ans) et les deux Taylor, Billy Ray Taylor (21 ans) et June (18 ans).

Vers 19h, Billy Ray Taylor sort chercher de l'eau au puit et aperçoit une boule lumineuse volant dans le ciel, qu'il voit atterrir dans un ravin à quelques centaines de mètres de là. Persuadé d'avoir vu une « soucoupe volante? », il fait part de son observation aux autres mais ceux-ci pensent qu'il a simplement vu une étoile filante.

Dessin de l'objet observé par Billy Ray Taylor, réalisé par A. Ledwith l'après-midi suivant l'observation

Une heure plus tard environ, le chien des Sutton, resté dehors, se met à aboyer bruyamment. Lorsque Billy Ray Taylor et Cecil "Lucky" Sutton sortent pour voir la cause de ce remue-ménage, le chien s'est réfugié sous la maison et restera dans cette cachette jusqu'au lendemain matin.

Les deux hommes aperçoivent alors lueur volante qui s'approche d'eux et qui, observée de plus près, semble être une créature lumineuse de trois pieds et demi (un peu plus d'un mètre) dotée d'une grande tête, de grandes oreilles pendantes et pointues, de deux yeux jaunes brillants situés davantage vers les côtés de la tête que dans un visage humain, de jambes fines et courtes et de longs bras terminés par des serres. La créature semble vêtue ou faite d'un métal argenté.

Dessin de A. Ledwith basé sur la description de Billy Ray Taylor

Intimidés par l'approche de la créature, Billy Taylor et Cecil Sutton ouvrent le feu sur elle alors qu'elle est à six mètres d'eux environ, avec un fusil de chasse et l'autre avec un .22 long rifle. Ils entendent alors un bruit qu'ils décriront par la suite comme celui de « balles ricochant dans un bidon en métal » alors que la créature fait demi-tour et disparaît dans l'obscurité.

À peine les deux hommes rentre-ils dans la maison que la créature ou une autre créature identique apparaît à une fenêtre. Ils tirent à travers celle-ci et la créature disparaît, persuadés de l'avoir touchée, ils ressortent de la maison mais elle a déjà disparu sans laisser de trace.

Alors qu'il se tient à l'entrée de la maison, une main griffue venant de l'auvent tente d'attraper les cheveux de Billy Ray Taylor. Les deux hommes ouvrent à nouveau le feu vers la créature, qui flotte vers le sol et s'enfuit dans les bois.

Vision d'artiste de l'évènement

Billy Ray Taylor et Cecil Sutton rentrent alors dans la maison, qui sera assiégée par les créatures pendant plusieurs heures. Elles apparaissent souvent aux fenêtres, réveillant les enfants qui essayent de dormir, mais les tentatives de les abattre en tirant à travers les vitres et les murs ne semble avoir aucun effet et ne produit qu'un bruit métallique. Elles s'approchent parfois de la maison, les bras levés comme lors de leur première apparition. Les Sutton et Taylor n'observent jamais plus de deux créatures en même temps, mais estimeront par la suite qu'elles étaient peut-être dix ou quinze.

En plus des caractéristiques citées précédemment, les « gobelins? de Hopkinsville » semblent avoir des jambes anormalement petites et, lorsqu'ils marchent au lieu de voler, ils se déplacent en se balançant d'un côté à l'autre. Ils ne semblent pas avoir de cous. Malgré leurs nombreuses apparitions aux fenêtres, les créatures ne semblent pas chercher à pénétrer dans la maison.

Vision d'artiste d'une apparition d'une des créatures à la fenêtre de la chambre d'un des enfants

À 23h, face à la panique grandissante des deux familles et en particulier des enfants, qui crient et pleurent, la décision est prise de quitter la maison pour alerter la police de Hopkinsville, située à près de 30 minutes de là.

Les onze occupants de la maison partent donc pour Hopkinsville dans deux voitures et parviennent à convaincre le shérif Russell Greenwell de leur sincérité. Vingt policiers les raccompagnent à la ferme et constatent la présence de nombreux impacts de balles témoignant des coups de feu tirés au cours de la soirée, mais les créatures semblent avoir disparu.

Ils constatent également que les témoins ne sont pas sous influence et semblent réellement terrifiés mais, faute de preuve de la présence des créatures, finissent par quitter la maison vers 2h15 du matin.

Une heure et demi plus tard, les créatures recommencent à apparaître aux fenêtres et continueront à le faire jusqu'à ce que l'aube soit proche. Elles ne seront plus jamais observées par la suite.


Conséquences et enquêtes

Cinquante ans plus tard, la rencontre de Kelly-Hopkinsville n'a pas encore trouvé d'explication qui fasse l'unanimité.

Dans les heures qui suivirent l'évènement, l'affaire gagna rapidement les médias : dès le 22, le Kentucky New Era rapporta la nouvelle et, l'après-midi du même jour, Andrew Ledwith, de la radio d'Hopkinsville, interviewa les témoins et dressa le portrait-robot des créatures sur base de leur description.

Représentations des créatures par Andrew Ledwith sur base des descriptions de différents témoins

La plupart des témoignages étaient essentiellement concordants, même si les femmes décrivirent des créatures plus costauds que les hommes et que Billy Ray Taylor leur attribua un nez et des antennes.

Dans l'opinion publique de l'époque, l'affaire fut généralement considérée comme un canular et même des habitants de la région (y compris des policiers) se montrèrent sceptiques vis-à-vis du témoignages des Sutton et Taylor, jugeant que l'alcool n'y était pas étranger. Le fait qu'une partie des témoins ait à l'époque travaillé pour une fête foraine a vraisemblablement contribué à l'idée qu'il s'agit d'un canular.

Autre vision d'artiste des créatures, par Gary F. Hodson

Les Sutton auraient en départ tenté de décourager les touristes voulant visiter leur ferme, mais auraient fini par faire payer 1 dollar la visite et 10 dollars les explications (selon eux, afin de décourager les curieux). Ceci renforça toutefois l'idée que l'affaire n'avait été qu'un canular et les Sutton finirent par refuser d'en parler, sauf avec quelques personnes comme Isabel L. Davis, fondatrice du Civilian Saucer Intelligence venue enquêter sur l'affaire en 1956.

Le cas sera également brièvement étudié dans le cadre du Projet Blue Book?, dans lequel il sera classé comme « Inexpliqué » sans enquête approfondie, car rentrant dans la catégorie C.P., comme crackpot (« Cinglé »).

Fiche du projet Blue Book correspondant à l'affaire


Explications proposées

L'hypothèse d'un canular est souvent avancée mais présente plusieurs défauts. Les témoins ne semblent pas avoir cherché à tirer profit de cette affaire et ne sont jamais revenus sur leur version des faits. Les dégâts occasionnés à la ferme des Sutton semblent également contredire l'idée d'un canular motivé par le gain.

Une hallucination collective semble également peu vraisemblable étant donnés le nombre de témoins et leur fait que, selon la police de l'époque, ils n'étaient pas en état d'ébriété.

L'idée d'une plaisanterie aux dépends de la famille, réalisée par deux personnes déguisées, est rendue peu probable par le fait que des plaisantins se seraient probablement enfuis après les premiers coups de feu.

La plupart des sites sur le paranormal privilégient l'hypothèse extraterrestre?, l'OVNI observé par Billy Ray Sutton étant alors un vaisseau transportant les petits hommes verts qui se serait écrasé ou aurait atterri près de la ferme. Les raisons qui aurait pu pousser des extraterrestres à « attaquer » une ferme une nuit durant sont toutefois difficiles à imaginer.

Vision d'artiste de l'évènement, le présentant comme l'attaque de véritables petits hommes verts volants

Pour d'autres, les créatures observées auraient pu être des sortes de chupacabras.

En 1957, le John E. Albert, Major de l'U.S. Air Force, parvint à la conclusion que les Sutton avaient vu un singe recouvert d'une peinture argentée enfui du cirque King, alors situé près d'Hopkinsville. Cette explication a toutefois été rejetée par Isabel Davies (la description des témoins ne correspond pas à celle d'un singe, qui aurait de plus fait du bruit et n'aurait vraisemblablement pas survécu à toutes les tentatives de l'abattre) et par le Projet Blue Book? (un singe aurait laissé des traces et ne peut pas flotter). Les témoignages parlent de plus d'au moins deux créatures.

Pour l'ufologue français Renaud Leclet, les extraterrestres observés seraient en réalité des rapaces nocturnes, tels que des chouettes effraies ou des hiboux grand-ducs. Plusieurs caractéristiques des « gobelins? » observés par les témoins rappellent en effet celles de ces oiseaux :

  • la petite taille
  • la capacité à voler, silencieusement qui plus est
  • l'absence de cou
  • l'absence de nez (dans la plupart des descriptions en tout cas)
  • les membres terminés par des serres
  • les « jambes » anormalement petites et fines et la démarche balancée lorsque les créatures ne volent pas
  • les longs bras, et le fait que ceux-ci paraissent « levés » lorsque les créatures viennent vers la maison (il s'agirait en réalité des ailes des rapaces)

Un hibou grand-duc

  • dans le cas du hibou grand-duc, les grands yeux ronds et jaunes
  • les oreilles des créatures pourraient être les aigrettes du hibou grand-duc
  • l'habitat (une ferme) correspond à celui des chouettes effraies (mais pas à celui du grand-duc, qui préfère les régions rocheuses)
  • la date cadre également avec la période de ponte des chouettes effraies, les créatures auraient donc pu être un couple de chouettes effraies défendant leur nid ou y ramenant de la nourriture.

Selon cette hypothèse, l'observation d'une « soucoupe volante » par Billy Ray Taylor au début de la soirée (qui serait une simple étoile filante) a influencé l'état d'esprit des témoins et la panique générale a fait le reste. Les bruits métalliques et l'apparente invincibilité des créatures s'expliquerait par le fait que les tireurs ont systématiquement raté leurs cibles et ont atteint des objets en métal divers, tels que des seaux.

Chouette effraie

L'idée d'un oiseau mal identifié par la famille a été reprise par Joe Nickell dans un article du Skeptical Inquirer et est généralement l'hypothèse privilégiée dans les milieux sceptiques. On peut toutefois se demander pourquoi aucun des témoins n'a reconnu les oiseaux (la panique explique-t-elle tout ?) et pourquoi ils n'ont plus été observés par la suite.

Cette hypothèse avait été envisagée puis repoussée lors de l'enquête dans le cadre du Projet Blue Book?, sur base du fait qu'un rapace se serait vraisemblablement enfui si on lui avait tiré dessus.


Traduction anglaise : Kelly-Hopkinsville Encounter, Kelly Green Men case est parfois utilisé (« L'affaire des hommes verts de Kelly »)

Date : nuit du 21 au 22 août 1955

Localisation : Ferme des Sutton sur la route entre Kelly et Hopkinsville, Kentucky, États-Unis d'Amérique, Amérique du Nord

Hopkinsville, Kentucky

Sources et liens complémentaires :

Dossier La rencontre de Kelly-Hopkinsville (1955)
Page The Kelly-Hopkinsville Case, 1955
Page Kelly-Hopkinsville encounter
Reproduction d'un article du sceptique Joe Nickell au sujet de l'affaire

Catégories : K ; Ufologie ; Évènements
Auteur : Paul Binocle
Mise en ligne : 02/11/09
Dernière modification : le 10/07/12 à 17:32